Baz'art : Des films, des livres...

vendredi 19 avril

Sortie DVD : ASTÉRIX : LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE

À la suite d'une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu'il est temps d'assurer l'avenir du village. Accompagné d'Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d'un jeune druide talentueux à qui transmettre le secret de la Potion Magique..

image001 (2)

Après  l'expérience « Astérix : Le Domaine des dieux » en 2014, qui nous avait un peu déçue  le duo composé d'Alexandre Astier et Louis Clichy nous a livré en 2018 une nouvelle aventure, d'Astérix avec « Astérix : Le Secret de la Potion Magique » qui a connu un vrai succès avec plus de 4 millions d’entrées en salles !

Contrairement au précédent ,  le papa de Kaamelott et son acolyte Louis Clichy nous plongent avec « Astérix : Le Secret de la Potion Magique » dans une aventure qui  n’est pas tirée d’un album de bande-dessinée (comme ce fut déjà  le cas dans l'histoire du petit gaulois,   en 1976 pour l'excellent "Les 12 travaux d’Astérix"), mais s’appuie sur un scénario original d'Alexandre Astier.


 Les deux compères ont chacun une tache bien définie : Louis Clichy s'occupe des parties  animations et techniques du film et  Alexandre Astier a  créé de toutes pièces  la partie scénario et gère aussi  la direction  vocale d'un film qui est du reste particulièrement bien casté ( avec pas mal de copains de la série d'Astier venus épauler leur copain) .

Cette histoire originale;  avec  un Alexandre Astier  visiblement ravi aux  manettes lui permet, plus que dans le précédent film de  totalement imprimer sa patte, et réussir à mixer son univers issu de Kaamelott ( dont je suis pas non plus un grand connaisseur  à la base, je le reconnais) et celui d'origine, en écrivant un récit dans la plus pure tradition du genre, qui s’avére assez fidèle à l’esprit qui avait été développé par René Goscinny et Albert Uderzo.

 

Astérix - Le Secret de la Potion Magique

 Alexandre Astier est parvenu cette fois à  parfaitement adapter son style à celui d’Astérix, et signe une histoire à la fois  drôle et moderne  où les romains et Jules César sont très peu présents, et où l'on en apprend davantage comme le titre du film l'indique sur la jeunesse de Panoramix et sur sa célèbre potion.

Certaines séquences- comme la succession de prétendants au poste de nouveau druide, tous plus hilarants et incapables  les uns que les autres , avec les petites fiches qui vont avec, sont vraiment très drôles et réussies et plus globalement l'animation en images de synthèse est remarquable, avec un  rendu graphique qui s'intègre parfaitement dans les standards  de la bande-dessinée originale.

asterix_le_secret_de_la_potion_magique_5

Presque au niveau des meilleurs films d'animation de la série - les 12 travaux ou Astérix et Cléopâtre et le formidable « Pudding à l’arsenic" , le succès de ce film prouve deux choses : Alexandre Astier s'impose ici comme le digne héritier de Goscinny et Uderzo et que globalement, en dehors de la parenthèse Chabat,  Astérix n’est jamais aussi réussi que sous ses formes animées.

 

 ASTÉRIX : LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE, le 10 avril 2019 en Edition collector, Blu-ray, DVD et VOD chez. M6 Vidéo 

 Crédits images : © 2018 M6 Studio / M6 Films / Les Editions Albert René / Goscinny-Uderzo.

Bonus de l'édition DVD : Making of (5') et bande annonce

Posté par Bazaart à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Bon anniversaire, chères Allary Éditions !!

  

IMG_20190417_182441

 Lancée en mai 2014, Allary Éditions, jeune maison d'édition indépendante et fière de l'être,  une maison d'édition dont on découvre avec grand enthousiasme certains de ces jeunes auteurs (comme Florent Oiseau en 2016) fête ses 5 ans en 2019 autour de trois événements :

  • Le 2 mai sortie de La Partition, une grande fresque familiale signée Diane Brasseur, dont le premier roman, Les Fidélités, fut le premier titre et le premier succès de la maison, avec plus de 15 000 exemplaires vendus en France et des traductions dans huit pays.

