virgin_univers-immenseJe préviens d'entrée de jeu : ce billet me fera certainement passer un peu pour un vieux con...pas grave, faut bien que l'assume,  ce coté  parfois un peu vieille France....

Alors voilà, une fois les présentations faites, je me lance : je fais partie de cette génération qui n'est pas née avec Deezer et le téchargement, qu'il soit légal ou non- : pour moi,  le vrai rituel et le vrai plaisir, c'était en allant flaner dans les rayons des Virgin  (ou Fnac of course) parisiens, histoire de prendre le pouls des dernières nouveautés musicales.

Tous les lundis, jours de sorties musicales, j'allais prendre mon cher métro parisien, franchissais la porte du Virgin le plus proche ( souvent, celui des Champs, forcément mythique)  et j'allais  courir  mettre ce bon gros vieux casque sur les oreilles, passer mon petit code barre sous le zip  et chantonner à tue tête, un peu honteux quand les passants jettent un coup d'oeil sur mon CD et s'aperçoivent que c'est du Patrick  Fiori ou du James Blunt qui me mettait dans un état pareil.

Bien qu'au fil des ans, les rayons disques commencaient à se réduire à peau de chagrin, crise du disque oblige, j'ai continué à rester fidèle à ces lieux, et notamment, lorsque je suis arrivé dans la capitale des Gaules en 2004, à celui de la Rue Edouard Herriot, où j'ai trouvé mes marques 


Quoi de mieux, pour se remonter un moral un peu dans les chaussette ( loin de ma famille et de MON Paris, et avec un nouveau boulot que je détestais), que d'écouter du Lynda Lemay ou du Marc Lavoine à sa pause déjeuner :o)? Puis, ensuite, car je ne suis pas non plus totalement maso, lire une BD d'humour et aller repartir la fleur au fusil voir mes chers nouveaux collègues lyonnais ...

Dans ce Virgin lyonnais, je fus quand même bien surpris du peu de monde dans les rayons, comparé à ce que j'avais connu sur la capitale. Parfois, entre midi et deux, on était seulement trois ou quatre pékins, souvent les mêmes habitués d'ailleurs,  à tourner dans les rayons, à tel point que j'avais un peu l'impression d'être chez moi avec d'autres personnes de la famille atteint du même mal que moi.virgin Et souvent, une fois que l'écoute avait été prolifique, je repartais avec mon CD sous le bras, tant je continue à adorer l'objet CD, même si je suis le dernier des mohicans à lu avoir voué un tel culte.

Bref, même si ces dernières années,  j'y allais un peu moins depuis que j'ai ce blog chronophage  (et puis aussi car forcément Deezer était entré dans ma vie, malgré mes réticences), je trouvais toujours le temps d'aller passer une petite demi -heure dans ce Virgin Megastore, et, lorsque j'ai entendu les premiers échos des grosses difficultés financières que traversaient l'enseigne, je me suis pris à esperer secrétement que mon Virgin n'allait pas être touché par ce bilan social et que je pourrais continuer à écouter- et acheter- ma musique comme bon me semble.

Hélas, il n'en fut rien puisque, personne ne peut l'ignorer, les Virgin Megastore ont connu la semaine passée une vraie curée, dont celui de Lyon a visiblement était un de plus touchés.  N'étant pas forcément tout le temps connecté aux réseaux sociaux, ce n'est pas, comme l'ensemble des geeks,  par  la veille au soir, par ce biais que j'ai appris l'incroyable soldes auxquels se livraient le Virgin Megastore de Lyon  qui proposait 50 % de remise  et 20% pour ceux qui comme moi (évidemment) possédaient la carte de fidelité sur l’ensemble du magasin.

Alors que la chaîne traverse une crise sans précédent et que le tribunal doit étudier les offres de reprise le 23 mai, l’opération visait clairement à vider les stocks.

