dans la brumeJe vous l'ai dit trés récemment: j'aime le polar, mais j'ai de grosses lacunes dans les auteurs phares de ce genre littéraire. Par exemple, je n'ai jamais lu un seul livre de James Lee Burke, pourtant considéré comme un grand maitre du roman noir américain, avec notamment son personnage fétiche, le shérif Dave Robicheaux oeuvrant en Louisiane, ce qui confère une athmosphère particulière à ses romans.

Cette atmosphère typique de la Nouvelle Orléans, est en tout cas trés prégnante dans l'adaptation cinématographique d'un des romans de Burke, dont le titre original est Dans la brume électrique avec les morts confédérés, titre  dont Bertrand Tavernier a coupé à la moitié pour en garder que le début: Dans la Brume électrique, film sorti en avril 2009 et que je viens de voir en DVD.

Grand admirateur du cinéma américain, et auteur de  livres de référence sur le sujet, Bertrand Tavernier réalisait ici son premier film de fiction aux États-Unis, dans un État empreint de ses racines francophones.brume

Il n'est pas sûr que Tavernier renouvelle l'expérience, qui lui a laissé un goût amer: grosses dissenssions avec ses producteurs qui, du coup, n'ont pas sorti le film sur les écrans américains, mais seulement en DVD, et difficultés relationnelles avec l'acteur principal Tommy Lee Jones, qui, visiblement, est pas mal intervenu dans la réalisation, au lieu de rester sagement devant la caméra...

Le point de départ de Dans la brume électrique, c'est d'abord le corps d'une prostituée de 19 ans que l'on retrouve morte et mutilée.  L’inspecteur Dave Robicheaux chargé de l’enquête soupçonne Julius « Baby Feet » Balboni, une figure de la mafia locale. Dans le même temps, il arrête pour conduite en état d’ivresse Elrod Sykes, une star hollywoodienne venue en Louisiane tourner un film et dont l’un des producteurs n’est autre que Julius Balboni. L’acteur lui confie avoir découvert des ossements humains dans le bayou. Cette découverte fait resurgir chez Dave des souvenirs du passé : 35 ans plus tôt, il a assisté au meurtre d’un homme noir à cet endroit.

On voit donc que le film possède un matériau bien riche, avec plusieurs histoires qui se croisent, celles du passé avec celles d'aujourd'hui ( d'autant que Tavernier a actualisé l'intrigue en la situant après le passage du cyclone Katrina) et la Louisiane est un personnage à part entière du film avec son bayou, ses légendes, son racisme ordinaire pas totalement révolu, ses airs de jazz et de blues à tous les coins de rue. Cela, Tavernier le fait ressentir parfaitement. Et Tommy Lee Jones en shérif bourru mais droit dans ses bottes est très à son affaire. Mais passé la première heure, on a du mal à ne pas être un peu étouffé par la moiteur du bayou et trouver que le rythme se traine quand même un tout petit peu. La faute aussi à  une certaine confusion de l'intrigue qui nous perd un peu d'une histoire à l'autre (l'actuelle et celle du passé).

Lors de sa sortie en salles en France, une grande majorité de la critique était élogieuse sur l'expérience américaine de Tavernier. Pour ma part, elle m'a laissé plus mitigé, mais mérite quand même le détour, pour tous ceux qui ont envie de savoir un peu plus sur l'état le plus francophone des States, la Louisiane.


Dans la brume électrique - la bande annonce