Diane Brasseur, on la connait, c' est une formidable jeune romancière qu'on avait eu l'occasion d'interroger à l'occasion de son second roman  " Je ne veux pas d'une passion", et pour cette très attendue Partition qui parait aussi ambitieuse que passionnante , la jeune romancière ( scripte pour le cinéma en parrallèle)  nous a offert une dédicace particulièrement sympathique, qui fait chaud au coeur. 

 

IMG_20190417_182453

  •  18 et 19 mai : Allary Éditions est la maison d’édition invitée de La Comédie du livre 2019 de Montpellier.  À cette occasion, huit auteurs de la maison seront mis à l’honneur : Leïla Bouherrafa, Philippe Douroux, Alexandre Lacroix, Jean-Noël Liaut, Jennifer Murzeau, Florent Oiseau, Charles Pépin et Riad Sattouf. Riad Sattouf donnera d'ailleurs  deux masterclass exceptionnelles les 18 et 19 mai à Montpellier. 

la-dedicace-leicc88la-bouherrafa-couverture-hd

Et avant de parler de ces deux prochaines publications événementielles, un petit mot sur un récente parution parue Chez Allary,  un premier roman de Leila Bouherrafa, justement intitulé " La Dédicace"

L'histoire simple mais efficace d'une  quête d'une dédicace pour une primo romancière  donne lieu à une introspection assez féroce et cruelles, et une  série d'instantanés et de portraits joliment épinglés.

On pense- en moins cinglant et moins hilarant évidemment-  au récent Discours de Fabrice Caro qui prenait peu ou prou le même prétexte de départ,  et comme chez l'auteur de "Zai Zai Zai", mais Leila Bouherrafa  stigmatise avec acuité les travers de notre société contemporaine avec une certaine  légèreté .

La narratrice, peu sympathique au départ, apparait au fil de notre lectures, pétrie de doutes et de questionnements, et on l'accompagne avec plaisir tout au long de sa quête intime.

"Quelques semaines après ma trouvaille, alors que je rentrais chez moi  j'étais tombée nez à nez avec une immense affiche placardée dans le métro et la phase qui s'étalait en rose sur un fond bleu près de la photo d'un jeune couple de blancs tout sourire. " Nattendez pas que l'amour vienne frapper à votre porte, allez frapper à la sienne. C'était au métro La Chapelle. Je m'en souviens très bien car je m'étais dit que c'était un endroit terrible pour tomber amoureux."

 Une jeune auteure prometteuse dont on espère... qu'elle soit là toujours chez Allary pour féter les 10 ans de la boite , c'est tout le mal qu'on lui souhaite !!

Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 18 avril

Opéra de Lyon/ Danse : Jiří Kylián nous offre un Avant Demain d'une grande beauté !!

 Hier soir à l'Opéra de Lyon, nous avons eu la grande chance de voir la clôture  de trois  saisons de collaboration  de l'institution avec le chorégraphe tchèque Jiří Kylián,  qui présentait à cette occasion  son spectacle Avant Demain.

Un spectacle de toute beauté qu'on vous raconte dès à présent :

OperaJiriKylianAnvantDemain18_copyrightStofleth

En résidence à l'Opéra de Lyon depuis 2016, le chorégraphe  tchécoslovaque Jiří Kylian ,  très récemment entré sous la coupole de l'Académie des beaux-arts, présente jusqu'à demain soir  une trilogie de pièces qui vient clôturer sa très fructueuse collaboration avec l'Opéra de Lyon et qui démontre toute sa liberté et la grande richesse de son formidable repertoire...

«La vie est le mouvement, le mouvement est la danse, la danse est la vie. Elle est la forme d'art la plus fugitive et la plus vulnérable, car elle vit et meurt au moment de sa création»

 

OperaJiriKylianAnvantDemain04_copyrightStofleth_0

La soirée s'ouvre sur "Wings Of Wax", qui revisite le mythe d'Icare d'une formidable façon.

