Ce samedi, pas de concours ( j'en ai assez fait comme ca, non?) mais j'ai pas mal de choses à vous  recommander dans le domaine de la culture pour la jeunesse; des choses que j'ai vu lu ou entendu dernièrement, avec mes enfants évidemment.

Et plutot que de vous en parler dans des billets successifs qui n'interesseront pas tout le monde, j'ai choisi d'en dire quelques mots sur chacun de ces oeuvres dans un seul et même billet, histoire que tout le monde ait un petit élément à piocher.

Voici donc 4 objets différents, un film en salles, un livre,un DVD et un album jeunesse que j'ai vu approuvé et que je ne peux que vous recommander :

1. Le film en salles : Maman est en amérique, elle a rencontré Bufallo Bill

ma maman est en amérique

Une fois n'est pas coutume je vous avais conseillé un dessin animé lors d'une sélection des 3 films à voir, celle du 23 octobre dernier, c'est dire à quel point j'ai tout fait pour trainer mes enfants pour voir ce beau dessin animé, adapté d'un très joli roman graphique publié en 2007  que j'avais eu entre les mains, suite à sa récompense à Angoulême en 2008.

Reprenant fidèlement la trame de la BD, qui raconte avec beaucoup de retenue l’enfance de son auteur, Jean Regnaud, marqué par l’absence inexpliquée et soudaine de sa mère (tiens, ca ressemble à un Oiseau Blanc dans le Blizzard, dont je vous ai parlé hier, mais le traitement n'a pas grand chose à voir vous vous en douter,) le film comme la bande-dessinée du reste touchent au plus profond par sa capacité à saisir l’esprit d’un enfant de 6 ans. Et évidemment, cette mère absente est au coeur d'un complot familial et amical destiné à cacher à ce gamin de 6 ans une vérité autrement douloureuse que les grands ont deviné depuis le début et que mes enfants apprennent à la fin avec une grande tristesse.

Si d'habitude les dessins animés que l'on voit régulièrement en famille font plus rire que pleurer, ici toute la famille a fondu en larmes devant ce très beau dessin animé, qui aborde ce sujet oh combien douloureux de manière trés sensible et poétique. Les dessins d'Emile Bravo ( l'illustrateur de la BD) sont très jolis et touchants et le récit, bourré d'anecdotes très justes, a en plus un coté Madeleine de proust (l'intrigue se passe durant les années 70) absolument réjouissant...si le film joue encore en salles, ne le ratez pas et emmenez vos loulous à partir de 5 ans, ils seront ravis et très émus!!

Et la chanson originale, interprétée par Marc Lavoine (qui fait aussi la voix du papa que l'on reconnait dès la première seconde) accompagne parfaitement l'esprit du film:

 2. CD: Aldebert, Enfantillages 2

 

CD-Enfantillages-2_original_backup
Voilà un artiste de chanson française que j'aime particulièrement (bon, c'est vrai que j'en aime un certain nombre particulièrement mais lui encore plus que les autres), et dont je suis la carrière avec grande attention depuis plus de 10 ans maintenant et dont je vous ai parlé de façon très positive en quelques occasions sur ce blog . J'avais juste zappé sa première incursion dans le domaine de la chanson pour enfant ( le premier album Enfantillages il y a 3 ans) , en me disant que j'aimais tellement ses chansons pour les grands que je ne serais que déçu, mais en voyant qu'il sortait en cette fin 2013 un second volet de ces Enfantillages, j'ai rattrapé le coup et  je me suis plongé sans hésiter dans cet Enfantillage 2, pour m'apercevoir avec délice, que ce que nous proposait Aldebert est largement du même niveau que ce qu'il chante pour les plus grands

Observateur de notre quotidien et de notre société, l’artiste utilise ainsi ce qui faisait tout son talent  dans ses chansons adultes, c'est à dire sa capacité manie humour, ironie et naïveté enfantine avec talent et acuité. Aldebert  s'interroge de bien pertinente façon et toujours avec son regard malicieux et tendre à la fois sur les problématiques qui font la réalité des enfants d'aujourd'hui (l'avenir, l'ouverture sur le monde, la famille, la tolérance, l'amour et surtout l'ivresse de la transgression !

