30 septembre 2011

Le jour où j'ai interviewé Eric Emmanuel Schmitt

eric emmanuelMême si , à mon âge, (que désormais tout le monde connait depuis mon billet de lundi) , j'ai fait le deuil de  concrétiser mon rêve de gosse de devenir journaliste culturel (oui je sais, les autres garçons c'était cosmonaute ou pompier), je ne perds pas une occasion d'emprunter, d'une façon ou d'une autre, les habits de cette profession et de jouer à faire comme si j'en étais un.

Aprés blogueur et membre de différents jurys littéraires, j'ai tenté une nouvelle expérience en la matière en postulant, la semaine passée à une annonce du Progrès (le journal local phare de ma région) qui organisait une rencontre/ lecteurs avec un écrivain célèbre, j'ai nommé Eric-Emmanuel Schmitt, qui vient tout juste de sortir son dernier roman, la femme au miroir.

Et après avoir donné deux trois renseignements (nom prénom/âge/profession) et proposé la question que j'aimerais lui poser,  je reçois un appel seulement deux jours avant la date prévue de la journaliste en chef chargée des pages culture du quotidien  qui me demande si j'étais libre jeudi après midi pour aller poser ma question en chair et en os à cet écrivain placé tout en haut des ventes de livre en France. Ayant pu poser ma demi journée sans trop de difficulté (j'ai pas vraiment raconté la vraie raison), je me suis donc retrouvé le jour en question dans le hall du Progrès en attendant un peu fébrile et excité en même temps, et en compagnie d'une dizaine d'autres lecteurs (à forte majorité des femmes, plutôt jeunes).

Quelques minutes d'attente, puis la journaliste en question vient nous chercher, nous fait monter à pied les 3le progres étages de la rédaction du journal, où un journaliste nous croise et nous conseille avec le sourire d'être à la hauteur de notre invité car un écrivain lyonnais qui vend autant de livres, il n'y en a qu'un. Il est vrai que Shmitt est un enfant du coin, né à Sainte Foy les Lyons, et passant son enfance à Ecully, dans la proche banlieue lyonnaise, donc forcément ce retour aux sources était attendu.

Quelques instants plus tard, le temps que l'on trouve notre place dans cette salle de réunion qui ne paie pas de mine, Monsieur Schmitt arrive, accompagné de la directrice de sa maison d'édition Albin Michel chargé de la tournée des écrivains. Cette dernière  va même s'assoeir à la place de libre  juste à coté de moi,  et j'ai donc pu l'interroger  plus précisemment sur sa fonction et sur les auteurs fétiches d'Albin Michel.

Quant à Eric-Emmanuel (au bout d'une heure de conversation, on peut s'appeller par son prénom), même si la rencontre fut trop brève (il avait une dédidace à faire une heure aprés notre entretien, qui s'est donc abrégée), il a répondu avec grande simplicité et intelligence à nos questions qui ne l'étaient pas forcément toutes (intelligentes et simples). Pour ma part, je lui ai posé une question en rapport avec le cinéma. On ne se refait pas, et c'est vrai que ce qui me plait beaucoup chez lui, c'est son coté touche à tout ( auteur de théatre, romancier, cinéaste et musicien), et j'ai donc voulu savoir ce qu'il avait retiré de ses expériences cinématrographiques, et en quoi il s'en servait désormais dans son écriture. Il m'a répondu trés vite, sans vraiment réfléchir (ce qui m'a laissé penser que beaucoup d'autres journalistes lui avaient déjà posé la question- zut j'aurais pu être plus original) que le cinéma lui avait donné le gout du réel et du concret et que cela lui avait beaucoup servi pour son dernier roman, La Femme au miroir.

Car évidemment, même si on pouvait l'oublier après cette conversation assez informelle, la venue d'Eric Emmanuel Schmitt avait quand même une finalité promotionnelle, puisqu'il fallait inciter les lecteurs du Progrès à acheter le livre. Les lecteurs du progrès, mais pas ceux qui avaient été invités à la rencontre, car Albin Michel avait eu la fort délicate attention de nous offrir à la fin (le carton posé juste devant mon nez me faisait de l'oeil depuis le début de l'entretien) le dernier roman de l'auteur et une fois le jeu des questions réponses terminées, tout le monde a eu droit à son tête à tête avec l'auteur et sa dédicace personnalisée.

J'ai donc eu l'occasion de lui poser en privé une ou deux autres questions, notamment sur ses rapports avec Alain Delon (avec qui il a travaillé au théatre pour sa pièce Variations Enigmatiques que j'ai eu le bonheur de voir à Paris en 1997), mais cet échange, si vous ne m'en voulez pas trop, j'ai envie de le garder pour moi, juste comme petit privilège à ce bien agréable moment. Quant à ce que je pensera de son dernier roman, évidemment, cela vous le saurez dès que je l'aurais commencé- et fini évidemment...

Posté par filou49 à 06:27 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Commentaires sur Le jour où j'ai interviewé Eric Emmanuel Schmitt

    Tu deviens VIP, dis-moi ;o)
    Je n'ai jamais lu cet auteur, vivement ta critique!