Sur scène, est suspendu un arbre, dont les branches pointent vers le sol, et les racines vers le ciel, alors qu'un projecteur balaie la scène et le corps des danseurs.

Sur une musique, qui pourrait bien être celle d'un ballet de danse classique, la troupe, toute habillée de noir,  investit la scène et varie les rythmes, la douceur et la violence des gestes, les pas de deux, et les tableaux de groupe à la symbiose parfaite.

OperaJiriKylianAnvantDemain32_copyrightStofleth_0Lorsque les danseuses semblent se mouvoir au ralenti alors que les danseurs virevoltent de plus en plus vite entre elles, le moment est profondément magique, comme un instant suspendu hors du temps!

Le final, avec ce couple qui ne cesse de s'étreindre est une merveille d'émotions.

Bella-Figura-©-Michel-Cavalca-700

Est ce que parce que le chorégraphe se demande quand commence réellement la représentation  que la seconde pièce de la soirée, Bella Figura, débute, alors même que la salle n'est pas encore complètement éteinte, que l'entracte ne semble pas totalement fini, et que sur scène,  les danseurs donnent l'impression de s'échauffer.

De cette pièce, sans doute celle qui nous a le moins ému des trois présentées dans le programme, nous retiendrons surtout les jeux des danseurs avec les rideaux, comme s'ils se faisaient happer par le tissu, ces artistes à demi-nus, simplements vétus d'une jupe plissée rouge, ainsi que  ces couples subliment éclairés par des flambeaux.

 

OperaJiriKylianAnvantDemain79_copyrightStofleth_0

Quant au dernier acte, le splendide God and dogs, il mêle avec une belle audace John Cage et Jean Sebastien Bach, en nous offrant sans doute les plus beaux moments de la soirée.

Lorsque les corps des deux couples s'unissent et se portent, un rideau doré, situé en fond de scène, les éclairer, et c'est tout bonnement magnifique de simplicité et de beauté ...

Et quand le danseur Albert Nikolli vient clôre le spectacle dans un solo étourdissant de force, d'énergie et d'intensité, notre corps à nous, pauvres spectateurs assis bien confortablement dans la si belle salle de l'opéra de Lyon, est alors parcouru de frissons d'émois et l'on ne peut s'empêcher de penser,  que décidemment, monsieur Jiří Kylián est vraiment un très grand môssieur de la danse !!

 

Jiří Kylián - Avant Demain/ Du 16 au 19 Avril, à l'Opéra de Lyon

Posté par poyeto à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La transparence du temps, Leonardo Padura : balade mélancolique dans La Havane

  editions-metailie

 "A peine quelques minutes plus tard, Conde comprenait que ses réflexions sociologiques de  philosophe existentiel tropical n'avaient guère d'avenir dans le pays excessif et léger où il était né, où il vivait, et dans lequel la logique ne répondait à aucune loi."

 Après le  spleen du commissaire Soneri sur lequel on a longuement disserté hier,  prenons des nouvelles d'un autre héros de romans policiers latins, Mario Conde, l'ancien policier devenu un commerçant de livres anciens,  et héros des romans policiers de Léonardo Padura,et qui ne semble pas aller beaucoup mieux.

En effet, notre Cher Mario  ressent comme  un sérieux vague à l'âme à l'approche de son soixantième anniversaire ( musant cet anniversaire alors que sa fidèle maison d'édition française, les éditions Metaillié fêtent avec fanfare et trompette leurs 40 ans cette année) et semble également  redouter terriblement  l'arrivée de la vieillesse , et ses 60 ans, qui a l'’évidence d’un nombre couperet, dont même la sonorité était effrayante. »

Il nous apparait ainsi un peu désabusé, Mario, au début de l'intrigue de "la Transparence du temps" ( sorti en janvier dernier) , malgré ses cigares, son chien Basura II et l'alcool qu'il supporte de moins en moins bien au demeurant.


