j-y-etais-jean-luc-moreau-9782749916880Si je ne vous ai pas souvent parlé théatre sur mon blog, ce n'est pas parce que je n'aime pas le domaine, bien au contraire; mais plutot que j'ai beaucoup moins l'occasion d'y aller depuis que je suis sur Lyon. Heureusement,  je me suis un peu rattrapé la semaine passée, en allant voir deux pièces dont je vous reparle très bientot, et également en lisant deux  ouvrages autour de ce monde si fascinant à mes yeux.

Petit et rapide inventaire de ces deux ouvrages qui ont comme point commun l'amour pour le théâtre, et dont la lecture m'a dans l'ensemble assez fasciné :

1. J'y étais de Jean Luc Moreau :

Lors de mes folles soirées parisiennes de mes 20 ans, j'ai arpenté les théâtres de la capitale, et il y a un metteur en scène dont le nom arpente énormément les enseignes de Paris, c'est bien entendu Jean Luc Moreau, metteur en scène et acteur parmi les plus célèbres des dramaturges français.

Si le grand public, celui qui regarde beaucoup la télévision,  n'ignore plus son visage depuis qu'il est apparu comme juré intransigeant dans l'émission de Ruquier on ne demande qu'à en rire, il ne faudrait pas oublier que  Jean Luc Moreau a une immense carrière derrière lui et il a vu passer les plus grands acteurs français .Mais il ne s’est pas contenté de vivre le théâtre  du côté des acteurs, il les a mis en scène et continue à le faire, puisque il monte de cinq à huit spectacles par an et tous les directeurs de salles se l’arrachent.

Et c'est pour cela que j'ai ardemment désiré me plonger dans ses mémoires, récemment publiées chez Michel Lafon, et intitulées J'y étais ou les coulisses de mon théâtre, car je me doutais que l'homme avait des tonnes de secrets et d'anecdotes sur le théatre privé à nous dévoiler.

Ce qui transpire dans toutes ses pages, c'est à quel point pour Jean Luc Moreau, le théâtre est sa passion, le  vrai et seul moteur de sa vie.
 
Il a joué avec les comédiens les plus prestigieux, comme Robert Hirsch, Jacques Charon, Pierre Dux et servi des auteurs aussi différents que Jean Anouilh et Jean-Loup Dabadie. Il a  cotoyé Annie Girardot, Alain Delon, Patrick Chenais, Pierre Arditi, Patrick Bruel Nicole Garcia, et même Bernard Tapie ou Michel Sardou .
De tous ces prestigieux noms du théatre et du cinéma, le livre de Moreau nous offre quelques portraits croquignolets, saisissant le détail  ou donnant le coup de griffe qui narrent un personnage bien mieux qu’une longue tirade. 
 
Avec un regard acéré, parfois tendre ( notamment  lorsqu'il nous parle d' Annie Girardot, Roland Giraud, Sardou) , parfois vachard (Jamel Debbouze, Chesnais, Tapie...),  Jean-Luc Moreau nous y amène dans le monde des théâtreux actuels et des cinquante dernières années. 
 
Même si on est pas forcément d'accord sur tout ce qu'il affirme ( son passage sur les intermittents du spectacle qui ne devrait pas perdurer dans ce milieu si ils ne trouvent pas de rôle), on voit  parfaitement tout le long de ce livre à quel point  Jean Luc Moreau est un vrai passionné,  et pour ces raisons, ce livre, sans fard et sans aucune langue de bois, se boit comme du petit lait. 

 trac2. Leur trac au théâtre d'Eliane Arav

Eliane  Arav est bien moins célèbre que Jean Luc Moreau, d'ailleurs je n'en avais jamais entendu parler avant de lire son dernier ouvrage" Leur trac au théatre, 100 acteurs témoignent".

J'ai su ensuite qu'elle a exercé  plusieurs métiers dont en particulier celui de voyante , avant de trouver sa voie au théâtre et plus particulièrement dans l’écriture pour le théâtre .

 Fréquentant quotidiennement le milieu théâtral , elle a pu recueillir le témoignage de plus de cent artistes , tous plus ou moins sujet à ce genre de « maladie  » frappant chacun avant l’apparition sur les planches .

Eliane Arav vient de publier aux éditions Payot une enquête qui explore toutes les fissures par lesquelles s’insinue le trac et toutes les manières de le conjurer ou de le contenir. « Leur trac au théâtre  - 100 acteurs témoignent » c’est le titre de son ouvrage.

 Regorgeant d’anecdotes , l’ouvrage démontre que beaucoup réagissent ou gèrent leur trac  de façon passionnelle .

Peur de bafouiller, d'avoir un trou de mémoire ou de ne pas être à la hauteur : parler en public, sur scène ou dans la vie, c'est toujours s'exposer au trac. Tous les acteurs en font secrètement l'expérience avant de monter sur les planches.

De Pierre Arditi ( tiens encore lui) à Philippe Torreton, en passant par Judith Magre, Anny Duperey, Gisèle Casadesus et Jean-Claude Dreyfus, ou encore Patrick Chesnais ( retiens), Claire Nadeau et Michel Fau, une centaine d'entre eux se sont confiés à Eliane Arav, livrant sur cette peur très intime une foule d'anecdotes, de rituels personnels, d'erreurs à ne pas commettre et de conseils pour la dépasser.

 Le trac reste ’un sujet qui est au centre de leurs préoccupations à tous : metteurs en scène, acteurs, décorateurs, accessoiristes, auteurs, concepteurs lumières et ainsi de suite. Tous, sans exception, qui fabriquent le théâtre sur scène ou en coulisses mais ont en partage un même bien commun. Drôle de bien en vérité puisque c’est du Trac qu’il s’agit. Cerac,  qui paralyse, pétrifie, anéantit mais qui propulse, dynamise, et stimule tout autant. 

 Ce livre est passionnant car on apprend tous des petits rituels et des petites méthodes de ces acteurs, souvent superstitueux  et qui en tout cas préfèrent obéir aux mêmes procédés pour être sur d'arriver dans les meilleures dispositions sur scène. Mais évidemment, ces rituels ne sont jamais les mêmes, et sont meme parfois en totale opposition.

Ainsi, on apprend que certains  présentent au théâtre cinq heures avant le lever de rideau ,  alors d’autres comme Bernard Giraudeau arrivent quasi en retard . Certains prennent un vrai repas copieux ( ex : des pâtes,de la viande) ,  alors que n'absorbent rien de solide, ou seulement un verre de vin ou de scotch …

 Beaucoup s’arment de gris – gris plus ou moins originaux , tels bagues , photos , objets , rubans . A ce propos , un exemple drôle en la personne de Judith Magre qui ne jouait qu’en sous – vêtements rouges !

 D’autres écoutent de la musique ou ne la supportent pas avant le spectacle .

Bref, un livre qui est une vraie mine d'or pour tous les passionnés du monde du théâtre, tant on apprend beaucoup de ces êtres hors du commun,  même et surtout dans leurs défauts et dans leur excès. Un livre que je ne saurais trop conseiller à ceux qui adorent le théâtre, et ceux qui le font.