39 marchesJe parle rarement théatre sur ce blog, à mon grand désespoir car j'aime le théâtre depuis que je suis tout petit, et que mon paternel m'emmenait écumer toutes les salles de théâtre de la capitale, le plus souvent avec des Invitations qu'il gagnait grâce à différents magazines, notamment Feu 7 à paris

Bref, de 12 à 30 ans, j'ai bien du aller une fois par mois, voire plus, voir des pièces de théatre, plus issues du théatre privé que du subventionné (trop élitiste et cérébral pour moi). Hélas, s'il y a une carence de Lyon sur Paris au niveau culturel, c'est bien dans le domaine du théatre qu'elle se situe, tant les rares salles de la capitale des gônes proposent un choix bien moins varié, et surtout ne proposent pas grand chose entre les pièces de vaudeville lourdaud du Théatre de la Tête d'Or et les pièces bien pompeuses et ennuyeuses des salles publiques (TNP et autres).

C'est pour cela que lorsque je remonte sur la capitale voir ma famille, j'en profite, si je le peux, pour aller voir une pièce, mais maintenant comme j'en vois beaucoup moins, j'essaie de bien la choisir pour être sur de passer un bon moment.

Cela a vraiment été le cas lors de ma dernière sortie théatrale parisienne, puisque sur les conseils de mon entourage qui avait adoré, je suis allé voir une pièce qui a connu un énorme succès en 2009,  succès auréolé de deux molières (septacle comique et adaptation), et dont je n'ai pas voulu manquer la reprise depuis novembre 2011 au théatre La Bruyère. Cette pièce, c'est les 39 Marches, qui évidemment avant d'être une pièce, était d' abord un roman de John Buchan, puis surtout un film du génial cinéaste Alfred Hitchock.

En fait, j'y allais un peu en terrain conquis car il faut dire que j' ai un très gros faible pour le comédien principal et metteur enles-39-marches-affiche scène de la pièce, l'immense Eric Métayer que j'ai eu l'occasion d'aller applaudir plusieurs fois avant cette pièce, notamment dans Shakespeare le défiLes Cailloux plein les poches (sur un tournage d'un film dans la campagne anglaise) et Un monde fou (dans les coulisses d'un grand restaurant). A chaque fois, je suis sorti totalement épaté par la performance de cet acteur hors du commu, capable d'interpréter des centaines de personnages aussi divers les uns que les autres sans jamais nous faire perdre le fil de la folle histoire qu'il nous raconte.

 Dans "les 39 marches", Eric Metayer n'est pas tout seul puisque 3 autres comédiens, Jean-Philippe Beche, Herrade Von Meier et Christophe Laubion, l' accompagnent et interprètent à eux 4 plus de 150 personnages. La troupe restitue, avec un côté loufoque et une énergie décapante,  l’univers d’Hitchcock avec la plus grande fidélité. Au programme cascades, poursuites en voiture, espionnage, suspens et histoires d’amour. Mais c'est bien évidemment le génial fils d'Alex Métayer  qui endosse  le plus de rôles  ( 70 à lui seul!!).  Il interprète ainsi  aussi bien les animaux domestiques - chien et chat - que la poule, le policier anglais, la boue des marécages ou même encore le buisson d'aubépines !

Les artistes font montre de moyens divers et variés, toujours astucieux, afin de renouveler sans cesse l'effet de surprise: Londres, la lande écossaise, des cascades, des poursuites de voiture, une histoire d'amour, espionnage et suspens, tous les moments forts du film sont présents, et même plus encore.

Dans la multitude de pièces  de théâtre que j'ai eu l'occasion de voir dans ma vie, je peux affirmer que cette pièce ne ressemble à aucune autre pièce. Vraiment  une très belle soirée à conseiller à tous les parisiens ou les provinciaux en vadrouille qui veulent sortir au théatre et passer un très bon moment


BA Les 39 Marches