"Conde sentit le parfum du Santiago, un rhum vieux servi dans un verre bas et ventru, le plus adapté à ce contenu doré et chaud, et il eut l'impression d'être un personnage de roman qu'on aurait changé de livre. Par erreur."

Heureusement un  ancien camarade de lycée Bobby  vient le tirer de sa torpeur, en le contactant pour une enquête particulière : ce marchand d’art  a  en effet été délesté par son amant de presque tous ses biens dont une statue d’une Vierge de Regla, certes plutôt commune à la Havane, mais qui selon ses dires possède des pouvoirs surnaturels .

Voilà donc notre cher Mario sur les traces d’une relique religieuse, pour plonger dans une enquête complexe dans La Havane coupée en deux, dans laquelle la richesse côtoie sans vergogne la misère la plus crasse . 

L'immense talent de Padura est intact pour nous livrer une description de Cuba et de ses habitants   assez phénoménale, et   raconter cette Havane contemporaine qu'il connait si bien, cette Havane en pleine décrépitude, totalement divisé  entre les quartiers riches et les zones plus précaires , un pays marqué par le retour de la misère et des bidonvilles.

Si comme pour moi Cuba est un pays qui vous intrigue ou si, encore mieux, que vous avez déjà eu la chance de visiter, alors ce  nouveau roman  racé et mélancolique de l'auteur  de  L'homme qui aimait les chiens et des brumes du passé devrait largement vous apporter votre dose d'évasion!

Éditeur: Anne-Marie Métailié - Date de parution: Janvier 2019 - Traduit de l'espagnol (Cuba) par Elena Zayas - 448 pages

Posté par Bazaart à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 17 avril

Les mains vides, Valerio Varesi : Soneri face à l'horreur économique !

 

lesmainsvidescouv24012019

 "Soneri bouillait de colère. Il ne reconnaissait plus sa ville ni le peuple de sa ville. Sa nature polémiste, sa rebellion anarchiste, son intolérance à tous les injustices et son goût pour les barricades, où  étaient ils passés? Ses yeux de commisaire  voyait défiler une communauté réduite en bouillie, et la chaleur n'était plus qu'une représentation physique d'une dérive bien plus profonde."

 

Nous avions fait connaissance avec le commissaire Soneri, "créature" du romancier italien Valerio Varesi, .il y a déjà trois ans avec  Le Fleuve des brumes   un des tous premiers romans écrit par la maison d'édition AGULLO , instillant une ambiance très brumeuse, où le Pô révélait des secrets enfouis, et où notre cher Soneri développait une personnalité bien singulière, entre introspection et mélancolie latente.

Depuis, deux autres romans de Valerio Varesi parus en France ( la collection complète des 10 enquêtes a été publié en Italie de 1998 à 2010) ont développé les enquêtes du commissaire Soneri , hélas nous sommes passés à côté de ceux ci,, et nous avons raccrochés les wagons de la saga Soneri, en ce printemps 2019 avec la sortie du 4e volet, Les mains vides, dans lequel Valerio Varesi nous plonge cette fois ci dans l'ambiance de la ville de Parme, dans une Parme aoûtienne et totalement étouffée par la canicule.

Dans cette ambiance entre Chandler et Simenon, se dégage surtout celle d'une Parme en fin de règne, une ville qui tente tant bien que mal à se raccrocher à son flamboyant passé, mais qui ne parvient pas à juguler une nouvelle criminalité venue d'ailleurs, plus violente et aux yeux d'un Soneri plus que jamais désabusé, moins élégante que celle qu'il connaissait bien …

Foto Valerio Varesi ┬® Andrea Bernardi

(© Valerio Bernardi)

Dans ce Parme crépusculaire, un commerçant que l'on cherchait à intimider trouve la mort. Mais ce qui semble le plus préoccuper le commissaire Soneri, c'est plus encore, que ce meurtre mystérieux, le vol de l'accordéon de Gondo, un musicien des rues qui joue devant le Teatro Regio, et qui pourrait bien cristalliser les symptômes du mal qui ronge la ville.

