Baz'art  : Des films, des livres...
19 septembre 2012

Une sélection ciné savoureuse et...tricolore

les-saveurs-du-palais-630x0Récemment, un jour de sortie ciné pendant lequel j'avais mis en valeur 3 films français, un certain Ruby (non, aucun rapport avec le prochain film des crétaurs de Littlle miss Sunshine) m'avait mis le commentaire suivant : " 3 daubes en perspectives, du ciné français quoi".  Outre que sur la forme, cette remarque est un peu court, jeune(?) homme, sur le fond,  je ne suis absolument pas d'accord avec cette pensée qui dénigre bassement le cinéma français, et pour le démontrer, je choisis encore dans les sorties du jour trois films hexagonaux:

 1. Les saveurs du palais

Le pitch :

Hortense Laborie est une cuisinière réputée qui vit dans le Périgord. A sa grande surprise, le Président de la République la nomme responsable de ses repas personnels au Palais de l'Élysée.

Pourquoi je veux y aller :

-  pour le sujet, qui associe gastronomie et politique, deux domaines qui m'intéressent tout particulièrement, et qui est inspiré d'une histoire vraie, arrivée sous le mandat de Mitterand;

- parce que Christian Vincent est un cinéaste rare et modeste mais très  interessant (La Discrète, Beau Fixe, Quatre Etoiles) , absent depuis plusieurs années des grands écrans;

- parce que Catherine Frot semble trouver un rôle taillé pour elle, et sa confrontation au novice Jean D'Ormesson est des plus prometteuses.

 quelques-heures-de-printemps-19-09-2012-19-09-2012-2-g2. Quelques heures de printemps

 Le pitch :

A 48 ans, Alain Evrard est obligé de retourner habiter chez sa mère. Cohabitation forcée qui fait ressurgir toute la violence de leur relation passée. Il découvre alors que sa mère est condamnée par la maladie. Dans ces derniers mois de vie, seront-ils enfin capables de faire un pas l'un vers l'autre ?

Pourquoi je veux y aller :

- Comme Christian Vincent, Stéphane Brizé est un cinéaste dont j'aime beaucoup le travail, et dont les films frappent par leur apparente modestie et leur profonde humanité, notamment Je ne suis pas là pour être aimé un de mes films préférés de 2004;

- pour le sujet particulièrement  fort  sur lequel repose le film (le choix de mettre fin à ses jours), traité sans doute ici de façon pudique et non didactique;

- parce que je ne cesse de dire à quel point j'aime voir jouer Vincent Lindon et que ses choix de carrière ( j'oublie Pater), particulièrement exigeants et de bon goût.

 

web-pio-alyah3. Alyah

 Le pitch:

Paris 2011. Alex a vingt-sept ans. Il vend du shit et vit dans l’ombre de son frère Isaac, lequel après avoir été son soutien est devenu son fardeau. Alors quand son cousin lui annonce qu’il ouvre un restaurant à Tel-Aviv, Alex imagine le rejoindre pour changer enfin de vie. Déterminé à partir, Alex doit dès lors trouver de l’argent et faire son Alyah.

 Pourquoi je veux y aller :

 - car ce premier film semble mélanger éffrontément les genres (à la fois un polar, un film sur la famille, sur un nouveau départ et sur les sentiments), ce qui est très ambitieux pour une première oeuvre.

 - car les références du cinéaste font forcément envie,que ce soit La 25e heure  de Spike Lee, qui retrace l'errance d'un repris de justice  ou encore Two Lovers de James Gray pour l'aspect plus ou moins décontracté de son approche de la religion, deux films qui font partie de mes oeuvres de chevet.

- parce que Alyah a été couvert de prix , notamment celui du public aux lectures du Festival Premiers Plans d’Angers, et a également été présenté avec un certain succès à la Quinzaine des Réalisateurs du festival de Cannes 2012.

 Dans une semaine riche cinématographiquement parlant, j'avoue avoir hésité pour choisir le dernier de ma sélection, j'aurais pu mettre un film venant d'une autre contrée, soit les USA (avec le potentiellement troublant Robot et Franck), les Philipines (où Brillante Mendoza, le cinéaste philippin le plus illustre emmène Isabelle Hupert dans le possible oppressant Captive) ou l'Egypte pour Après la bataille, première fiction sur les révoltes de la Place Tahir...

