music-james-arthur-album-artwork

Après l'article de mon beauf sur le concert de Yodelice, on continue aujourd'hui en vous parlant de musique dans la langue de Shakespaere (et ce coup ci c'est moi qui m'y colle, faut quand même que je bosse un peu), et notamment d'une chanson que tout le monde connait...

En effet, cette chanson s'appelle," Impossible", il est totalement... impossible (dites plutôt "impossibeule" si vous voulez le dire avec l'accent british) d'être passé à coté...

En effet, voici typiquement le genre de tube qu'on a entendu un peu partout depuis plusieurs mois, que ce soit au supermarché, dans la voiture, dans le métro, et qu'il est également impossible de la faire sortir du crane...

Personnellement, même si je savais que le type venait de la télé réalité ( il a gagné le X factor anglais en 2012) et que je pouvais avoir des a priori contre ce type de chanteur venant des télé crochets,, j'ai tout de suite adoré le morceau ( au départ, une reprise d'une chanson pas bien connue d'une certaine Shontelle), même après l'avoir écouté 30 fois, car il est imp...euh difficile ( les plaisanteries les plus courtes...) de ne pas être touché par l' émotion à fleur de peau assez évidente  de cette voix à la fois éraillée et toute en puissance de l'interprète...

Pour ceux qui ne l'ont pas assez attendu, j'en remets une petite couche :

 

 C'est peu de dire que James Arthur a connu un succès fulgurant avec ce tube, vendu à plus de 2,5 millions d’exemplaires, et couronné plus gros succès pour un premier single d’un gagnant de cette émission.

Il a connu un succès similaire avec son premier album, sorti le 4 novembre dernier en France,  très bien marché au niveau ventes, dans une industrie du disque pourtant pas follichone.

Artiste créatif, et également musicien complet, James Arhur s'est visiblement et profondément investi dans la composition et l'écriture de ces chansons composant son premier opus.

Pour avoir reçu le CD( un grand merci à Marion), je reconnais aisément la redoutable efficacité de sa musique, et la variété de son style  : un doigt de pop, une once de rap (le très enlevé et azimuté "Flying", vers la fin du disque, un bon morceau de hip hop produit par le maitre incontesté Naughty Boy),  une pincée de blues, et même pas mal  de soul.  On pense à Rod Stewart, Georges Michael, mais aussi plus surprenant aux grands pontes de la motown... 

Notons également Roses » très beau duo avec la magnifique Emelie Sandé, une rencontre vocale à couper le souffle, dont les deux voix se coulent à merveille.James Arthur y dévoile une fragilité autant dans le timbre de sa voix, qui monte dans les aigus, que dans son interprétation, tandis qu'Emelie Sandé, plus sobre et encore plus touchante que d'habitude, fait une nouvelle fois des étincelles.

James Arthur a su séduire le plus grand nombre, et a réussi à toucher la sympathie d'un large public, touché par son charisme et son indéniable sincérité.

Parmi les titres les plus réussis de l'album, je pense à Recovery , une chanson en piano voix, qui pourrait au départ, avec les premières mesures du couplet, pas mal  faire penser à "Impossible", mais dont le refrain diffère pas mal, tout en étant une fois encore entetant et qui donne envie de le fredonner des heures après l'avoir écouté, bref encore un morceau mémorable et émouvant...

 

Le morceau « You're Nobody 'Til Somebody Loves You » prouve que James Arthur arrive à dynamiter et apporter une modernité à la soul avec une robuste production, très contemporaine, soutenue par des trompettes et un beat qui tiennent bien la route, et qui démontre l'éclectisme et l'aisance de l'artiste dans tous les styles qui soient.

un titre plus soul, soutenu par des trompettes et un beat plus agressi
En savoir plus sur http://www.chartsinfrance.net/James-Arthur/news-89078.html#vOF9k3uvupRqGKlG.99
un titre plus soul, soutenu par des trompettes et un beat plus agressi
En savoir plus sur http://www.chartsinfrance.net/James-Arthur/news-89078.html#vOF9k3uvupRqGKlG.99
un titre plus soul, soutenu par des trompettes et un beat plus agressi
En savoir plus sur http://www.chartsinfrance.net/James-Arthur/news-89078.html#vOF9k3uvupRqGKlG.99

James Arthur colle également  le frisson avec « Smoke Clouds » où sa voix joue sur le tragique, tout en balançant l'air de rien quelques rimes de bon raggamuffin, qui montre que l'artiste sait cultiver l'art de la surprise et du contrepieds.

Bref, un opus en parfait équilibre entre plusieurs styles qui confirme tout le talent de ce James Arthur, qui, à seulement 25 ans, laisse augurer une bien épatante carrière.

A noter pour les pairisiens chanceux que James Arthur en concert à la Cigale de Paris les 26 et 27 février prochains.