cet été laAprès vous avoir recensé, un à un, les 3 poches qui m'ont le plus plus lors de mes lectures estivales, je vais être plus bref en regroupant en un seul billet les 4 lectures en livre de poche qui m'ont (un peu) moins emballé :

1.Cet été la de Véronique Olmi
 
Résumé de l'histoire : Denis et Delphine, Nicolas et Marie, Lola et Samuel. Trois couples qui depuis des années se réunissent le 14 juillet pour profiter de l’insouciance des repas entre amis et l’agréable torpeur des journées d’été normandes. Mais cet été-là, leur rencontre avec Dimitri, un adolescent mystérieux, va rompre cette belle harmonie en faisant planer la menace de la disparition prochaine du grand pin.
Mon  avis : A mon avis, le bandeau " Prix maison de la presse" a fait du mal à ce roman qui ne méritait certainement pas une telle célébration. Cette histoire et la facon dont l'auteur la raconte n'a évidemment rien d'infamante et reste un peu au dessus de la production hexagonale courante, mais on s'attend à un livre cruel et décapant sur les relations de couple ou d'amitié, et le tout reste quand même assez insignifiant et convenu. Rien ne dépasse vraiment du cadre général de cette histoire, et malheureusement on la lit sans agacement, mais sans passion excessive non plus.
Cela dit, Albin Michel m'ayant très gentiment envoyé le tout nouveau roman de Véronique Olmi " Nous étions faits pour être heureux", je me jetterais évidemment très prochainement sur ce nouvel opus, qui peut-être me séduira un peu plus que son précédent.

yeux2. Les yeux au ciel de Karine Reysset

Résumé de l'histoire  :Six jours d'arrivées, de fête, de départs dans une famille "recomposée", comme le sont tantd'autres, à l'occasion de l'anniversaire du grand-père. Cette fête familiale est naturellementl’occasion de révéler des secrets, de revenir sur les vieilles trahisons et les anciennes injusticesmais aussi, finalement, de retisser les liens, toujours obscurs, qui unissent les membres d’unemême famille.
Mon avis : En lisant le résumé sur la quatrième de couverture, je n’étais pas particulièrement emballé : encore une famille qui se retrouve dans la maison des grands parents, encore des comptes à régler entre frères et soeurs..sauf que Karine Reysset arrive à traiter ce sujet pas franchement original avec une émotion communicative et en ménageant une sorte de suspense. Derrière les blessures, les non-dits, l’auteur invite son lecteur à soulever les tapis pour découvrir les secrets. Ça se passe sur la côte bretonne, ce qui ne gâche rien et une fois qu’on est parti à la rencontre des personnages tous bancals, on ressent une certaine tendresse pour eux et on a envie de les accompagner jusqu’au bout de ce week-end en famille. Malgré toutes ces qualités, un livre qui malheureusement ne va pas au dela du plaisir immédiat de la lecture et qui reste un peu trop classiquetraine

3.Traine pas trop sous la pluie

Résumé de "l'histoire"(?): Le comédien et auteur Richard Borhinger, atteint d'une  hépatiteC  est hospitalisé. Le corps et l'esprit malmenés, il décide d'ouvrir les portes de son imaginaire. Il rencontre un mystérieux Grand Singe, remonte le cours de sa mémoire, revoit son enfance, sa mère, ses voyages en Afrique, le souvenir chaleureux des amis disparus comme le peintre et cinéaste Charles Matton ou Philippe Léotard...

Mon avis : si on accepte au départ ce livre comme le délire poético onrique d’un homme malade, seul, au seuil de lui-même, on peut se laisser porter par le flux verbal et la construction qui part dans tous les sens. Ce livre est un cri, le cri d'un poète chanteur qui nous livre son combat contre la maladie.

L'écriture est complexe et torturée, à l'image de l'acteur que j'aime bien sur grand écran, mais que je n'avais pas encore l'habitude de lire.. Personnellement, j'e dois avouer que j'ai éprouvé de grandes difficultés à accrocher à son style, trop décousu, trop barré, et qui manque totalement de structure. On y voit trés vaguement passer Mano Solo, Bernard Giraudeau, mais vraiment trop superficiellement pour y apprendre des choses.

Borhinger a certainement un style bien à lui, mais en ce qui me concerne, son  univers flou et marécageux m'a laissé perplexe et froid. Un comble pour un livre écrit avec la fièvre!!!.

 

une situation légerement délicate4. Une situation légerement délicate

Résumé de l'histoire : Vous prévoyez d'annoncer votre mariage à votre famille ? Un conseil : ne faites pas comme Katie ! Choisissez bien votre moment et faites preuve de diplomatie. Surtout si l'heureux élu est une brute épaisse dotée d'un pois chiche à la place du cerveau. Présentez les choses avec tact et délicatesse. Tout particulièrement si votre famille cache, derrière les apparences de la plus tranquille bourgeoisie londonienne, quelques prédispositions au dérapage collectif... Il faut dire que pour Katie, entre un père hypocondriaque, une mère volage, un frère homosexuel qui n'assume pas son orientation, sans compter son propre caractère de cochon, la situation a de quoi devenir... légèrement délicate !

Mon avis : Bon j'imagine que j'ai fait une petite erreur en lisant ce livre, enfin disons que j'aurais du commencer ma découverte de Mark Haddon par "Le bizarre incident du chien pendant la nuit" , roman parait il décapant et explosif plutot que ce roman qui visiblement a décu pas mal d'adorateur de son précédent roman.
Car en effet, on ne peut pas dire que j'ai été convaincu par ce roman, qui part certes pas mal avec des personnages et des situations savoureux, mais qui très vite m'a semblé un peu artificiel et un peu plat; la fin étant carrément convenue et politiquement correcte.

Ce qui est étrange, c'est que j'ai mis énormément de temps à faire le rapprochement entre ce livre et le film Une petite zone de turbulences, avec Mélanie Doutey et Michel Blanc, adaptation française d'Alfred Lot de ce roman. Et pourtant je l'avais vu ce film, mais je ne me rappellais plus qu'il était tiré de ce roman. Si je l'avais su, je n'aurais surement pas lu le livre, car...j'avais pas plus aimé le film!!! Au moins y a til une suite logique!!! :o)