Du coup, cet Enfantillages 2 est tout autant  à destination des  enfants que pour les parents. Aldebert nous emmène sur sa planète avec ses nombreux invités et nous livre une série de textes dans lesquels on s'y retrouve facilement en tant que parents et / ou enfants. 
L'album qui recèle pas moins de dix-sept chansons chantées ou jouées avec une vingtaine d'invités emprunte des voies musicales variées,  du manouche avec Sanseverino ( pour mon père il est tellement fort, vous vous doutez que je l'aime particulièrement, celle là), de la chanson  zouk avec Jocelyne Béroard et Jacob Desvarieux de Kassav' («le très dansant La Maison monde »), du jazz (« Le Petit veut faire de la trompette »), du rock electro (« Du gros son », la préféré de mon fils) ou un zeste de musique klezmer avec Les Yeux Noirs. Du côté des artistes venus de divers horizons, il faut aussi noter les présences d'Alizée, Carmen Maria Vega, Claire Keim et Sophie-Tith, Didier Wampas, Ours, Bénabar, François Morel, Ben Ricour, Ben Mazué, Jérôme Daran ou le groupe Archimède.

Ces Enfantillages sont du pur bonheur en barre, et Aldebert montre à quel point il sait parfaitement s'entourer pour réussir une merveille musical, comme ce premier single ( qui a beaucoup plu à ma fille, forcément vu les parents fleur bleue qu'elle a), Les amoureux, chanté avec la toujours aussi charmante Claire Keim :

3.  Livre jeunesse: Je,Tu, il m'embete

je tu il m'embete

Michel van Zeveren est un auteur et illustrateur pour la jeunesse qui officie depuis maintenant de longues années et qui a une excellente réputation. Personnellement, je n'avais jamais eu l'occasion de lire une de ses oeuvres, et c'est maintenant chose faite avec son album le plus récent, "Je tu il m'embete" que l'Ecole des Loisirs m'a envoyé pour la rentrée scolaire ( le livre tombait pile poil pour l'occasion) mais dont je ne parle que maintenant.

- «Attention, pas de bêtises, les enfants» dit Maître loup avant de s'absenter de la classe. Alors, plutôt que de s'embêter, petit loup décide d'embêter petit lapin. Petite souris embête petit loup mais petit sanglier arrive et se fait embêter par petite biche. Les trois petits cochons interviennent. Qui embêtera petite grenouille ? Finalement, est-ce les plus grands qui embêtent les petits ? Les filles embêtent-elles plus les garçons que l'inverse ? Lorsque tout le monde embête tout le monde, on finit par s'embêter... surtout quand on est des petites bêtes à oreilles ! Cet album est une vraie et belle réussite, les illustrations sont pleines d'humour et le texte gracieux, rythmé, et virevoltant.

Ce récit nous apprend  à  conjuguer les bêtises et les verbes  en multipliant les clins d'oeils, les jeux de mots simples et qui ont beaucoup plu à mes enfants. Des illustrations sensibles au service d'un texte amusant et intelligent, de quoi donner envie de se replonger dans l'univers  de Michel van Zeveren.

4. Blu Ray : La petite sirène

 

petite sirène

 

 Avoir enfin un lecteur Blu Ray ( je vous en ai déjà parlé une ou deux fois de cette nouveauté technologique) permet de voir ou de revoir dans des conditions optimum des classiques, et notamment des classiques de l'animation, car comme me l'avait dit mon cher Nio, c'est essentiellement dans le domaine de l'animation que le Blu Ray prend toute sa saveur. 

Et, concernant  cette Petite Sirène", sorti récemment en Blu Ray pour la toute première fois, c'est le premier verbe qui est de mise. En effet, j'avais 14 ans lorsque le film, qui marqua en 1990, une véritable renaissance de l’animation du studio après un gros passage à vide, et donc plus vraiment l'âge pour aller voir un Disney en salles, a fortiori un qui parle de princesse et dont la chanson d'Anne ( "elle s'appelle Ariel, et c'est une petite sirène") faisait pas vraiment envie.

Et j'ai eu tort car près de 25 ans après, profitant d'avoir une petite famille, je me suis plongé avec délice dans l'univers marin de cette  Petite Sirène .Les ingrédients habituels pour tout bon Disney y sont réunis, des chansons certes un peu à l'eau de rose mais très réussies (Sous l'océan", "Embrasse-la") maius aussi pas mal d'’humour, de l’amour et de l’aventure, le tout porté par d’hilarants personnages, comme Sébastien (le crabe), Polochon (le poisson), Eurêka (la mouette) avec en plus  une méchante très réussie, faisant partie des meilleurs méchants de Disney , la sorcière Ursulla. "La petite sirène" est donc  une réussite indéniable sur bien des plans  aux personnages émouvants et intéressants, à l'intrigue plutot bien construite, qui nous livre un enseignement  pas con du tout sur l'amour et sur notre nature, très drôle, très bien écrit et aux rythmes entrainants  et entraînant.

 Et plein de bonus passionnants dans le Blu Ray qui ont fait le bonheur de mes enfants  dont -
- Les secrets de fabrication de Walt Disney Animation Studios;- Harold le triton - un personnage abandonné;- La prise de vue réelle de référence;- Le voyage de Jodi Benson à New Fantasyland et plein d'autres encore....