dark-shadows-2Bon finalement, j'ai été mauvaise langue sur les sorties cinéma avant Cannes. Car figurez vous que tout juste une semaine avant même l'ouverture du festival, les distributeurs ont décidé de sortir sur les écrans rien de moins qu'un film réalisé par un ancien président du jury, donc pas n'importe qui quand meme. Et dans un des deux autres films que je mets en avant, un nom est encore plus connu internationalement que celui de Tim Burton (puisque c'est bien de lui qu'il s'agit), même si ce n'est pas forcément pour ses talents de cinéaste. Allez, j'arrête de blablater et jugez en plutôt par vous même :

1.Dark shadows :

Le pitch :

Aux XVIIIème siècle, Barnabas Collins est maudit par une sorcière. Il est alors transformé en vampire et enterré vivant. Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé…

Pourquoi je veux y aller :

- Parce que même si j'ai déja dit sur ce blog que Tim Burton était loin d'être mon cinéaste préféré, c'est un vrai cinéaste avec un univers et un talent créatif hors du commun; chacun de ses films reste donc forcément à voir;

- parce que ce film est en fait une  l'adaptation de la série télévisée américaine Dark Shadows de Dan Curtis, diffusée de 1966 à 1971 sur une chaine américaine,qui avait fait un triomphe à l'époque;.

- parce que l'association Johnny Depp/Tim Burton est aussi fructueuse et inspirée que le binome Scorcese- De Niro ou Fincher-Bradd Pitt et qu'il est intéressant de voir la prestation de Depp, dans un rôle, farfelu et déjanté, taillé pour lui.


La bande-annonce VOST de "Dark Shadows" de Tim Burton

maman-42.Maman

Le pitch :

Quittée par l'homme avec qui elle partageait sa vie depuis vingt ans, une mère d'une soixantaine d'années décide de venir s'installer à Paris près de ses deux filles. Son apparition aussi soudaine qu'inopportune après vingt années d'indifférence, vient appuyer chez Sandrine et Alice là où ça fait mal. Submergées par leurs émotions, rattrapées par le passé qui ressurgit et les frappe en pleine figure, rendant leur mère coupable de leurs névroses, elles décident de la kidnapper pour obtenir l'amour qu'elles n'ont jamais reçu.

Pourquoi je veux y aller :

- parce que la réalisatrice du film, Alexandra Leclere avait auparavant proposé un très bon film sur la déchirure fraternelle dans Les soeurs fâchées avec Isabelle Huppert et Catherine Frot. et un intéressant prix à payer comédie sociale sur fond de crise conjugale avec Christian Clavier et Nathalie Baye;

- parceque le tryptique Marina Fois/ Mathilde Seigner/Josiane Balasko, aux personnalités fortes et opposées peut faire des étincelles dans des rôles respectifs de filles et de mère entretenant des relations plus qu'houleuses;

- et parce que j'ai gagné des places pour le film sur le blog de Faustine, et que dans ce cas, je fais tout pour aller voir l'oeuvre, question de politesse.


MAMAN - Teaser 1


Madonna_WE_on_the_set_013.W.E :

Le pitch :

Londres, décembre 1936 :Pour pouvoir épouser l’américaine Wallis Simpson, déjà deux fois divorcée, le Roi Edouard VIII est contraint d’abdiquer, quelques mois seulement après le début de son règne.
New-York, février 1998 : Malheureuse dans son mariage, Wally Winthrop passe ses journées à l’exposition qui précède la vente aux enchères, chez Sotheby’s, des objets ayant appartenu au Duc et à la Duchesse de Windsor. Wally découvre alors peu à peu ce qu’a été la vie de Wallis.

-Pourquoi je veux y aller :

- parce que le film évoque le célèbre couple Édouard VIII et Wallis Simpson, histoire romanesque à souhait  et dont j'avais entendu parler  pour la première fois dans le Discours d'un roi;

- parce que je n'avais pas vu le premier film de La Madone, Obscénité et Vertu, qui avait eu plutot bonne presse, et que je donc suis curieux de savoir ce qu'elle vaut en cinéaste;

- parce que j'ai un faible pour les films romantiques et lyriques, même si le genre est parfois casse gueule.


WE Bande Annonce VF (Madonna)

Voilà un choix sans doute un peu moins audacieux que certaines semaines, j'ai snobé Indian Palace, le film anglais sur l'Inde misen scène par le réal de Shakespeare in Love , ainsi que Cherchez le garçon, une comédie française a petit budget avec la délicieuse Sophie Cattani. En tout cas tous ces films permettront de faire passer rapidement la semaine avant la grande messe de la semaine prochaine.