D'habitude, et je m'en suis plaint à chaque fois les autres années, les semaines d'avant Festival de Cannes sont souvent très pauvres en films passionnants...

Or là, force est de reconnaitre les 3 prochaines semaines qui nous amènent jusqu'au 14 mai, date de la cérémonie d'ouverture, sont particulièrement bien remplies, avec toujours 4 à 5 films pouvant facilement faire partie de ma sélection.

Témoin cette semaine du 23 avril avec pas mal de films que j'ai bien envie de voir, et comme il a bien fallu faire un choix, le voici : 

 

1. Dans la cour

courLe pitch :

Antoine est musicien. A quarante ans, il décide brusquement de mettre fin à sa carrière. Après quelques jours d'errance, il se fait embaucher comme gardien d'immeuble. Jeune retraitée, Mathilde découvre une inquiétante fissure sur le mur de son salon...

Pourquoi je veux y aller :

- parce que j'ai énormément d'affection pour le cinéma de Pierre Salvadori qui réussit à chaque fois le prodige de trousser des comédies d'auteur, dans lesquelles le rire n'est jamais lourd ou vulgaire, mais toujours plein de tendresse et de délicatesse, qu'on ressent et dans la direction d'acteurs, et dans les dialogues, toujours très soignés;

-. parce que nouveau film, bien qu'il aborde sur le papier des sujets plus délicats, comme la dépression ou l'angoisse, le fait  toujours avec sa pointe d'humour qui le caractérise;

- pour son duo d'acteurs, composé de Gustave Kerven et de Catherine Deneuve, que l'on dit particulièrement bien assortis.

DANS LA COUR Bande Annonce

 

2.Night Moves

Night-Moves

Le pitch :

Trois écologistes radicaux, Josh, Dena et Harmon, se retrouvent pour exécuter l’action la plus spectaculaire de leurs vies : l'explosion d'un barrage hydroélectrique, qui représente pour eux le symbole de la culture industrielle, destructrice des ressources naturelles...

Pourquoi je veux y aller :

- pour l'idée plutot originale de faire un thriller mettant aux prises des écologistes radicaux, idée primée lors du dernier Festival du Film américain de Deauville;

Parce La réalisatrice  Kelly Reichards, déjà auteur des excellents "La dernière piste" ou  "Wendy et Lucy" sait mieux que quiconque montrer une nature magnifiée;

 - pour son casting, regroupant la fine fleur des comédiens les plus prometteurs et souvent peu connus du cinéma américain de Jesse Eisenberg, en passant par Dagota Faning ou le génial Peter Sarsgaard,vus "Blue Jasmine"..).

Night Moves Bande-annonce

3.Une rencontre

une-rencontre_

 Le pitch :

Elsa écrivain, et Pierre, avocat, se croisent lors de la soirée de clôture d’un salon du livre : un regard, un briquet qui change de mains, des rires un peu trop nerveux, le frémissement d’une histoire possible… Une rencontre ? Sauf que la vie de Pierre, c’est d’abord sa famille : ses enfants et Anne, sa femme depuis quinze ans, celle qui l’aimera toujours, et qu’il aimera toujours, en dépit de la routine et du temps qui passe, il le sait. Elsa, de son côté, se reconstruit peu à peu suite à un divorce compliqué, se partageant entre l’écriture, ses ados qui grandissent trop vite, ses amies et une histoire légère comme l’air avec Hugo, son jeune amant. Pour elle, l’homme marié est un tabou et même pire : une erreur. Pourtant… Dès le premier regard, la rencontre de Pierre et Elsa s’inscrit dans une temporalité différente, comme si présent et futur possible se dédoublaient, s’entrechoquaient... jusqu’à créer une réalité où tout serait possible.

 Pourquoi je veux y aller :

 - pour la réunion de deux des plus grandes stars du cinéma français, Sophie Marceau et François Cluzet. 

- parce que Lisa Azuelos est la réalisatrice de "LOL" et que je fais partie de ceux qui avaient été plutot charmés par ce film générationnel sur l'adolescence d'aujourd'hui (enfin je parle de la version originale, pas de son triste remake US.

-et parce que je l'ai déjà dit, j'aime beaucoup les belles romances au cinéma, et ma copine les aime encore plus que moi, donc il est possible qu'on se retrouve tous les deux pour le voir celui là :o)

UNE RENCONTRE Bande Annonce (Sophie Marceau, François Cluzet)

Parmi les autres films de la semaine qui m'avaient tapé dans l'oeil, j'aurais pu retenir une autre possible pépite du cinéma indépendant "States of grace",  ou bien encore le thriller couillu français 96 heures avec le duo Niels Aerstrup/ Gérard Lanvin, mais il fallait bien faire un choix et on l'assume totalement...

Et vous alors, quels films du 23 avril vous tentent le plus?