20 octobre 2011

Freedom," THE Saga" de cette rentrée 2011

freedom-franzenQuand certains placent le cinéma et la pop US à mille coudées devant les films et artistes musicaux hexagonaux, personnellement, c'est la littérature americaine que je considére comme mille fois supérieure aux romans bien chez nous. En effet, combien de romanciers français peuvent se targuer de réussir un genre totalement maitrisé par les compatriotes de l'oncle sam, j'ai nommé la Saga familiale sur plusieurs générations?  De John Irving à Steinbeck en passant par certains Douglas Kennedy ou Paul Auster, quel brio font  preuve ces auteurs  pour mélanger la grande Histoire avec la petite de quelques individus piochés au hasard!

Ainsi, lorsque plusieurs mois avant même les premiers coups de la rentrée littéraire, bruissait les rumeurs d'une nouvelle saga digne des chefs d'oeuvre du genre, sorti triomphalement en 2010 aux USA, et adoubée par le Président Obama himself, forcément, j'ai eu envie d'essayer moi aussi, et ainsi, des 12 livres figurant dans la liste des matches de la rentrée littéraire proposé par Price Minister, mon choix s'est naturellement portée sur Freedom de Jonathan Franzen ( un de tres rares écrivains qui a fait la une de Times Magazine et de Libération également).

Et pourtant, le premier éceuil de ce livre, ou disons plutôt le premier caractéristique qui m'a littérallementjonathan-franzen-freedom sauté aux yeux lorsque je l'ai reçu, c'est sa taille : 718 pages écrites dans des caractères toutes petits, c'est ce qu'on appelle un peu péjorativement un pavé.

Et 718 pages lorsqu'on travaille à temps plein et qu'on éleve deux petits bouts, c'est du temps à trouver et forcément un blog à mettre en veilleuse plusieurs jours, car lire du Franzen, malgré la quantité de dialogues et de situations excitantes, ca demande quand même un certain degrès d'exigeance, vu les allers-retours permanents entre 1970,  2004 et aujourd'hui et les différentes thématiques abordées, de l'économie mondiale à la surpopulation en passant par la défense de la paruline azzurée ( Franzen est visiblement un orthinolignue averti)

Mais avant de nous éparpiller, commencons par tenter de résumer l'intrigue. Ca raconte quoi,  Freedom au juste? Eh ben, disons, pour simplifier, que cela racontefranzen l’histoire d’une famille moyenne du Minnesota, les Berglund. Les Berglund ont débuté avec les illusions de la jeunesse. Patty se passionnait pour le basket dont elle devint une championne scolaire.  Walter était un intello, plutôt à gauche et écolo, grand lecteur passionné par le sort des oiseaux (d'où les longs passages sur cette paruline azurée). Le grand ami de Walter est Richard, plutôt branché drogue et sexe, qui fera carrière dans le rock avec le groupe "Traumatics".

Et les 3 vont former un trio amoureux, entre amitié, désir jalousie et trahison. Et  à ce ce trio ,  vont se greffer d'autres personnages, notamment les 2 enfants de Patty et Walter, Joey et Jessica, ainsi que les grands parents de ces derniers, qui vont drainer avec eux leurs lots de traumatismes et de ressentiments.

Car effectivement, il faut être clair sur le sujet: même si certains passages ne sont pas dénués d'humour ( notamment grâce à la vision assez cynique de Richard sur son métier de rockeur), Freedom n'est pas un livre qui va nous donner la pêche, loin de là, tant il parle de choses sombres : la perte de ses illusions de jeunesse, et notre incapacité à faire le bon choix et surtout à se satisfaire de ce que l'on, quitte à amérement le regretter lorsqu'on l'a perdu. Même si cette réflexion est plutot déprimante, elle n' en est pas moins trés juste, et surtout superbement amenée.

Il faut dire que Franzen excelle  dans le portrait psychologique de ses personnages . Rarement on n'aura ressenti une telle justesse devant ces portraits d'êtres humains et de leurs ambiguïtés, leurs confusions, leurs désirs  et leurs moments de grande détresse morale.

Mais Freedom est bien plus qu'une  passionnante chronique familiale, sa grande force est aussi d'être un cinglant peinture des USA; les dépressions du couple faisant écho à celles de l'Amérique du 11 septembre et de Georges W Bush.

Je pourrais encore en écrire des pages et des pages pour dire tout le bien que j'ai pu penser de Freedom ( et ce, même s'il faut s'accrocher au début, c'est un livre qui se mérite). En tout cas,  il n'est pas inutile que je le fasse vu que je commence à voir pas mal de critiques sur les blogs ou dans l'émission Le cercle littéraire, qui descendent en flèche le livre ( "creux, sans rythme, mal foutu", est on sûr d'avoir lu le même livre?), et j'ai l'impression que comme pour le film  la guerre est déclarée, on ait besoin de faire dégringoler d'un piédestal une oeuvre qui a connu tant de louanges, car une unanimité autour d'elle est toujours  digne de soupsons.

