Il y a maintenant presque trois ans, je vous expliquais pour quelles raisons, et ce, à l'inverse d'une immense majorité de cinéphiles, j'aimais énormément le cinéma de Claude Lelouch.

 Et comme il y a trois ans, la sortie de son "Salaud on t'aime", mercredi de la semaine passée, a démontré à quel point Claude Lelouch continue de susciter autant de passions et de détestations. Rarement un cinéaste français n'aura en effet provoqué un tel clivage entre les fans et les détracteurs du cinéaste presque octogénaire.

Et si son cinéma est jugé trop mégalo, trop populaire, trop naïf, trop à la lisière du ridicule, trop ancré dans les années 80 par ces derniers, les adorateurs du Lelouch ont adoré le film un peu pour les mêmes raisons, mais inversées.

Et figurez vous que Lelouch divise même chez Baz'art, puisqu'à chaque fois- ou presque- qu'on se voit avec ce cher Michel, on s'étripe-rien que cela- sur le cinéma lelouchien .... et sachez également que, juste avant que je prévoie de voir "Salaud on t'aime" au Festival du film policier de Beaune où il était présenté dans le cadre d'un hommage à Johnny, Michel avait été jusqu'à m'envoyer un mail avec tout un tas d'argumentaires pour me tenter de dissuader d'y aller...

Evidemment, je ne l'ai pas écouté (au contraire, vous me connaissez, ca a décuplé mon envie d'y aller) et je suis donc allé le voir en Bourgogne, non pas le soir de sa présentation officielle en présence de l'équipe du film (hélas, ce n'est pas moi qui ai pris cette photo ci dessous- comment ça, ca se voit?:o)) mais le lendemain, dès que j'ai mis les pieds au Festival.

Et, évidemment,  en dépit de la tonne de défauts que je peux reconnaitre en toute objectivité au film ( certaines scènes qui font plus que flirter avec le ridicule, un Johnny pas toujours très convaincant, un scénario qui prend un peu l'eau au 3/4 du film avec un tournant policier pas bien convaincant) j'ai été ravi de me retrouver dans ce cinéma Lelouchien en diable dans lequel il fait beau de s'y plonger, histoire de s'évader un peu du cinéma français traditionnel, entre films d'auteurs austères aux longs plans fixes et comédies lourdaudes à la mise en scène inexistante.

Bref, j'ai vachement accroché à "Salaud on t'aime", et je vais vous donner les 4 raisons pour tenter de vous convaincre d'aller le voir...

Mais comme j'aime bien également, vous le savez je pense, laisser la parole à ceux qui ne sont pas d'accord avec moi, je vous livrerai aussi les 4 raisons que Michel m'avait avancé dans ce contre argumentaire dont je vous ai parlé ci avant..

  I. Mes quatre  raisons- tellement "lelouchiennes"- d'aller voir “Salaud on t’aime” :

  1. Pour ses scènes et ses dialogues si lelouchiens:

Je le disais en préambule, certaines scènes du dernier Lelouch sont franchement pas loin du grotesque, surtout à la fin avec ce dénouement vaguement policier (c'est donc pour cela qu'il était présenté à Beaune?), tandis que d'autres, bien au contraire, épatent totalement et nous comblent d'aise, je pense à cette scène de baisers absolument superbe, ou encore cette  excellente séquence vraiment joussive, dans laquelle Johnny et Eddy Mitchell,  (qu'on rarement vu aussi bon) reprennent à tue-tête cette chanson de Rio Bravo;

2.Pour cette tendance tellement lelouchienne à assumer sans complexe une absence totale de cynisme et de second degrès :

En effet, bien sûr, Lelouch possède un égo énorme, et ce film est évidemment l'occasion d'y montrer son immense mégalomanie, tant le personnage de Johhny présente d'immenses similitudes avec Lelouch lui même. Par contre, ce que Lelouch n'est assurément pas, c'est sarcastique ou cynique, et même si certains des fameux aphorismes lelouchiens sonnent parfois faux,  et que ces hasards et coïencidences sont quand même parfois un peu too much, d'autres font du bien pour cette absence de calcul et cette optimisme à tout écrin;

 3. Pour sa direction d'acteurs tellement lelouchienne :

J'avoue qu'au départ, j'étais un peu réticent à l'idée de cette histoire d'amour entre Johnny, pas le meilleur acteur du monde et la géniale Sandrine Bonnaire, une de mes actrices préférés...et pourtant, avec cette façon tellement Lelouchienne de diriger ses acteurs, d'y mettre tant de naturel tout en évitant le naturalisme, on ne peut que s'incliner devant plusieurs moments de grâce, de ces dialogues amoureux qui nous font forcément sourire d'aise devant leur justesse et leur vérité; et le regard tellement triste et tellement bleu de Johnny reste longuement en mémoire après le film, qu'on aime ou qu'on aime pas cet artiste incontournable du patrimoine français;

 4.pour sa mise en scène tellement lelouchienne:

Ah, ces excès de lyrisme, avec ces  envolées musicales qui mettent à l'honneur les "Eaux de mars" de Moustaki, ou encore Ella Fitgerald et Louis Amstrong,  sous fond de travelling et de caméra virevoltantes qui nous montrent de magnifiques  images d' aigles, de chamoix et des magnifiques paysages de montagne, j'avoue chez n'importe quel autre cinéaste, ca ne passerait pas, mais chez Claude, franchement, je ne saurais expliquer vraiment pourquoi, mais ca le fait bien.

II. Les 4 bonnes raisons concises et imparables de ne pas voir “Salaud on t’aime” :
1ère raison : si Johnny était un vrai acteur, depuis le temps, cela se saurait;
2ème raison : le dernier bon film avec Eddy Mitchell c’est “Coup de torchon “ de Tavernier (euh, c'est aussi son premier film, oui, et alors?);
3ème raison : Bonnaire, c’est la fille de Pialat, autant dire qu'elle commet un vrai parricide en tournant avec Lelouch (l’anti-Pialat), donc je refuse d’être complice d’un tel forfait;
4ème raison : faire croire que l’on va mourir d’une grave maladie pour faire venir les gens que l’on aime est un argument qui relève soit de la cour d’assise, soit , pire encore, de l'hôpital psychiatrique.
Ok, Michel, c'est noté pour ton argumentaire de choc anti Lelouch.....Bon, je pense avoir répondu aux deux premières raisons dans ma critique; concernant la 3ème, Bonnaire elle même compare Lelouch à Pialat dans ses itws en trouvant notamment un parrallèle dans la façon de diriger (je pourrais te retrouver les itws si tu veux)...
Quant à la 4ème raison, cher Michel, si tu allais voir le film, ben tu verrais que c'est pas exactement comme cela que ca se passe finalement...Comment cela, c'est pas un argument suffisant pour y aller?
De toute façon, et on peut le voir avec ce pour et contre, on aime ce Salaud on t'aime simplement parce qu'on aime le cinéma de Lelouch et on le déteste pour les mêmes raisons, donc, si vous n'avez aucune affinité avec ce cinéma là, passez votre chemin, rien de ce que je pourrais vous dire pour le défendre n'arrivera pas à vous convaincre d'y aller...