mercredi 30 novembre

Une sélection ciné pour tous les goûts!!!

Contrairement  à la semaine précédente ( Ah, Mélanie), je ne vois aucun film incontestable, qui passerait 100 coudées au dessus des autres. Au contraire, j'ai hésité entre plusieurs, mais finalement les 3 que je retiennent forment un ensemble totalement hétérogène, donc complémentaire: 1. Le  Chat Potté: Le pitch : Bien avant  sa rencontre avec Shrek, le légendaire félin s’était embarqué dans un périple riche en rebondissements, avec la ravissante et rusée Kitty Pattes de Velours et Humpty Alexandre... [Lire la suite]

mardi 29 novembre

Sophie Di Ricci : Les Jaguars moins forts que les chiens

Quelquefois, on s'emballe sur un auteur qu'on découvre avec son premier roman, on est épaté par un ton, un style, les prémisses d'une grande oeuvre en devenir,  et forcément, on se jette avec excitation sur son second opus, on retrouve une bonne partie des ingrédients du premier.... Et alors, sans qu'on ne puisse vraiment expliquer pourquoi, c'est là que la magie n'opère plus du tout... C'est ce sentiment  de déception qui m'a étreint à la lecture de Jaguars, le second roman d'une jeune auteur villeurbannaise ( et... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 28 novembre

Editions la Contre allée: et un tour dans le Nord, un!!

Dans mes différents challenges littéraires, il y a un pour lequel j'éprouve une tendresse particulière : c'est celui, proposé, en partenariat avec le site Liblfy, par la petite maison d'édition La contre allée, qui a proposé à 6 blogueurs, dont moi même, de recevoir et chroniquer 6 de leurs ouvrages parus depuis septembre 2011. Après le dernier des juges et Ces vies là, j'ai donc reçu un lot de deux livres, qui ont en commun un même auteur,  une certaine Amandine Dhée. Cette  jeune lilloise, artiste complète ( et... [Lire la suite]
lundi 28 novembre

Nicole Garcia regarde les hommes sombrer

Lors de mon article sur le film La couleur des sentiments, (pas forcément le billet a posteriori dont je suis le plus fier), je vous disais que les "films de filles" n'étaient pas intrenséquement ceux que je préferais. Du coup, vous allez me rétorquer que je dois aimer les films de mecs. A cette passionnante question, je vous répondrai oui, mais :  absolument pas les films de mecs avec des flingues, des bagnoles, des belles nanas à leur bras. Moi les modèles de films de mecs que je préfère, ce sont ceux de Nicole... [Lire la suite]
dimanche 27 novembre

Concours spécial Hors série télérama

Alors aujourd'hui, concours un peu intello, je le reconnais, mais il en faut bien pour tous les goûts: aprés la détente et les zygomatiques du concours de la semaine passée, ce sont les neurones que je sollicite. Parmi les revues de chevet auxquelles je suis abonné depuis un certain temps, figure en bonne place  mon cher  Télérama. Non, mes parents n'étaient pas profs, mais mon père était quand meme cadre de la fonction publique, ca doit aider pour que Le Télérama devienne mon livre de chevet. Cela étant, il faut... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 07:29 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 26 novembre

Le coup de tag du samedi

 Bon, allez j'ai décidé : moi qui étais une vraie langue de vipère et qui surtout avait affirmé sur tous les tons détester les tags pulluant sur la toile, désormais j'arrete mon coup de griffe du samedi et à la place je vous livre un petit tag hebdomadaire, après celui de lundi dernier. Non, trève de plaisanterie, c'est bien parce que c'est ma chère Potzina qui me l'a demandé, et aussi que l'exercice m'intriguait que je me jette à corps perdu dans ce nouveau tag où je vais me lancer un auto défi : une réponse trés courte, sans... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:50 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 25 novembre

Apprendre à vivre sans toi: la saga Renaud continue

 En cette année 1994,  pendant  que Renaud s'appitoyait sur la mort de son petit chat, un autre chanteur français portant le même prénom sortait un single où il était également question de travail de deuil. A l'époque, je me rappelle avoir écouté alternativement chacuns de ses deux cris du coeur, les 2 CD posés sur ma chaine  aux 3 platines ( ils ont pas fait long feu, ce genre d'appareil), et je ne suis pas persuadé qu'on soit pléthore dans ce cas là. Car ce Renaud là, Hantson de son nom patronymique,... [Lire la suite]
jeudi 24 novembre

Une heure de silence: le clacissisme a du bon

Le prix du polar Point a livré ses derniers secrets hier soir lors de la cérémonie de remise de prix à laquelle j'étais invité, mais dont j'ai du hélas décliner l'invitation, puisque je ne réside pas sur notre chère capitale. Je peux donc sans crainte donner le nom du gagnant, il s'agit de Cotton Point de Pete Drexter, le premier roman que j'ai lu de la sélection et pour qui j'avais voté; tout va donc  bien dans le meilleur des mondes. Toutefois, je n'en ai pas totalement fini avec les jurys littéraires... [Lire la suite]
Posté par Bazaart à 06:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 23 novembre

Les sorties du jour: Mélanie, of course...What else?

Vieillir comporte au moins un avantage: celui de pouvoir radoter sans que personne nous en tienne trop rigueur. Ainsi, j'ai déja dit maintes fois tout le bien que je pensais de Mélanie Laurent, et bien, je le redis une nouvelle fois aujourd'hui, et tant pis pour les grincheux qu'elle agace prodigieusement (j'ai encore lu récemment des billets assassins sur elle). Et puis, j'avais fait un billet sur la Mélanie Laurent chanteuse, puis la Mélanie Laurent actrice,  il me manquait celui sur la Mélanie Laurent réalisatrice. Cela... [Lire la suite]
mardi 22 novembre

Cédons à Toutes nos envies!!!

Bon, je ne vais pas me mettre à tirer à boulets rouges sur le film Intouchables alors même que je l'avais défendu becs et ongles avant qu'il ne rencontre son triomphe actuel. Mais le problème est que lorsqu'un film dévore tout sur son passage comme cela, il ne laisse plus beaucoup de place à d'autres oeuvres, plus fragiles, car moins populaires dans le fond et dans la forme, mais qui auraient mérité, à mon sens, tout autant d'adhésion du public. Je pourrais citer plusieurs exemples de ces films, mais je vais plutôt me fixer sur... [Lire la suite]