Grâce à la maison d'édition Seuil, j'ai pu lire Citoyen Park, le troisième roman du belge et parisien Charly Delwart dont l'idée de départ m'interessait beaucoup.

Ce roman nous emmène en effet sur les chemins sinueux de la politique et de la représentation, notamment cinématographique, en proposant une biographie romancée de Kim Jong-Il, fils du « fondateur » de la Corée du Nord et son « Dirigeant bien-aimé » entre 1994 et 2001.

Car le Kamcha du Nord, le pays où l'auteur situe l'intrigue de ce Citoyen Park ressemble étrangement à la Corée du Nord. Les personnages et les situations de ce roman n'étant pas purement fictifs, toutes les ressemblances avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne seront pas fortuites.

Si le roman doit être salué par l'ampleur et l'ambition de son sujet, hélas, les bonnes intentions du départ s'effacent devant le style choisi par l'auteur, assez lourd et indigeste. Monocorde, usant de phrases heurtées et souvent incomplètes, l'écriture de Delwart n'est certes pas académique, mais rend la lecture de ce roman assez éprouvante.

Et avaler les plus de 500 pages de cette biographie romancée tourne malheureusement assez vite à la corvée. Bref, un citoyen park dans lequel on peut éviter d'y faire un tour...