Lyonbd_image-gaucheComme je vous l'avais dit mercredi, Lyon est depuis hier matin et jusqu'à ce soir, sous le signe de la BD. En effet, depuis sept ans, Lyon BD Festival a pris le parti du 9ème art sous toutes ses formes.

Et hier, en fin d'après midi, je suis allé faire un tour au salon pour pouvoir vous en parler un tout petit peu, car si j'avais raté les deux précédentes éditions, je suis plutôt un habitué des lieux, depuis les toutes premières éditions.

Ce qui frappe par rapport au salon Quai du polar, salon où j'avais fait également un tour,  et qui se déroule au même endroit, le Palais du Commerce, c'est qu'on peut largement y circuler à travers les allées et qu'on n'attend trois heures pour une dédicace.

Il faut dire que contrairement au salon du Polar, l'entrée du salon de la BD est payante, et même si le prix est plutôt modeste (3€), cela peut quand même un peu freiner certaines véilleités.

J'avoue être toujours circonspect lorsqu'il faut s'acquiter d'un droit d'entrée  pour aller dans un salon quelqu'il soit, vu qu'on ensuite, on devra encore encore certainement payer pour ce qui est exposé, sans réduction tarifaire particulière, mais bon, même si j'ai un peu tiqué, j'ai versé mes 3 euros,pris mon petit chapeau Spirou fabriqué par les hotesses du salon et suis allé voir dans la saAUTEUR-OTEROlle des dédicaces, où plus de 120 auteurs, venus de France, de Belgique,d’Allemagne, d’Italie, et du Québec, étaient  cette année présents à Lyon BD.

Parmi eux, de vraies pointures du genre : Guy Delisle, Michel Rabagliati, Delaf et Dubuc, Lewis Trondheim, Reinhard, Kleist, Fabien Velhmann, Pénélope Bagieu, Olivier Schwartz, Olivier Berlion, Nicolas Otero ( voir photo), l'auteur de la série Amerikka.

Comme je n'ai pas la même culture en matière de BD qu'en cinéma, j'avoue ne pas connaitre les 9/10ème de ces auteurs, et lorsque j'ai vu qu'une bonne trentaine de personnes attendaient impatiemment une dédicace de Mathieu Bonhomme, je me suis dit que sa série les Voyages d'Esteban devait connaitre un certain succès.

 J'ai finalement regardé les auteurs présents, et suis entré dans la BDThèque où l'ensemble des ouvrages étaient disponibles en libre service et me suis arrété sur une BD sans parole, totalement adaptée aux tous petits, à partir de 4 ans, donc parfaitement faire pour mon fiston que je n'avais finalement pas trainé avec moi. Cette BD, c'est  Petit Renard, la rivière cracra,  où le petit renard en question est confrontée à la pollution de la rivière dans lequel il peche. Cette BD, qSPECTACLE BDui fait prendre consciences aux tous petits des aléas environnementaux est à la fois charmante et très drôle.

Et mon bonhomme, qui avait tendance à piquer les BD de son papa, a été ravi d'en posséder enfin  une rien que pour lui, qu'il a chéri toute la soirée!!! Il faut dire que l'illustrateur de la BD, Ben Lebègue,  a fait à son intention une superbe dédicace personnalisée, avec le petit renard en question.
 

 Ensuite, mon ouvrage dédicacé sous le bras, je suis allé faire un tour à l'étage pour assister en direct à un concept assez amusant : La pose s’impose”, un atelier croquis modèle vivant pour croquer avec les plus grands auteurs des comédiens s’inspirant de leur univers Ici, c'était la comédienne Lady Burlesque qui se prétait au jeu, et ca valait son pesant d'or.

Bref, le salon de la BD, c'est plus qu'un simple salon de dédicace, et c'est encore une preuve de la bonne santé de la culture lyonnaise.