C'est certainement de bonne guerre, mais cela m'irrite tout de même, car pour moi, sans hésitation, Freedom est le 1er grand choc de cette rentrée littéraire 2011.

 Ce livre, si vous voulez vous le procurer, on peut le trouver à un prix cadeau sur Price Minister :Freedom de J. Franzen

Cette chronique est également dans le cadre du challenge 1% rentrée littéraire proposé par Hérisson 8.

Posté par filou49 à 06:58 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Commentaires sur Freedom," THE Saga" de cette rentrée 2011

    Je note, car je connais très peu d'auteurs américains et j'ai très envie de m'y intéressée un peu plus ! (bon pour la Guerre est déclarée, j'ai pas aimé non pas parce que l'on en a dit trop de bien, j'ai pas aimé parce qu'il n'est pas à mon goût et que je n'ai pas accroché au genre. Hors sujet, mais parfois on aime pas et puis c'est tout).

    Dans un autre genre, tu as déjà lu du Jonathan Safran Foer ?

    Posté par Marine, 20 octobre 2011 à 14:49 | | Répondre
  • oui c vrai que tu n'avais pas aimé la guerre est déclarée je m'en souvenais plus... en fait je pense qu'iconsciemment lorsqu'un film est porté aux nues, on est plus sévère si on a pas partagé l'enthousiasme général que si le film/ livre était passé inapercçu... la violence de notre réaction correspond à l'irritation d'une surmédiatisation je suis comme cela, et c tout à fait logique il me semble... et d'ailleurs, un de mes prochains billets sur un film que je viens de voir et qui m'a décu par rapport à tout ce qu'on en a dit va dans ce sens...
    voilà marine ) sinon safra foer, j'en ai bcp entendu parler mais je n'ai pas tenté encore, je sais que son dernier ouvrage est uen charge violente contre la consommation d'animaux qui a fait changé de comportement pas mal de monde... tu l'as lu?

    Posté par filou49, 20 octobre 2011 à 17:21 | | Répondre
  • Je ne l'ai pas encore reçu mais je suis contente de voir que tu as été aussi emballé! Par contre j'attendrai peut-être les vacances pour le lire...;o) Bonne journée!

    Posté par My discoveries, 20 octobre 2011 à 18:17 | | Répondre
  • Bizarrement moi il ne m'attire pas du tout ce bouquin...

    Ah au fait , je viens de te tagguer sur mon blog ^^ (pas taper hein ^^)

    Posté par Lizouzou, 20 octobre 2011 à 21:29 | | Répondre
  • Oui tu as certainement raison.
    Oui j'ai lu celui là de Jonathan Safran Foer qui est vraiment extra. Mais il a aussi écrit entre autres deux fictions qui apparemment sont super et que je n'ai pas encore trouvé le temps de lire ("Tout est illuminé" et "Extrêmement fort et incroyablement près"). C'est pour ça que je te pose la question.

    Posté par Marine, 20 octobre 2011 à 21:51 | | Répondre
  • @ lizouzou : ah ben merci pour ton intervention, non seulement mes 100 lignes sur le bouquin n'arrivent pas à te convaincre...et en + on me tague, moi qui avait fait un billet pour dire que c'était bien un truc que j'adorais pas sur la blogosphère... ) bon bon j'ai pas dit que je le ferais pas, mais ca va me faire bouger les 2 neurones que j'ai...c douloureux tu sais )
    @ marine : il parait que tu as plus envie de manger de la viande apres avoir lu ce livre...c le cas pour toi... tout est illuminé, j'ai vu le film ( forcément), bof...mais le livre est parait il bien mieux...

    Posté par filou49, 20 octobre 2011 à 22:17 | | Répondre
  • Ne t'inquiète pas, ton billet n'y est pour rien. Je n'ai pas été emballé dès sa sortie, c'est peut être le fait d'en avoir beaucoup entendu parler ou peut être le fait que ce soit un gros pavé... !

    Oui je me souviens de ce billet mais c'était juste une petite attention ^^
    Tu n'es en rien obligé de participer, ce n'est qu'un jeu

    Posté par Lizouzou, 21 octobre 2011 à 13:17 | | Répondre
  • @ Filou : D'accord. Oui c'est vrai que "Faut-il manger des animaux ?" remue pas mal, mais il est extrêmement juste et bien écrit et c'est à juste titre. C'est la première fois que je lis une enquête aussi ouverte et complète. Je ne mangeais déjà quasiment plus de viande et ça m'a donnée l'impulsion qui manquait pour devenir végétarienne (en prenant d'ailleurs conscience que les exploitations de pêche de masse, industrielle, tout ça, sont aussi néfastes pour la planète, voire plus, que les élevages terrestres).

    Posté par Marine, 21 octobre 2011 à 21:03 | | Répondre
Nouveau commentaire