week end"Week end en famille", c'est le titre d'un film pas terrible réalisé en 1995 par la grande Jodie Foster, dans lequel une réunion de famille virait très vite au pugilat et au réglement de compte entre les membres d'une même famille.

Si l'on rajoute le dénominatif un devant, ca donne donc  "Un week end en famille"  ( on suit bien, super) et c'est le titre ( du moins pour les salles françaises) d'un film allemand sorti en  salles en début d'année 2013 et qui nous raconte également un séjour familial qui part un peu à vau l'eau suite à une révélation faite par la mère de cette famille très bourgeoise ..

Le réalisateur de ce film est Hans-Christian Schmid qui avait déjà tourné deux films qui avaient bien impressionné la critique, dans des genres bien différents, le fantastique (Requiem) et le thriller politique et féministe (La Révélation). N'ayant pas eu l'opportunité de voir ces deux films réalisés par un des plus prometteurs membres de la nouvelle vague allemande, j'ai sauté sur l'occasion pour voir le DVD de son troisième film ( DVD édité par Jour2fête), d'autant plus que le genre ici abordé, la  chronique familiale douce-amère, fait assurément partie de mes genres préférés.

En même temps, j'en ai tellement vu, des chroniques sur des familles qui se déglinguent, qu'il faut réussir à apporter du sang neuf sur un tel sujet.  Et si le début laisse à penser qu'on est en terrain connu (avec le personnage du frère ainé, écrivain qui revient dans sa province- j'ai d'ailleurs pensé au personnage du dernier roman d'Olivier Adam qui a pas mal de points communs avec ce Marko, mais je ne pense pas que ca soit délibéré :o), le film, dans sa mise en scène au scalpel et sa façon à la fois douce et insidieuse de réveler les failles de tout un chacun, emporte l'adhésion et suscite de façon constante l'interet.

La mère, maniaco-dépressive depuis des longues années, décide qu'elle ne prendra plus ses médicaments et cette révélation crée une onde de choc dana la famille..On ne comprend jamais  clairement ses intentions  et on ignore vraiment ce qu'il va lui advenir , et c'est ce qui rend le film singulier et assez captivant.

"Un week end en famille" instille ainsi un vrai climat de tension car on redoute à tout moment l' évenement catalyseur, qui explosera ce vernis craquelé de partout, un évenement qui va d'ailleurs survenir avec une seconde partie qui flirte avec le fantastique et l'étrange, partie un peu trop évanescente, qui m'a du coup moins convaincu.

Le film me semble être plus émouvant et troublant quand on est vraiment à l'intérieur de ses scènes familiales, avec notamment une très belle scène où tout le monde se met à chanter à tue tête autour du piano familial, et pas n'importe quoi, une version allemande de "tu te laisses aller", de notre Charles Aznavour (?...il faut dire que )j'ai toujours adoré ce genre de scènes qu'on a vu au moins  fois dans ce genre de films, et ici, elle m'a semblé vraiment très juste et émouvante, à l'image d'une grande partie de cette oeuvre, pas forcément facile d'accès, mais de bien belle tenue d'ensemble.

 Bref, sans atteindre les hauteurs difficilement dépassables de Festen, ce week end en famille reste un film hautement recommandable pour tous ceux qui aiment les films sur les si dfficiles relations familiales.