AFFICHE KAFIG BRASIL MDComplétement par hasard, je me suis aperçu que durant ces dernières semaines, au gré des différentes oeuvres que j'avais pu cotoyer, je m'étais plongé dans l'Amérique du Sud, avec pas mal de romans et surtout des films   (D'elefante Blanco aux Paradis Artificiels) consacrés à cette partie du globe qui fait toujours un peu réver les européns que nous sommes .

Mais la rencontre culturelle la plus fantastique et la plus mémorable avec l'Amérique Latine, c'est au spectacle vivant, et plus précisemment à la danse, que je la dois.
En effet, mercredi dernier, invité par l'attaché de presse du Radiant,  cette nouvelle salle que j'avais eu la chance de visiter avant même son ouverture,  je suis allé applaudir les 11 danseurs brésiliens de la compagnie Kafig venus nous présenter leur nouvelle création, intitulée tout simplement Brasil.
 
Kafig, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une compagnie crée par le chorégraphe Mourad Merzouki,  chorégraphe de 40 ans bien connu à Lyon, sa ville natale, et dont j'avais entendu énormément de bien, sans jamais, jusqu'à la semaine passe, eu la chance d'aller voir une de ses créations.Kafig Brasil 03© Michel_ Cavalca
Venu de la culture hip hop, Merzouki  a développé dès 20 ans, une envie très forte de réaliser desprojets artistiques, mêlant le hip-hop à d’autres disciplines. C’est ce qu’il fait en créant en 1989, avec d’autres danseurs, sa première compagnie, Accrorap.
 
En 1994, la compagnie présente ATHINA lors de la Biennale de la Danse de Lyon, un véritable succès (que je n'avais pas pu voir, n'habitant pas encore Lyon  à l'époque) qui réussit, pour une des premières fois le défi de transposer la danse hip-hop de la rue à la scène.
 
Les voyages à travers le monde entraînent le chorégraphe vers des terrains inconnus, il fait alors l’expérience de la danse comme puissant moyen de communication. Pour développer son propre univers artistique lié à son histoire et à sa sensibilité, Mourad Merzouki décida de fonder en 1996 sa propre compagnie : Käfig.

En juin 2009, Mourad Merzouki est nommé à la direction du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de- Marne. Il y poursuit et développe son projet placé sous le signe de l’ouverture sur le monde.  Chaque nouvelle pièce de Mourad Merzouki vient en fait décaler un peu plus son rapport au hip hop.
Et c'est dans cet esprit là quil s'est associé avec une troupe de 11 danseurs brésiliens pour créer plusieurs pièces choéragphiques, dont ce Brasil, qui en est le troisième volet, après Après le succès de leurs pièces chorégraphiques Correria et Agwa la saison dernière, les danseurs brésiliens de Käfig Avec Agwa en 2008 et Correria en 2010, le chorégraphe a su montrer des facettes stimulantes de ces jeunes danseurs cariocas, tirant le fil des personnalités et de leurs histoires pour mieux les pousser dans l’énergie de son hip hop.

Kafig Brasil 05© Michel_ CavalcaAinsi, Brazil est composé de 5 courts modules très différents, que ce soit par la musique proposée ou par le type de chorégraphie proposées. En fait, Merzouki a invité plusieurs chorégraphes, AnthonyEgéa, Céline Lefèvre et Denis Plassard pour la partie française, Octavio Nassur pour la partie brésilienne ainsi que les danseurs eux-mêmes.

     Je m'attendais donc à voir presque essentiellement du (très bon) hip hop, et en fait, je me suis aperçu que les danseurs mélangaient et toujours avec une fougue et une énergie hors du commun hip hop, capoeira, samba, musique électronique et bossa nova pour le plus grand plaisir de mes yeux admiratifs.
 
Une danse aux acrobaties époustouflantes, véritable concentré d’énergie et d’inventivité, qui m'a totalement laissé béat d'admiration pendant cette heure de spectacle qui passa à la vitesse de l'éclair.
 
Parmi les pièces les plus remarquables, j'ai particulièrement aimé le deuxième à l'ambiance cartoo : chacun des mouvements est bruité dans une ambiance qui flirt ait  volontiersavec le  dessin animé;, dont la bande son était assuré par les danseurs eux meme ( en humain box) en direct par les danseurs eux-mêmes qui alternent contorsions physiques et acrobaties vocales.
 Kafig Brasil 08© Michel_ Cavalca
Mais la dernière, où les 11 danseurs se lancent dans une danse qui vire à la transe hyptonique, assez proche du clip Thriller de Mickael Jakson était peut etre encore plus exceptionnelle tant les danseurs se donnaient énormément corps et ame.
 
En  les voyant venir  saluer, épuisés, mais ravis par l'accueil d'une salle évidemment conquise, on se dit que Merzouki avait largement réussi son pari et on rêve qu'il refasse encore d'autres collaborations avec ces cariocas déchainés et si virtuoses. Un spectacle qui donne sacrément envie de partir au Brésil et que je vous conseille sans l'ombre d'une hésitation, si jamais il passe en tournée près de chez vous. D'ailleurs, pour connaitre les dates de tournée de toutes les différentes créations de la compagnie, je vous conseille d'aller voir sur le site de Kafig.
 

 

 Credit photo : Michel Cavalca

Un grand merci à Camille Gillet   Chargée de la communication et des relations presse Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne