film-ave-192980Ne jamais dire "Fontaine..."Je le connaissais déjà, ce viel adage, mais j'aurais bien fait de le réviser avant de l'ouvrir dimanche dernier. Figurez vous qu'alors que je vous avais promis de faire une pause (temporaire, je rassure ceux qui pensaient le contraire) sur les invitations de cinéma, je vous en remets une petite couche. Il faut dire que vous avez été très nombreux à jouer pour les Vieux chats, ce qui montre que vous êtes aussi enclin à tenter le coup d'un cinéma un peu moins accessible que celui dont on parle dans tous les médias traditionnels. 

Cette semaine, je vous offre carrément 7 places de cinéma, pour deux films différents dont je ne vous ai pas parlé dans mes sélections de la semaine, mais qui me paraissent très interessant, pour des raisons différentes:

Tout d'abord Avé, un très joli film bulgare (un pays pas forcément réputé pour son cinéma, pour le reste non plus d'ailleurs...y'a des bulgares chez mes lecteurs?) qui raconte l'histoire de Kamen, un jeune ado bulgare qui se rend en stop à Roussé, dans le nord de la Bulgarie. Sur la route, il rencontre Avé, une jeune fugueuse de 17 ans, qui lui impose sa compagnie. À chaque nouvelle rencontre, Avé leur invente des vies imaginaires et y embarque Kamen contre son gré. D’abord excédé par Avé et ses mensonges, Kamen se laisse troubler peu à peu…

"Comme pour les premier film très adroit au tempérament vagabond, peinture douce-amère en bleu-gris-rouge, qui nous fait traverser le pays en auto-stop et, par deux fois, dans le sillage d'une brève rlg_Ave-3encontre." ( Libération)

"le film de Konstantin Bojanov distille une magie délicate qui ne fera pas regretter au spectateur d'avoir pris la route avec lui". (Le Monde)

Voici, entre autres, deux excellentes critiques de la presse qui laissent à penser qu'Avé semble être un très beau voyage à travers la Bulgarie.
Sivous voulez vous y aventurer, je vous offre donc une invitation pour deux personnes valables même le we (précision utile) dans toutes les salles de France à qui me le précise en commentaire.


Avé - Bande-annonce

walkEnsuite, j'ai carrément 5 invitations à vous offrir pour le film Walk Away Renée, le tout nouveau film de Jonathan Caouette, qui avait fait sensation il y a quelques années avec Tarnation, une sorte de docu fiction choc.

Caouette reprend ici même le même principe, puisqu'en compagnie de sa mère, Renée, qui souffre d’importants troubles mentaux,entreprend un voyage à travers les Etats-Unis, pour la ramener de Houston à New York. Les obstacles qu’ils rencontrent sur leur route sont entrecoupés de retours dans le temps qui donnent un aperçu de cette relation mère-fils hors du commun. Là encore, les critiques ciné élogieuses étaient pléthoriques :

Au rythme d'un road-movie qui mène la petite famille de Houston à New York, le film déplie ainsi les grandes étapes de la vie de Renée, brouillant les frontières temporelles dans un montage bouleversant où les chromos heureux d'hier viennent heurter les images d'un présent exsangue.Les Inrockuptibles

Jonathan Caouette reconstruit un chronologie intime accidentée, où les walk-away-renee-critiqueexpérimentations visuelles et sonores, relais indispensables de la pudeur et de l'amour fou (...) font pleinement sens. Le Monde

Le film est à mon avis assez particulier, voire experimental, mais il constitue sans doute un très beau portrait de mère. Si le film vous interesse,  dites le moi en commentaire et précisez moi aussi combien de place (une ou deux) vous voudriez. Comme j'en ai plus que d'habitude, il devrait y avoir plus d'heureux que les autres dimanches!!

Je vous laisse comme la semaine dernière jusqu'à mardi, le 8 mai, 18 heures pour participer.

Bon je ne promets plus rien pour les autres dimanche, j'ai des billets concours déjà prêts mais qui ne cessent d'être reportés d'une semaine à l'autre.

 Et évidemment, après ou avant votre participation, n'oubliez pas votre petit devoir citoyen du jour.


WALK AWAY RENEE - Bande-annonce VO