    Posté par My Discoveries, 30 septembre 2011 à 09:33 | | Répondre
  • Serais-tu un homme chanceux ? Tu me diras ce que tu a pensé de son dernier roman car j'hésite à l'acheter. J'avoue avoir fait une critique de deux de ses romans à lire sur mon blog. Bonne lecture

    Posté par toujoursalapage, 30 septembre 2011 à 09:36 | | Répondre
  • Génial ! J'adore Eric Emmanuel Schmitt même si je ne connais que ses plus anciens romans. J'avais eu une véritable coup de coeur pour La Part de l'Autre que j'ai lus plusieurs fois, mais aussi l'Evangile selon Pilate et La secte des égoïstes (que mon prof de philo nous avait même conseillé en cours !).
    J'ai hâte d'avoir ton avis sur son nouveau roman car il est sûr qu'il faudra que je le lise. Bonne lecture !

    Posté par Marine, 30 septembre 2011 à 10:01 | | Répondre
  • Bravo filou, c'est génial. Je crois que j'aurais un peu eu la tremblotte à l'idée de le rencontrer C'est un écrivain dont j'apprécie le travail par contre, je n'ai rien vu de lui au ciné. Lacunes, lacunes...
    J'ai hâte de lire ton avis sur son ouvrage.
    bonne soirée et bon week-end !

    Posté par potzina, 30 septembre 2011 à 19:01 | | Répondre
  • @ mydiscoveries : VIP, j'espère pas, mais c'est vrai que depuis que je suis blogueur, je tente toutes les expériences possibles pour forcer ces portes...mais si ça se trouve, dans les 6 prochains mois, je n'ai plus aucune opportunité de ce genre...
    @ toujours à la page: oui une part de chance et aussi, je sais en général ce que je peux avoir et ce qui me perdrait du temps inutilement...pour le livre, je pense pas le lire de suite, j'en ai des tonnes en attente avant )
    @marine : en fait, c pour ca que je payais pas forcément de mine avant la rencontre,je ne connais pas super bien cet auteur...la part de 'lautre il parait que c super mais j'ai jamais eu l'occasion de le lire... quant à son nouveau roman, il m'a dit qu'il y avait une partie sur un star de ciné et que ca pourrait bien me plaire )
    @ potzina: ah oui, toi la fan de ciné, tu connais + ses bouquins que ses films? ca me surpend, là )

    Posté par filou49, 30 septembre 2011 à 20:20 | | Répondre
  • Je te conseille vraiment vivement La Part de l'Autre, c'est certainement l'un de mes romans préférés.

    Au fait, il a parlé un peu plus de ses réalisations ? Et je voulais aussi te demander, tu as vu "Oscar et la Dame rose" ? Parce que je l'avais manqué au ciné justement et je voulais savoir s'il vallait le coup.

    Bon week-end !

    Posté par Marine, 01 octobre 2011 à 10:36 | | Répondre
  • @marine: c'est vrai qu'au départ, je suis pas trop roman historique, mais c'est noté, je vais suivre ton conseil et mettre ce livre dans ma PAL..
    quant à oscar et la dame en rose, je l'ai vu, et sincérement le livre est plus réussi en mon sens... le film ne vaut pas forcément le coup d'oeil..

    Posté par filou49, 01 octobre 2011 à 14:58 | | Répondre
  • ah, un dernier commentaire quand même ! Le progrès : j'y ai bossé, au service culturel ! c'était le rêve, parler culture, ciné, rencontrer des artistes... ça n'a pas duré et j'ai un peu fait le deuil aussi... (nan en fait je ne désespère pas encore, je veux revivre ça !)

    Posté par Papillote, 24 octobre 2011 à 21:22 | | Répondre
  • ah oui!!! alors la pour me faire bisquer tu as bien réussi ton coup!!! tu es de Lyon?

    Posté par filou49, 24 octobre 2011 à 23:29 | | Répondre
  • bien sûr que je suis de Lyon, depuis des générations, les années 1800 ! même que je parle bien le lyonnais. (mais là je suis exilée chez les parigots qui me repère en dEUx seUcondes avec mon accent et mes expressions, fais flique

    Posté par Papillote, 25 octobre 2011 à 20:57 | | Répondre
  • moi c le contraire...le parigot exilé chez les gones lyonnais depuis qq années...et franchement l'accent lyonnais j'ai un peu de mal à le distinguer...les epxressions en revanche je commence à un peu mieux les maitriser..

    Posté par filou49, 25 octobre 2011 à 21:08 | | Répondre
  • HIHIHI moi aussi j'ai eu la chance de le rencontrer sur Ecully et ma question a été Quelle est votre définition du bonheur?
    Réponse sur le blog, il m'en a fait 3 dédicaces après son intervention.

    Posté par Métaphore, 14 décembre 2011 à 22:20 | | Répondre
  • et alors, il t'a répondu quoi à cette question?

    Posté par filou49, 14 décembre 2011 à 23:11 | | Répondre
Nouveau commentaire