pleuvait-oiseaux-1393271-616x0La littérature canadienne n'est pas forcément celle que je connais le mieux. Il faut dire que peu de livres de nos amis québécois franchissent nos frontières, contrairement à leurs chanteuses, qui à un moment du moins, nous arrivaient par paquet de dix sur nos ondes :o)....

Du coup, lorsque j'ai vu qu'il y avait possibilité avec Babelio et leur opération Masse Critique de découvrir cette littérature, par le biais d'un livre qui a cartonné là bas, en récoltant pas moins de 4 prix, je me suis positionné dessus, et j'étais bien content lorsque j'ai su que le livre allait me parvenir.

Ce livre c'est "Il Pleuvait des oiseaux" (titre oh combien poétique dont on ne comprend la signification qu'à la toute fin du livre), un roman  de Jocelyne Saucier, qui était déjà sorti en 2011 en France, mais en catimini, et qui depuis est passé sous un autre bannière (Denoël) et qui bénéficie  désormais d'une couverture médiatique  bien plus interessante.
Le roman était donc dépaysant de par son pays de nationalité, et l'est encore plus par son contenu et le décor de cette incroyable histoire.

En effet, ce roman est une fable qui se passe dans les forets d'une région sauvage du Québec, située au Nord de l'Ontario,  mais à l'origine l'auteur s'est basé sur des faits historiques pour construire une partie de son roman, ceux des Grands Feux qui ont ravagé cette région  entre 1910 et 1920, qui ont fait énormément de victimes et dont les rares survivants ont  eu beaucoup de mal à s'en remettre.
L'intrigue débute lorsqu'une photographe du Hérald Tribune enquête sur un dénommé Ed Boychuck, qui aurait survécu à ces grands feux. Tout naturellement, elle oriente ses recherches dans la forêt et découvre un campement où habitent Charlie et Tom, deux vieillards qui ont bien connu ce Ed et qui vivent en ermite au fond des bois.

Ce livre commence donc par le récit de la photographe, mais très vite d’autres personnages nous vont nous raconter l'histoire,  des personnages un peu décalés et marginaux , qui aideront la photographe à recoller les pièces du puzzle, des pièces qui s'assembleront qu'à la toute fin de ce beau roman  original et envoutant.
Ce roman nous dévoile une partie de l'histoire canadienne que tous les français ou presque ignoraient, et nous livre en même temps une véritable ode à la liberté , à la vie dans la nature, et même une ode à l'amour, cet amour ui survient au moment où l'on ne s'y attend plus du tout.
 
Une bien belle expérience littéraire que je ne peux que vous conseiller ardemment.