landes

 

 Mardi prochain ,le 3 décembre sort en DVD, édité par l'excellente société Blacquout, le film Landes que j'avais eu la chance de voir en avant première cet été en présence de son réalisateur François Xavier Vives,  et de son actrice principale la merveilleuse Marie Gillain.

Le film étant sorti hélas dans l'indifférence générale, sa sortie en DVD est l'occasion de découvrir cette belle saga familiale qui mérite largement une seconde chance.

L'histoire :

"Années 20, dans les Landes. Liéna, 35 ans, hérite à la mort de son mari de ses vastes propriétés au coeur d'une forêt industrielle et de son drôle de rêve : l'électricité partout sur ses terres. Elle veut à tout prix faire de ce rêve électrique une réalité.

Sauf que personne n'en veut, ni son milieu, ni les syndicats. Alors elle se bat, s'entête... mais comprend qu'il existe d'autres batailles à livrer... Quand le destin d'une femme libre rencontre le destin d'un pays..."

 Ce que j'en pense :

Dans ce  Landes- qui se déroule comme son titre l'indique dans la belle région des Landes où j'y ai passé quelques vacances dans ma jeunesse- la trop rare Marie Gillain  interprete le rôle principal,  celui de Liéna, celui à travers les yeux duquel toute l'intrigue se jouera et se nouera.

 Landes est un projet audacieux, et également intimement personnel ( le réalisateur nous  confie dans un des bonus du DVD qu'il racontait en fait l'histoire de son arrière grand mère) et qui tourne autour de ce très beau personnage de femme,  un personnage auquel Marie Gillain prête tout son savoir faire.

Photo : Landes - le film, c'est aussi l'histoire du gemmage, opération qui consiste à blesser le pin pour en récolter la gemme ou résine. Dans les années 20, les gemmeurs se sont battus pour obtenir plus de droits...

En effet, dans ce rôle en or pour elle, elle porte le film à bout de bras, et dévoile une nouvelle fois une impressionnante palette de jeu, en montrant toute une gamme d'émotions qui vont du manque d'assurance du début, à la colère extériorisée, en passant par l'engagement total et l'amour. A ses côtés, le pareillement rare ( il préfère se consacrer à la réalisation) et toujours excellent Jalil Lespert défend un rôle pas évident de médiateur, sans cesse partagé entre deux classes sociales totalement différentes.

 Car le scénario ne se contente pas d'être un (beau) portrait d'une femme battante, en avance sur son époque, mais il prend soin également de nous dire un peu sur les conditions de vie de ces ouvriers de la résine qui essaient de lutter tant bien que mal ( à noter dans les autres bonus un entretien passionnant avec Claude Courau, gemmeur depuis une bonne quarantaine d'années).

En fait, le film aborde énormément de thèmes différents ( le progrès technologique face au progrés social, la lutte effrenée de la bourgeoisie à garder ses acquis, l'adoption d'un enfant, le retour à l'amour après un deuil...), mais c'est aussi ce qui constitue la force et les limites du film.

En effet,  pour une heure trente de films, cela fait un peu trop, et surtout, cela fait un peu trop penser à ces sagas de l'été que je voyais auparavant sur France 2 dans lequel Brigitte Fossey par exemple luttait pour préserver son domaine.

Mais malgré ce petit bémol,  reconnaissons que François Xavier Vives met parfaitement en valeur la photogénie incroyable de sa région natale, les Landes, et le film peut faire penser  " La Leçon de piano"  ou d'" Out of Africa", les modèles revendiqués du cinéaste  dans l'itw du bonus " notamment pour leur rapport à la nature sauvage",  car  le cinéaste a particulièrement soigné la lumière et la photographie de son film.

Bref, même si elle n'est pas à 100% convaincante, on peut dire que François Xavier Vives a  pleinement réussi sa fresque intime et  historique, et que la sortie de ce DVD peut convaincre les plus spectiques d'entre vous.


Avec les bonus suivants :
- entretien avec Marie Gillain
- court métrage de François-Xavier Vives "1860, sur l'extrême horizon"
- entretien avec François-Xavier Vives
- entretien avec un gemmeur
- scènes coupées du film