jupes mamanJe reste dans la lignée de la culture jeunesse aujourd'hui sur mon blog, car après mon billet de l'aube sur l'âge de glace 4, je vais vous parler de deux très beaux albums jeunesse, issus d'une maison indépendante spécialisée et très dynamique dans le domaine, les Editions Sarbacane.

Le premier de ces album s'appelle dans les jupes de maman, et il est écrit par Carole Fives et dessiné par Dorothée de Monfreid.

L'ouvrage raconte un fantasme que tout petit garçon normalement constiué a toujours révé de réaliser : passer son temps dans les jupes de sa maman. Et pour mieux visualiser la chose, des volets permettent de soulever les jupes de maman pour y voir le petit garçon y faire sa vie, aller en discothèque, conduire une voiture, et même y inviter ses amis un peu jaloux…
La jupe constitue alors l'endroit idéal pour être avec maman à chaque instant :  être avec elle lorsqu' elle travaille, quand elle danse, et même quand elle embrasse papa...
 
Les illustrations de Dorothée de Monfreid, en noir et rouge, et les flaps apportent un côté très ludique et enjoué à cet album.

Le livre aborde sous un angle très imagé et original le fameux complexe d'Oedipe cher à tous les pédopsychiatres: la séparation d'avec sa chère maman est si difficile alors qu' en même temps, on se sent tellement bien dans ses jupes. Mais finalement, le livre se clot sur l'affirmation de son émancipation grâce aux petites filles qui appelleront notre héros à les suivre et à quitter ses fameuses jupes.

Un ouvrage qui fait passer un joli message de manière créative et ludique, et qui a beaucoup plu à mon fils de 6 ans (mais qu'on peut faire lire dès 3 ans,et évidemment aux petites filles aussi), qui aurait peut - être besoeditions sarbacanein de son coté de lire un second volet " dans le pantalon de papa" :o)

 Et toujours grace aux éditions Sarbacane, j'ai pu découvrir  un nouvel ouvrage destiné à la jeunesse, et qui sort  également à cette rentrée. Il s'agit d'ABC d'Anne Hemstege.  Cet abécédaire est plus original et plus ludique que la version traditionnelle.

En effet chaque lettre présentée n’est pas seulement l’initiale d’un mot, mais fait partie intégrante de l’image qui la met en scène. Tantôt grasse, tantôt maigre, elle forme ici une dune (le D renversé), là une table (le T) ou encore un zigzag (le Z). Le A devient les ailes de l’avion , le H, l’haltère de l’haltérophile et le S, la queue de la sirène.

Bref, une très jolie idée, parfaitement exécutée, et qui aidera certainement mon fils qui vient d'entrer en CP ( et qui ne sait pas encore lire, contrairement à bon nombre de ses petits camarades) à progresser dans sa reconnaissance visuelle de la forme, étape essentielle à l'apprentissage de la lecture.

Mais ma louloutte de 3 ans n'est pas restée sur le carreau, utlisant plus le livre comme un imagier, mais tout essayant de deviner les lettres qu'elle reconnaissait!!!

Bref, une rentrée parfaitement réussie pour les éditions Sarbacane!!!

rentrée littéraire