tous-les-soleils-30-03-2011-30-03-2011-3-gAprès mon premier billet sur les comédies française de 2011, je reprends mon baton de pélerin et vous livre la seconde partie de mes chroniques sur ce même thème. Rappellons un peu  le principe pour ceux qui ont raté le premier épisode: deux films légers et de l'année passée que j'ai vu en DVD, l'un qui a bien marché en salle, l'autre un peu moins, et qui m'ont bien plu tous les deux.

Peut-etre que cet été, j'étais d'humeur joyeuse, en tout cas, ce qui est certain, c'est que presque tous les films vus en DVD m'ont laissé bonne impression.Parmi ces films, aujourd'hui, je vous présenterai les deux suivants :

1. Tous les soleils

De quoi ca parle : d'Alessandro, professeur italien de musique baroque qui vit à Strasbourg avec Irina, sa fille de 15 ans, en pleine crise, et de  son frère Crampone, un gentil fou anarchiste qui ne cesse de demander le statut de réfugié politique depuis que Berlusconi est au pouvoir. Parfois, Alessandro a l'impression d'avoir deux adolescents à élever, alors qu'il ne se rend même pas compte qu'il est lui-même démuni face à l’existence. Voulant être un père modèle, il en a oublié de reconstruire sa vie amoureuse, d'autant plus qu'il est entouré d'une bande de copains dont la fantaisie burlesque l'empêche de se sentir seul.

Carrière du film en salles : Avec Tous les soleils, Philippe Claudel signe son deuxième long métrage, trois ans après Il y a longtemps que je t'aime, adapté de son propre roman. Ce drame avait été récompensé du César de la Meilleure première oeuvre et avait attiré plus d'un million de spectateurs dans les salles. Un succès public et critique qui a permis au cinéaste d'avoir toute latitude pour le casting de Tous les soleils.

 Avec ce second film, Claudel passe du drame à la comédie, d'un film sombre et mutique, à un film solaire et bavard, mais cette différence de ton ne troublera pas les spectacteurs qui l'accueillera presque tout aussi bien (près de 600000 spectacteurs et un excellent bouche à oreille. Claudel, déja romancier à succes, devient avec ces 2 films un cinéaste "bankable"

Ce que j'en ai pensé : Tous les soleils est un film qui respire la bonne humeur, porté par la cadence de la tarentelle. Pas une once de méchanceté  et  de cynisme (ca change Le film est rose, et pourrait paraître un peu trop gentillet à certains. Mais ce feel good movie  s'assume comme tel et fonctionne à merveille,  grâce à des personnages justes, attachants et une petite musique qui nous vient de loin mais qui nous trotte dans la tête longtemps encore après le générique final. A l'image de cette tarantelle, le film nous entraine dans sa danse pour nous faire voir tous les beaux côtés de la vie !  L'humour -frais, léger- est très présent  mais l'émotion n'en est pas pour autant négligée. Une bien belle surprise!

pourquoi-tu-pleures-pourquoi-tu-pleures-15-06-2011-14-g2. Pourquoi tu pleures?

De quoi ca parle : d'un trentenaire, qui, à quelques jours de son mariage, se retrouve confronté à des décisions cruciales.
Face à sa fiancée qui a disparu, face à la fille qu’il vient de rencontrer, face à sa belle-famille dont il ne comprend pas la langue, face à sa mère, sa sœur, ses potes et même aux ouvriers sur le chantier de son futur appartement, il doit trancher.
Mariage ou passion, passé familial ou futur conjugal, pétales ou dragées, tout va y passer.

Carrière du film en salles : Réalisé par l'actrice Katia Leibowicz, vu notamment dans la série Hard, Pourquoi tu pleures avait été choisi comme film de clôture de la Semaine de la Critique, lors du Festival de Cannes 2011. Précédé d'une critique flateuse, notamment parmi la presse parisienne dite "bobo" (Inrocks, Télérama, Libération), le film n'a pas vraiment connu de grand succès public, réunissant à peine plus de 150 000 spectateurs. Un échec pour la réalisatrice et pour Benjamin Biolay qui portait pour la première fois un film sur ses frèles épaules.

Ce que j'en pense : Même si j'ai mis un peu de temps à rentrer dans le film, et que certains passages ont pu m'irriter un peu, je me suis laissé porter par le charme délicat d'ensemble de cette première oeuvre. Pourquoi? Voilà quelques raisons en vrac :

- parce j'adore Benjamin Biolay chanteur et que je commence à aimer de plus en plus le comédien, qui impose une personnage de timide mélancolique et ahuri assez épatant,

- parce que le film trace un beau portrait d'homme tiraillé entre ses doutes et ses désirs;

- parce que rire sur un ton désinvolte et léger lors d'une comédie française n'est pas si courant,

- parce que duo Emmanuel Devos/Nicole Garcia en soeur et mère un peu frappadinge du héros fait des étincelles;

- parce que la réalisatrice a un sens évident de la mise en scène, et notamment de la gestion des déplacements des corps, et sait filmer certaines scènes comme des chorégraphies.

Les critiques des spectacteurs que j'ai pu entendre ou lire étaient bien plus bonnes pour le film de Claudel que pour  Pourquoi tu pleures, mais pour ma part, je prends les deux, avec leurs qualités et leurs défauts!!!