cartierJ'ai beau essayer de m'intéresser à tout ce qui touche de près ou de loin à l'art et la culture, il y a des domaines dans lesquels j'ai de grosses insuffisances, des domaines d'ailleurs liés plus souvents à l'image qu'à l'écrit, ce qui pourrait paraitre étonnant vu ma passion pour le cinéma, même si comme je le dis souvent, c'est généralement plus son rapport avec l'écrit qui m'interpelle en premier chef dans le 7ème art. 

Ainsi, autant le dire sans fioriture : je suis un peu une bille en matière de photographie,  c'est un domaine qui ne m'a jamais interessé plus que cela, ni en tant que photographe ni en tant qu'observateur de photos (j'ai tendance à dire que les plus beaux souvenirs sont gravés dans un coin de ma tête), et par exemple,  ce n'est que très récemment, avec ce blog, que j'ai commencé à vraiment regarder de plus près le travail du chef opérateur dans un film...

Bref, tout ce préambule personnel pour dire qu'en matière de photographes célèbre, mes connaissances sont très limitées: comme tout le monde je connais Robert Doisneau et sa fameuse photo des amoureux de l'l'Hôtel de Ville, et puis c'est presque tout...

Quant à un autre photographe éminement reconnu, Henri Cartier-Bresson, pourtant considéré unanimement comme l'un des pionniers du photojournalisme moderne, j'avoue qu'à part son nom, j'étais incapable de nommer une seule de ses réalisations.

Heureusement, cette carence est-en partie- résorbée grâce au documentaire Le siècle de Cartier-Bresson de Pierre Assouline que j'ai pu voir grâce à Cinétrafic dans le cadre de son opération " un DVD contre une chronique", et dont le DVD  est sorti le 4 mars dernier chez Arte Vidéo.

 Le Siècle de Cartier-Bresson  est réalisé par un homme que je connais un peu mieux que Cartier Bresson , mais  comme essentiellement comme écrivain ( et rédacteur en chef de la revue LIRE), un écrivain plutot talentueux, mais qui manque parfois, à mes yeux, d'un peu d'humilité, j'ai nommé Pierre Assouline.

Il faut savoir, et je l'ignorais totalement qu'Assouline a été un très bon ami de Cartier Bresson , et du coup, celui ci, qui se méfiait énormément des journalistes et qui n'aimait pas se dévoiler a osé se confier à un de ses proches.

Pierre Assouline a réussi à nouer de belles relations de confiance avec le photographe, surtout lors des  dernières années de sa vie ( Cartier Bresson est mort en 2004). Il a  ainsi pu avoir accès à ses archives afin d' écrire une biographie, "Cartier-Bresson. L'oeil du siècle", publiée en 1999 chez Plon.

Ce documentaire Le Siècle de Cartier-Bresson est donc le complément logique de ce livre, et retrace, en tout juste 52 minutes,  un vrai témoignage du XXème siècle, tant Cartier Bresson ne fut pas pour rien surnommé " l'oeil du siècle".

Dans ce film, Henri Cartier-Bresson commente lui même le défilé chronologique de ses photos les plus marquantes,  et au fil de ce récit autobiographique, le parcours personnel de Cartier-Bresson et la grande histoire  vont s'entremêler. L'artiste y parle notamment de ses premiers voyages en Afrique, ses trois années comme prisonnier de guerre en Allemagne ou bien de sa rencontre avec Robert Capa et David Seymour, avec qui il a fondé la mythique agence Magnum.

Pour constituer ce film, Pierre Assouline a revu presque tous les clichés du photographe, sélectionnant des photos connues de tous- sauf de moi, donc- des images moins célèbres, et par ailleurs, il a écouté l'intégralité des interviews réalisées par CB (euh pas très heureux ce diminutif :o)

Enfin, il a pu bâtir un récit autour de ce "grand bourgeois anarchiste, timide mais culotté en même temps" devenu une icone et une référence pour pleins de générations postérieures.

Le documentaire raconte donc Cartier Bresson de manière chronologique uniquement à travers ses photos- et juste quelques portraits de lui pendant la guerre, ainsi que quelques extraits de films de Henri Cartier-Bresson himself ; et le commentaire est exclusivement composé de sa voix commentant directement ou indirectement les évènements (extraits de ses interviews à la radio, à la télévision ainsi qu’enregistrements privés) sur une musique de Jean Sebastien Bach, le compositeur qu'il aimait le plus.

Comme on peut le voir avec les procédés utilisés par Pierre Assouline, "Le siècle de Cartier Bresson"  transpire parfaitement de l'immense respect et admiration qu'avait l'auteur du documentaire pour son sujet.

Et si parfois, on aurait aimé un montage un peu plus dynamique et une réalisation un peu plus audacieuse, on ne peut être que touché par les milles vies de Cartier Bresson et tous les évenements exceptionnels du XXième siècle que son objectif a pu retenir et capturer : la lutte des Républicains espagnols, la libération de Paris, Gandhi- que le photographe a pu immortaliser juste avant son assassinat,  la prise de pouvoir des communistes chinois, l'incroyable bouleversement de mai 68....

Bref, une leçon d'histoire qui change de l'académisme et du didactisme qu'on a tous appris dans les manuels scolaires pour un documentaire, qui, s'il ne figure pas parmi le haut du panier (comme les 3 dont je viens de parler récemment)  reste fort estimable et fort instructif sur un artiste que je suis heureux d'avoir connu un peu mieux grâce à ce DVD...

 ARTECINEMA 2013 - LE SIÈCLE DE CARTIER BRESSON

  Et n'hésitez pas à aller jeter un oeil sur la page facebook de l'éditeur , ainsi qu'à aller voir ici sur cinetrafic , et pour la dernière fois,  cliquez ici!!