3D ALMANYA-1 Fin mai de cette année, est sorti en France de façon très confidentielle un film qui a pourtant fait un vrai carton dans un pays européen voisin, l'Allemagne, il est vrai, le pays d'origine du film...

Ce film, c'est Almanya (Allemagne en turc)  réalisé par une jeune cinéaste allemande d'origine turque, Yasemin Samdereli, et personne en France ne l'a vu en salles...personne ou presque, puisque je me rappelle très bien que ma mère m'avait déclaré au téléphone avoir "vu un film extraordinaire sur une communauté turque en Allemagne", et moi, qui suis pourtant l'actualité des sorties salles de près, je ne me souvenais pas du tout en avoir entendu parler de celui là...

Du coup, j'ai gardé dans un coin de ma tête les commentaires de ma maman lorsque j'ai vu le titre de ce film dans la liste des DVD proposés par Cinétrafic dans le cadre de l'opération "un dvd contre une chronique", et c'est ainsi que j'ai pu voir  dans la foulée ce film en DVD ( qui est sorti le 16 octobre dernier chez Xylo).

Almanya est donc une comédie douce amère qui raconte  avec tendresse et légèreté l’histoire sur trois générations d’une famille turque installée en Allemagne.

Autour de cette même thématique des  films allemands sur l'intégration turque,  j'avais eu l'occasion de voir plusieurs autres oeuvres très réussies comme celles de Fatih Akin ( Head on ou de l'autre coté) ou bien encore l'étrangère Feo Aladag.

Mais contrairement à ces films, Almanya joue délibérement la carte de la comédie, et surtout montre, une fois n'est pas coutume, une intégration réussie. Il paraitrait que les gens heureux ne sont pas intéressants au cinéma, ce film tend à nous démontrer le contraire.

Car, à mille lieux d’une vision surdramatisée de l’immigration (le film  n’aborde pas les difficultés sociales rencontrées par les Turcs ni les problèmes de racisme),  Almanya  choisit de se positionner sur la voie de la reconstitution nostalgique de l'arrivée dans un pays étranger d'une famille aux coutumes si divergentes dans les années  1960 :  la différence de cultures se fera sur de petits détails cocasses :  la découverte des chiens en laisse, des « toilettes à l’allemande" (si différentes des fameuses "toilettes à la turque »,  les rites de Noël, les crucifix qui effraient autant les enfants, autant de petits détails a priori insignifiants sur ce choc des cultures, mais assez savoureux dans l'ensemble. 

La réalisation, enlevée, multiplie les vignettes amusantes, filmées dans des couleurs chatoyantes : cauchemars hilarants (Hüseyin rêve d’une Fatma devenue allemande vêtue en costume traditionnel bavarois), représentations enfantines imagées (des travailleurs de tous les pays appelés en Allemagne par des voix venues du ciel).

Et la construction du récit est plutot ingénieuse, à cheval entre deux époques : la contemporaine où l'histoire de la famille est racontée par bribes à un enfant, et celle de l'arrivée aux pays des grands parents.  Le récit éclaté, depuis la naissance de l’amour entre Hüseyin et Fatma dans leur village d’Anatolie jusqu’au retour aux sources, se tisse par allers-retours entre passé et présent.

Il est dommage que le film soit un peu trop court ( 1h40) pour une fresque de cette ampleur, qui brasse trois générations :  certains personnages restent ainsi simplement au rang de silhouette  et  il est aussi un peu regrettable que le film abandonne complétement sa veine humoristique dans la dernière partie pour un tournant dramatique un peu plus convenu.

Cependant, cette même dernière partie possède une vraie profondeur et une mélancolie et finit plutot jolimement une bien jolie fantaisie toujours passionnante à suivre.

Ma chère maman n'avait donc pas tort, et vous pouvez donc sans hésiter tenter le coup de ce voyage en Almanya!!!

Découvrez aussi plein d’autres films sur http://www.cinetrafic.fr">Cinetrafic dans la catégorie film comique ainsi que la catégorie films 2011