pacte-des-viergesEn ce début d'année 2012 j'ai lu coup sur coup deux romans français sortis lors de la rentrée de septembre dernier et qui ont un point commun évident. En effet, tous deux prennent comme point de départ un fait divers qui a fait la une de l'actualité ces dernières années : Tout tout de suite, de Morgan Sportès sur la tragédie Ilan Halimi, dont je vous reparle très bientot, et ce Pacte des Vierges de Vanessa Schneider;

Vanessa Schneider, qui fut journaliste au journal Libération, et dont j'aimais bien la plume, (et qui est également la fille de Michel Schneider, écrivain auteur notamment de Marylin, dernières séances) a pris comme origine une histoire qui avait bien défrayé la chronique il y a 5 ans de cela, dans la petite bourgade  de Gloucester (Massachusetts - USA). En effet, à quelques semaines d'intervalle, dix-huit lycéennes de moins de seize ans sont tombées enceintes. Ce fait divers, qui a frappé l'opinion collective par sa singularité et l'étrangeté des motivations sous jacentes a également fait l'objet d'un film, 17 filles, dont j'ai déja parlé à sa sortie, et qui, contrairement au pacte des vierges, a été transposé en France.

Schneider ne s'éloigne pas totalement de son travail de journaliste puisqu'elle va construire son récit sous forme d'enquête journalistique (qui semble être  mené par un journaliste étranger, un journaliste de Libé, peut- être?). Le journaliste va choisir de donner la parole à 4 jeunes filles du groupe les plus emblématiques du groupe : la meneuse, la pom pom girl, la fille catholique de bonne famille, et la dernière, la seule avec un copain officiel.  

Si au départ, ces récits croisés peuvent dérouter et peuvent nous sembler assez éloigné de la réalité, au fil du récitSchneider_Vanessa par Francesca Mantovani_2011_presse_0 se dégage un vrai charme de ces témoignages et on se sent vraiment plongés dans l'intimité de ces filles, pas vraiment gatées par la vie, pour chacune une raison diverse,  et dont la grossesse à venir va leur faire poser des questionnements auxquels elles n'avaient pas songé. C'est cette évolution, arrivant plus vite que dans le cas d'une ado traditionnelle que le livre arrive à retranscrire de façon jamais pesante. En cela, la forme choisie par l'auteur, ce récit journalistique qu'on pourrait trouver froid, permet de tracer de façon la plus juste et la moins appuyée qui soit, cette complexité liée à l'adolescence que ce faits divers souligne jusqu' à son paroxysme.

Comme dans l'ouvrage de Sportès, jamais Vanessa Schneider ne se permet de juger les actes de ces filles, ni de les idéaliser : à distance de ses héroines, c'est donc au lecteur de faire son jugement, et celui ci peut évoluer, en fonction des élements progressivement parsemés sur la vie et les motivations des protagonistes de l'histoire.

Hélàs, le livre a  quand même un défaut non négligeable, celui de ne pas être assez long, et du coup de rester trop à la surface de ces filles qu'on aurait aimé connaitre plus intimement pour être véritablement submergé par leur histoire. Ainsi, lorsque le récit s'achève (avec un rebondissement tragique inattendu), on est un peu décu de ne pas avoir partagé leurs vies plus longtemps.  Aprés, pour ceux qui préférent les récits courts mais intenses au pavé fourni mais parfois ennuyeux, Le pacte des vierges est à conseiller.

Pour les autres, et c'est ce que je fais souvent lorsqu'il s'agit de romans français au faible nombre de pages, on peut attendre la sortie de la version poche dans quelques mois.