pikeCe matin, je vous ai parlé en long et en large de ma rencontre avec Harlan Coben dans le cadre du festival Quais du Polar(un grand merci soit dit en passant à ceux qui ont lu en entier cet interminable billet).

Si je connaissais bien déjà l'univers de Coben avant cette rencontre, ce festival m'aura permis de faire quelques découvertes inattendues dans le domaine du polar, dont Benjamin Whitmer, l'auteur, agé d'une quarantaine d'années, d'un premier roman,  Pike, publié dans la « Collection Noire » des éditions Gallmeister en septembre dernier (j'étais complétement passé à coté de ce roman lors de sa sortie, hélas pour moi), un roman qui est sans doute une des plus belles surprises de la littérature noire récente.

Pour apprécier ce roman à sa juste valeur, il ne faut pas avoir  peur du noir, du sombre, car le livre va assez loin dans le coté très noir de l'intrigue et du style. Ma mère, à qui j'ai fait lire le roman après moi, a eu beaucoup plus de  réticence que moi à entrer dans cet univers, donc cet avertissement est  nécessaire à mon sens.

   Le héros de ce roman qui avance vite et bien, se nomme Douglas Pike, qui donne donc le titre au roman. Pas vraiment un ange, même si cet ancien truand est maintenant rangé. Chassez le naturel, il revient vite au galop, surtout quand sa fille Sarah meurt d'overdose, après une longue disparition.


Pike se retrouve en charge de sa petite-fille de douze ans. Mais tandis que Pike, pas vraiment du genre papa poule,  et la gamine commencent à s'apprivoiser, un flic brutal et véreux, Derrick Kreiger, manifeste un intérêt malsain pour la fillette. Pour en apprendre davantage sur la mort de Sarah, Pike, va  plonger dans une enquete qui  réveillera forcément et férocement  les démons qui sommeillent en lui.

 Benjamin Whitmer use d'une belle écriture qui sait mêler un certain lyrisme à la sécheresse de ton dans de courts chapitres  bien construits, rempli de poésie urbaine qui restranscrit parfaitement ce monde plein de détritus et de poussière urbaine.

Benjamin Withmer possède également  une vraie  et belle capacité à rendre haletante une histoire, qui pourrait paraitre un peu éculée, et tout cela contribue au fait qu'on y plonge avec un réel plaisir. 

L'auteur sait aussi y faire pour décrire des scènes qui seraient certainement assez insoutenables si elles étaient portées à l'écran (superbe  scène de combat dans un bar, qui décrit avec une profusion de détail une bataille au pistolet).

Certes, certains personnages (comme ceux de Derek, un peu trop caricatural) sont moins réussis que d'autres, mais le livre reste quand même globalement épatant par cette plongée en apnée d'un univers sordide et violent à recommander à tous ceux qui aiment le genre!!!