Oui, j'aurais pu, mais ne serait ce que pour plaire à mon  grand pote Rudy (Rudy si tu nous regarde), j'ai tenu à faire le grand chelem tricolore...

Commentaires
R
PS : un peu surprise concernant le cinéma Français, tout est bon à prendre dans le cinéma, justement c'est fait pour ça découvrir plusieurs horizons.
Répondre
R
Bonjour, me voici de retour de vacances et je reprend mes habitudes ! les saveurs du palais me plairait bien et je pense que j'irai le voir, ce film doit se regarder avec beaucoup de plaisir. Alyah j'irai le voir également après 2heures d'attente au festival de cannes, je me suis refusée l'entrée, j'étais très déçue et avec la pensée qu'il ne sorte pas en salle. J'adore Vincent Lindon et je pense que le film doit être super aussi surtout pour l'interprétation. Bonne continuation.
Répondre
P
C'est gavant ces gens qui critiquent sans cesse le ciné français ! Il y a du bon et du mauvais, comme dans tous les pays, il suffit de bien choisir. C'est sûr que si on s'arrête à Camping ou Astérix...<br /> <br /> Tout ça pour dire que je suis d'accord avec toi et que les 3 films de ta sélection me tentent énormément !<br /> <br /> Bonne soirée filou ! Bisous ♥
Répondre
F
@mydiscoveries : moi en fait c'est plutot le ciné canadien qui m'épate cette année...j'en ai encore vu un récemment et je suis toujours aussi sous le charme<br /> <br /> @isa : j'ai le meme probleme que toi...j'en ai vu beaucoup récemment, et je vais devoir freiner un peu :o)<br /> <br /> @soma : moi ca serait plutot contre le cinéma américain mes préjugés, mais évidemment qu'il y a plein de bons films dans tous les cinéma... enfin presque tous :o<br /> <br /> @aurore :ah bon tu fais la difficile? moi c la semaine prochaine que je sens que j'aurais plus de mal à en trouver trois :o)<br /> <br /> @praline lyonnaise : ca c'est sur qu'il faut etre en forme moralement...hier on a failli le voir en ap avec choco ( on avait des invits) et on l'a pas trop senti :o)
Répondre
P
Jolie sélection en mode cocorico. A vrai dire, après avoir vu les Bande annonce et le passage au JT des tes 2 premiers sélectionnés, j'ai bien envie de faire un tour dans les salles obscures. A suivre, car pour le second il me faudra être de bonne humeur, étant donné la gravité du sujet.
Répondre
Pour en savoir plus

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de six rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes : critiques cinéma, littérature, théâtre, concert , expositions, musique, interviews, spectacles.

 

Contact de l'administrateur

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 619 939
FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION
Traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar au mois de juillet, Polar en Vacances revient pour sa
9e édition les mardi 9 et mercredi 10 juillet 2024 afin de promouvoir la lecture auprès jeunes de 6 à 12 ans

Ce festival jeunesse gratuit s’inscrit dans le cadre des opérations Partir en Livre (CNL), l’Été culturel (DRAC Auvergne-
Rhône-Alpes) et Tout l’Monde dehors (Ville de Lyon). Quais du Polar propose aux petits et aux grands lecteurs de polar,
aux centres de loisirs et aux familles du territoire, de se réunir pour des ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage,
des animations, ateliers, jeux et énigmes afin de fédérer les jeunes autour de la littérature.
 

Festival Lumière 2024
 

 

Le festival Lumière fête ses 15 ans. L'ouverture de cette édition anniversaire aura lieu samedi 12 octobre à 18h à la Halle Tony Garnier, en présence du public, des artistes et des professionnels du cinéma. Comme le veut la tradition, le programme de cette grande soirée sera dévoilé ultérieurement. La billetterie pour cette soirée est ouverte ici !

 

Newsletter
144 abonnés
Suivez-moi