Varesi , journaliste d'investigation depuis 30 ans, n'a pas son pareil pour décrire formidablement bien ce Parme qu'il connait si bien, et son évolution au fil des décennies d'une ville prolétaire qui, certes ne connait pas la même criminalité que les villes du Sud de l'Italie - on est loin du Naples terrifiant de Roberto Saviano mais qui doit faire face à cette criminalité financière qui voient des personnes pratiquer l'usure et piétiner allègrement le droit des pauvres gens serrés jusqu'à la corde et broyés par la précarité économique.

Varesi , journaliste d'investigation depuis 30 ans, n'a pas son pareil pour décrire formidablement bien ce Parme qu'il connait si bien, et son évolution au fil des décennies d'une ville prolétaire qui, certes ne connait pas la même criminalité que les villes du Sud de l'Italie - on est loin du Naples terrifiant de Roberto Saviano mais qui doit faire face à cette criminalité financière  qui voient des  personnes  pratiquer l'usure et  piétiner allégrement  le droit des pauvres gens serrés jusqu'à la corde et broyés par la précarité économique.

valerio_varesi-e1490255643388-810x340

 

 

 

Au cours de son l'enquête, Soneri va être très vite confronté au problème du blanchiment de l'argent, oeuvres de grands groupes criminels venus du sud de l'Italie qui vont ternir les entreprises et le marché immobilier du Nord, entrainant dans son sillage, son cortège de corruption et de violence..

 

A travers cette peinture d'une Parme en pleine mutation économique, c'est tout le libéralisme économique que semble fustiger Soneri ( et Varesi avec lui sans aucun doute) : les coupables que recherche Soneri à travers son enquête, sont les prototypes de l'avidité et de l'égoïsme inhérent à la mondialisation actuelle et nul doute que le Parme de 2005 ( année à laquelle Varesi a écrit ce livre) portait en elle les prémisses du Parme de 2019."

 


Soneri, face à cette peinture cruelle et terrifiante de la société actuelle, sait plus que jamais, que son rôle a des limites et qu'il ne peut pas grand chose pour contrecarrer cet état de fait.

 "Ta sensibilité. Si tu étais un flic comme les autres, tu n'en aurais pas grand chose à foutre de toutes ces horreurs. La vérité, c'est que tu es un moraliste. C'est ça qui te fout en rogne. Tu n'as pas renoncé à tes idéaux et quand tu vois la réalité  s'en éloigner, tu deviens enragé. Si beaucoup de tes collègues continuent d'avancer bêtement, c'est qu'ils n'affrontent rien."

Soneri, face à cette peinture cruelle et terrifiante de la société actuelle, sait plus que jamais que son rôle a des limites et qu'il ne peut pas grand chose pour contrecarrer cet état de fait.

 

parma-cathedral-square-duomo

 Anticonformiste  idéaliste, observateur à l’œil bienveillant, résigné, introspectif, Soneri le moraliste donne constamment  l'impression d'aller contre le vent,  et continue d'intriguer le lecteur dans ce roman dont le titre " les mains vides", renvoie totalement à ce sentiment d'impuissance,  de fatalisme, voire d'échec....

En ce sens le dénouement, particulièrement pessimiste mais  hélas lucide va a contrecourant des romans policiers traditionnels où le mal est brisé et pourrait dérouter ceux qui s'attendent à un représentant des forces de l'ordre infaillible et déductif..

Ceux qui en revanche aimeront les personnages qui ne vont pas dans le moule et également et surtout, une plume élégante et délicate, seront ravis de faire ce voyage mélancolique et profond en compagnie du formidable commissaire Soneri..

Valerio Varesi / Les Mains vides Italie (2004) – Agullo (2019) Titre original : A mani vuote
Traduction par Florence Rigollet

A noter que Valerio Varesi était ce mercredi  sioir à Lyon, pour une rencontre à la librairie Le Passage  et sera ce jeudi 18 avril Annonay le 18 et Bourg-en-Bresse demain le 19. On a pu rencontrer ce génial écrivain on en reparle rapidement !!

Posté par Bazaart à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,