michel-blanc-demi-soeurBon, ben il faut croire que les semaines suivant Cannes se suivent et se ressemblent au niveau des sorties ciné : la semaine passée était pas follichone, la suivante encore moins et celle qui commence aujourd'hui est dans la même lignée...

Quelques films interessants, mais rien de bien transcendant non plus : aucun grand réalisateurs ( leurs films nous attendent bien au chaud pour la rentrée), mais des films plutôt légers et divertissants auxquels je voudrais faire une place :

 1.Demi soeur

Le pitch :

Nénette est une petite fille de soixante ans. Un problème à la naissance l’a rendue différente. Nénette, qui a l’âge mental d’une enfant de 8 ans, a toujours vécu avec sa mère, qui l’a élevée seule. Nénette travaille, elle fait le ménage à l’école de la commune et sa meilleure amie est une tortue. Mais lorsque sa maman meurt, tout va changer et Nénette doit partir en maison de retraite. L’établissement n’autorisant pas les animaux, Nénette part avec sa valise et sa tortue, avec l’idée de retrouver son père, dont elle ne possède qu’une photo jaunie, une lettre et une adresse. Lorsque Nénette arrive enfin à l’adresse indiquée sur la lettre, une pharmacie, ce n’est pas son père qu’elle trouve, mais le fils de ce dernier, Paul Bérard, pharmacien psychorigide, qui voit débarquer cette demi-sœur avec effarement.

 Pourquoi je veux y aller :

- parce que ce Demi-Soeur est le huitième long métrage réalisé par Josiane Balasko, une réalisatrice un peu sous estimée, et dont le dernier opus,   Cliente, était une adaptation réussie et audacieuse de son propre roman,  qui voyait Nathalie Baye s'offrant les services de jeunes hommes.

 - parce que Josiane Balasko donne dans ce film la réplique à Michel Blanc,  et  ce sont de loin, et aussi bien niveau humain qu'en tant qu'acteurs, les deux représentants de la troupe du Splendid que je préfère;

- parce que Balasko a avoué pour écrire ce film  s'être inspirée du Monkey Business de Howard Hawks, un chef d'oeuvre de la comédie US.

oh_boy_-_h_20122.Oh boy!

Niko, Berlinois presque trentenaire, éternel étudiant et rêveur incorrigible, s’apprête à vivre les vingt-quatre heures les plus tumultueuses de son existence : sa copine se lasse de ses indécisions, son père lui coupe les vivres et un psychologue le déclare « émotionnellement instable ».
Si seulement Niko pouvait se réconforter avec une bonne tasse de café !
Mais là encore, le sort s’acharne contre lui…


Pourquoi je veux y aller :

- parce que le cinéma allemand nous a offert d'excellents films l'année passé, dont j'avais vanté les mérites  (Almanya, L'amour et rien d'autre,  Barbara), et il se pourrait bien que Oh Boy!, premier film de Jan Ole Gerster,  soit le film qui porte  haut l'étendart du cinéma allemand pour 2013;

- parce que le  film, qui a fait l’ouverture du festival du film allemand à Paris,  y a raflé la mise en remportant six récompenses pour ce film indépendant qui fait du coup terriblement envie;

- et parce que je vous ai  fait gagner des places pour le voir et que forcément ca m'interesse de savoir si ca valait le coup d'organiser ce jeu concours.

Oh Boy - Bande-annonce [VOST|HD] [NoPopCorn]


TRAILERS + CRITIQUES de Films / Séries / Scripts sur : http://www.nopopcorn.fr ." />

 

The-Iceman3.The iceman

Le pitch :

Tiré de faits réels, voici l’histoire de Richard Kuklinski, surnommé « The Iceman », un tueur à gages qui fut condamné pour une centaine de meurtres commandités par différentes organisations criminelles new-yorkaises.

 Pourquoi je veux y aller :

- parce que si je vous ai parlé récemment d'un très mauvais (télé)film de mafia, ce Ice man semble émaner un doux parfum entêtant des  meilleurs polars mafieux, ceux des Scorsese ou Coppola.

- parce qu'il semble y avoir un soin énorme de la part du cinéaste Ariel  Vronen  à reconstituer, à la rouflaquette près, les ambiances new-yorkaises relatives au milieu du crime organisé de ces années là,

- et parce que dans le rôle titre, figure l'impressionnant Michael Shannon.  vu  chez Jeff Nichols ( Mud et Take Shelter) pourrait bien insuffler à son personnage une densité interessante.

3 films totalement différents, auxquels je rajouterais un autre film pour lequel je vous ai fait gagner des places, à savoir L'autre Vie de Richard Kemp, polar ambitieux avec Anglade et Mélanie Thierry... l'embarras du choix finalement, non?