Cette opération, je ne l'ai appris que par mail dans le courant de la journée du lundi , et du coup, je n'ai pas fait partie de la cinquantaine de personnes étaient présentes dès l’ouverture, se ruant sur les bonnes affaires et n’hésitant pas à harceler les vendeurs pour obtenir un iPad à petit prix à coute que coute.

En quelques minutes, les rayons ont été dévalisés, les vendeurs harcelés pour savoir s’il y avait encore des iPad.  Armés de sacs, de valises et de chariotes, ils se sont rués tels une muette de chiens,  vers le rayon numérique pour rafler tablettes tactiles et autres joujoux numériques. Bon nombre des biens achetés lundi se sont retrouvés en vente en ligne sur leboncoin.fr ou eBay dès l’après-midi... 

virginEt visiblement, d'après les descriptions que j'ai pu lire ici et là, je ne regrette pas de ne pas avoir été sur le pied de grue dès le lundi tant la situation fut assez apocalyptique (certains twitters comparaient les clients à une armée de zombies tout droit sorti d'un film de Roméro)  et  terriblement mal vécu par ces pauvres vendeurs qui n'avaient pas forcément besoin de cela!!

Personnellement, j'ai attendu le lendemain pour aller voir de moi même l'étendue des dégats et, si les rayons high tech étaient vides depuis longtemps, ceux des DVD et des disques continuaient à être pris d'assaut...je n'avais évidemment jamais vu autant de monde dans les rayons disques depuis que je suis sur Lyon!!!

Le fait que tous ces disques et DVD étaient complétement bradés ( à partir de 3 € la nouveauté, c'est sur que ca vaut le coup) empechaient les gens d'avoir le moindre srupules et semblaient prets à se battre  pour vider les rayons, même avec un Matt Pokora ou un Génération Godman à leurs bras ( une affaire reste une affaire, non? :o)...

Et, qu'importe le temps qu'il fallait patienter avant de payer : pour une fois que les produits culturels se vendaient enfin au Virgin Megastore, tout le monde était pret à s’armer de patience. et  attendre entre 30 minutes et une heure avant de passer à la caisse.

Et moi, me diriez vous? Eh bien, hélas, j'ai fait comme tout le monde, pris quelques CD et quelques DVD( surtout pour les enfants,  actuellement bien plus consommateurs que moi en la matière, être père est un sacrifice permanent comme dirait l'autre), mais je n'ai pu m'empecher de considérer cette opération exceptionnelle comme un  champs du cygne  laissant augurer d'une fin très prochaine de ce temple de la culture que j'ai tant chéri...

J'avais la nette et triste impression que les clients n'avaient aucune considération pour ces vendeurs,  aux regards vite. Ces salariés semblaient tellement désolés de cette sitapres-les-soldes-monstres-les-salaries-de-virgin-ne-veulent-pas-etre-bradesuation et incontestablement inquiets pour leur futurs, mais les clients les ignoraient obstensiblement, ne s'interessant qu'aux petites affaires qu'ils avaient pu faire.

Et qu'importe que ces salariés risquent tous de se retrouver le bec dans l'eau sans beaucoup de perspectives d'avenir..Sans doute s'ils avaient plus souvent faire leur emplettes à Virgin autrement que ce jour là,  on ne se serait pas retrouvé dans cette situation, mais cela ne semblait pas être leur préoccupation majeure la semaine passée.

Peut-être que comme moi, deux ou trois clients ont laissé une petite larmichette en partant en assistant à cet enterrement de première classe, mais je n'en mettrais pas ma main à couper...

Ce qui est certain, c'est que je suis repassé par hasard deux jours après devant le Virgin, les soldes exceptionnelles avaient pris fin et à la place un panneau édifiant posté sur la devanture :  "  Opération soldes terminée, et maintenant soldes monstres sur les emplois, liquidation de 100% du personnel".... Peut- être auraient t-ils du mettre ce panneau deux jours avant, afin que ces pilleurs sans vergogne aient un peu plus de mauvaise conscience et un peu plus de pensée pour leur sort le 23 mai prochain lorsque le Tribunal statuera sur les offres de reprise, qui sait?.