tadPour ces vacances de Paques qui ont commencé dans ma région une semaine avant les parisiennes, j'ai eu l'occasion d'aller voir avec mes loulous deux dessins animés moins médiatisés que les fameux Croods dont personne n'a ignoré la sortie, et  deux dessins animés qui nous viennent d'Europe.

Ces deux dessins animés ne possèdent certes pas l'inventivité et la force émotionnelle des récents chefs d'oeuvre du genre que sont Ernest & Célestine ou Jean de la Lune, mais restent, chacun dans leurs genres, éminement recommandables.

Et c'est bien sur pour cela,  ( et comme,  les vacances ne touchent pas à leur fin pour tout le monde) , que je vous en parle dès maintenant :

1. Tad l'explorateur à la recherche de la cité perdue : un amusant Indiana Jones espagnol

 Ce dessin animé est loin d'être un film de commande comme il en fleurit souvent sur nos écrans. Il faut savoir que le réalisateur Enrique Gato a Tad en tête depuis un petit moment. En 2003, il réalise un court métrage intitulé Tadeo Jones qui fut un succès, il décida donc de poursuivre l'aventure avec Tadeo Jones and the basement of doom (2007). Tad refait à nouveau surface en 2008 pour être porté à l'écran 5 ans plus tard.  J'avais eu l'occasion de voir  les courts-métrages mettant en scène le personnage et réalisés, comme le film, par Enrique Gato et j'avais été charmé par le résultat, épique  et inventif en diable.

Grâce à Studio Canal, le distributeur du film, qui m'a donné la possibilité de vous faire gagner des places pour voir le film, j'ai pu  voir  le film en salles dès le week end de sa sortie.

Au départ, vu le sujet du film, plus estampillé garçon que fille, et le fait que le film est plus axé pour les 6 ans et plus, j'avais prévu d'y aller avec mon grand, mais celui ci étant accaparé par le championnat du monde de magie ( 4 heures de suite à la TV, on est passionné ou on l'est pas), j'ai emmené ma petite sous le bras, et même si elle a pas du comprendre grand chose, elle n'en a rien laissé paraitre, et a visiblement beaucoup aimé certains personnages secondaires, et notamment Bernardo (qui est, soit dit en passant, une réponse à une de mes questions posées lors du concours :oo)) un oiseau muet au caractère bien trempé qui s'exprime  uniquement via des petites pancartes avec des points d'exclamations!!!

La critique n'a pas été tendre avec ce film d'animation, qui ne mérite absolument pas cette froideur généralisée. J'imagine que si l'on est habitué à ce genre de films  de chercheurs de trésors, dont Indiana Jones est la vraie référence, ce dessin animé n'apporte pas grand chose de nouveau, mais me concernant, comme je ne suis pas un grand habitué du genre,  ce dessin animé espagnol rempli de cités secrètes, de boules en feu qui manquent de vous écraser, de planchers qui se dérobent et autres codes secrets, ou messages à déchiffrer m'a bien diverti .

On prend un vrai plaisir devant la  maladresse de cet explorateur malgré lui, cet anti héros aussi peu doué pour son faux métier d'archéologue que pour emballer celle qui l'attire irrésistiblement, à savoir, la fille d'un réputé chercheur.

Tad l'explorateur n'en demeure pas moin  un bon divertissement devant lequel on passe un bon moment sans, toutefois, je le concède, rire aux éclats comme  on peut le faire dans les meilleurs dessins animés du genre.

 2.Blackie & Kanuto :  undessin animé multinational  qui nous amène...sur la lune!!!

Ce film d'animation sorti un peu en catimini sur nos écrans , il y a maintenant quinze jours,  que j'ai vu ce coup ci avec le grand ( heureusement qu'il n' y  a pas de magie tous les jours à la télé) raconte la mignonne histoire d'amour ( ou d'amitié amoureuse) entre une brebis noire, qui rêve d'aller sur la lune, et un chien de berger.

Ce film d'animation met en exergue  quelques thèmes aux vertus pédagogiques, des vertus jamais inutiles lorsqu'elles s'adressent aux enfants, comme celles de la tolérance et le respect de l'autre.

La particularité de ce dessin animé est certainement avant tout  son côté cosmopolite : imaginé par les Basques Ivan Oneka et Iker Alvarez, dessiné par des Chinois, mis en 3D par des Belges, ce conte pour enfants façon Tour de Babel a  mis cinq ans à aboutir, grâce à l'acharnement du producteur François Cohen-Séat  et de ses associés italien et espagnol. Pas moins de cinq pays ont collaboré pour produire  ce film, dont quatre européens : la France, la Belgique, l'Italie, l'Espagne et la Chine.

Une image multiculturelle qui trouve un écho dans chaque personnage du film, ainsi que dans le message qu'ils font passer. De plus, l'équipe de tournage a été constituée en respectant la même idée, et en employant des talents dans chacun de ces pays. Ainsi, le compositeur du film (Xavier Berthelot) est français, le scénariste (Angel E. Pariente) et le directeur de l'animation (Iker Alvarez) espagnols, ect.....

Et si ce mélange  pouvait laisser craindre un côté un peu auberge espagnole,  le résultat est finalement plus qu'honorable. Le gros atout de ce dessin animé réside sans doute dans son casting irrésistible,  et en particulier l'intervention d'un loup très raffiné, Karl Wolf, grand couturier à lunettes et sosie animal d'un autre Karl  très célèbre , qui est ici prêt à tout pour piquer leur laine aux brebis de toutes les couleurs.

Ce Karl est accompagné d'autres  personnages gentiment décalés, comme  le chien autoritaire  et très militaire Crumbo et un trio de brebis blanches (Victoria, Nancy et Chloé), soeurs de Blackie et Spice Girls de la ferme. La fusée ressemble à celle de Tintin sur la Lune, avec comme spationautes un trio de chiens déjantés (Johnny, Laika et Vostok) que Pinkie, une brebis rose génétiquement modifiée, et forcément ( ca serait pas drôle sinon) ratée, veut empêcher de décoller.

On s'amuse également devant de jolies embardées de scénario qui ilustrent ce réel désir d'excentricité tant recherché dans le cinéma mondial actuel . Humour, suspens et aventure au programme de ce charmant dessin animé. Bref, vraiment rien de quoi bouder son plaisir!!!

Bref, deux dessins animés bien sympathiques pour occuper nos bambins pendant ces vacances!!!