UNA_NOCHE_POSTER_10

Presque un an  après avoir vu 7 jours à la havane,   cette oeuvre composé de 7 chapitres réalisés par 7 réalisateurs différents qui nous balladait dans la capitale cubaine de long en large, le cinéma m'a ramené dans cette ville mythique en diable, à travers Una Noche, un film qui est sorti dans les salles mercredi dernier, le 27 dernier, et que j'ai pu voir en avant première, grace à Outplay, son distributeur.

Ce premier film de la jeune réalisatrice Lucy Mulloy, prix du Jury au 38e Festival Du Cinéma Américain De Deauville 2012 nous raconte une  épopée tragique inspirée d’une histoire vraie, mais le plus intense dans le film n'est pas forcément la part fictionnel, mais un reportage absolument saississant sur La Havane telle qu`on ne l`a jamais vue (et assurément pas dans les 7 jours à la havane qui portait un regard dans l'ensemble bien plus touristique).

Dans ce "Una Noche", où trois jeunes, confrontés à la précarité quotidienne, échaffaudent un plan pour s'enfuir et s'exiler à Miami, Cuba apparait comme en effet comme une île bien loin des images de carte de postale, une île où désespère une jeunesse, souvent acculée à la misère et qui n’a d’autres choix que la délinquance ou la fuite.

una_noche_06

Une jeunesse désirant, nonbostant le prix à payer, forcer son destin , afin de poursuivre un rêve de bonheur, qu'il soit matériel, ou amoureux ( un des jeunes est amoureux de son collègue de plonge dans un restaurant, mais cette idylle homosexuelle, juste esquisée, n'est pas le noeud de l'histoire).

Un film dans lequel la réalité a largement rejoint voire dépassé la fiction, puisqu'on a appris que deux des trois acteurs principaux du film,  Javier Nuñez Florian et Anailín, avaient disparu il y a plus d'un an, en arrivant à Miami pour se rendre au festival de Tribeca où le film a été présenté, et ont ensuite réapparu pour demander l'asile politique aux Etats-Unis.

Portrait saissisant de sincérité et de réalisme sur la  jeunesse cubaine, porté par des acteurs amateurs tous extrêmement crédibles, et une mise en scène parfois maladroite mais souvent guidée par un vrai souffle,  ce "Una Noche" est  un beau film qui, hélas, comme souvent pour les films venant de pays marginaux dans l'industrie cinématographique, bénéficie de peu de copies, mais que je conseille sans hésiter s'il joue dans une salle près de chez vous.