facingSi j'étais un peu plus bilingue que dans la réalité, j'aurais compris, rien qu'en regardant le titre du DVD  du film inédit en salle Facing Ali (qui est sorti le 1er juin Distribué par la Metropolitan Filmexport” que je n'allais pas forcément voir un documentaire sur Mohamed Ali, le plus grand boxeur de tous les temps, mais plus sur les plus prestigieux adversaires qui l'ont combattu (le fameux facing) tout au long de son extraordinaire carrière.
 
Or, ce n'est qu'au bout d'une heure de film que je me suis dit qu'on apprenait bien plus sur la vie de ces boxeurs ( dont je connaissais quand même certains noms comme Joe Frazier ou Georges Foreman) que sur celles de Monsieur Cassius Clay, le vrai nom de Mohamed Ali, qu'il portait avant sa conversion à l'islam.
 
J'avoue en avoir été quelque peu déçu, car si j'avais vu l'extraordinaire documentaire de Leon Gast, When We were kings, oscar du meilleur documentaire en 1997, j'ai oublié une grande partie  de tout ce que j'avais appris sur ce boxeur hors du commun. De plus, j'avais raté à regret le biopic de Michael Mann, tout simplement nommé Ali, réalisé en 2002, et je me disais donc que ce Facing Ali était une belle façon  de refaire ma culture sur ce champion.
Or, du coup, Facing Ali peut quelque peu nous frustrer à ce niveau, car on n'apprend absolument rien de la personnalité hors du ring de Mohamed Ali :  sa conversion à l'islam son désengagement militaire durant le Viêt-Nam et et ses liens avec Malcom X sont  certes évoqués, mais beaucoup trop brièvement  pour que le néophyte puisse y saisir quelque chose  de notable.  

facing_ali_poster Le documentariste Pete Mc Cormack axe son Facing Ali sur une approche originale, celle de ses conccurents, et choisit donc de raconter  le sportif par ses plus coriaces adversaires qui ont combattu contre la légende entre la fin des années 60 et le début des années 80. 

Une fois passée la frustration de se rendre compte qu'on n'apprendra pas plus sur le personnage Ali, on s'aperçoit vite que ces intervenants sont tous d'excellents conteurs et pourraient également tous faire des personnages de fiction assez exceptionnels, qui pourraient d'ailleurs faire jouer des rôles dans certaines productions holywoodiennes. 

Ainsi, l'ancien champion Georges Chuvalo, au physique proche des acteurs d'un film de Scorsese, nous livrera une confession poignante sur la perte de ses films et de sa femme, térassés par les ravages de la cocaine. Et Georges Foreman, touché par la grace divine ne dépareillerait pas dans un Abel Ferrara.

facing-ali-20091228030337850-000Et surtout, tous ces boxeurs, qui ont comme point commun desortir d'un milieu peu favorisé,  apparaissent ainsi comme  les symboles d'une ascension sociale comme seul le sport peut favoriser.  Mais cette gloire du champion possède également son revers, une fois la célébrité retombée, et le documentaire ne nous épargne pas ces épreuves traversées par ces sportifs. 

Et le film a également d'autres atouts, notamment une mise en scène trés léchée et axant sur le potentiel cinégénique de la boxe, le sport le plus traité par le 7ème art. Le montage, sec, tendu,  contribue aussi à mettre bien en valeur les meilleurs combats. Le documentariste a eu égalment la chance de s'appuyer sur des riches travaux d'archives, pour pouvoir appuyer son discours et alimenter le mythe Ali.

 Et là encore, Mac Cormack utilise le mieux possible les interviews des adversaires d'Ali.  Chaque boxeur nous décrit la préparation, les combats, les provocations d'Ali, avec un tel engouement qu'on le ressent  vraiment de l'intérieur.

Bref, Facing Ali nous laisse un peu dubitatif pour finalement nous retourner à la fin...comme un vrai KO de Mohamed Ali, en fait...:o)

 
  
- Découvrez aussi plein d’autres films sur Cinetrafic dans la catégorie Documentaire ainsi que la catégorie Film à voir.