100% de cinéma français à l'affiche de ma sélection du jour, ca faisait pas mal de temps il me semble... est ce parce que le 14 juillet n'est pas loin derrière nous ou bien est ce parce que le cinéma non hexagonal fait un peu grise mine cette semaine? un peu des deux sans doute... sauf qu'excepté, le premier assez incontournable, même les films français choisis ne semblent pas être des musts véritables...

1.L'homme qu'on aimait trop

homme

1976. Après l’échec de son mariage, Agnès Le Roux rentre d’Afrique et retrouve sa mère, Renée, propriétaire du casino Le Palais de la Méditerranée à Nice. La jeune femme tombe amoureuse de l’homme de confiance de Renée, Maurice Agnelet, un avocat de dix ans son aîné. Maurice a d’autres liaisons. Agnès l’aime à la folie. Actionnaire du Palais de la Méditerranée, Agnès veut vendre sa part de l’héritage familial pour voler de ses propres ailes. Une partie truquée siphonne les caisses de la salle de jeux. On menace Renée. Derrière ces manœuvres guerrières plane l’ombre de la mafia et de Fratoni le patron du casino concurrent qui veut prendre le contrôle du Palais de la Méditerranée. Tombé en disgrâce auprès de Renée, Maurice met en relation Agnès avec Fratoni qui lui offre trois millions de francs pour qu’elle vote contre sa mère. Agnès accepte le marché. Renée perd le contrôle du casino. Agnès supporte mal sa propre trahison. Maurice s’éloigne. Après une tentative de suicide, la jeune femme disparaît à la Toussaint 1977. On ne retrouvera jamais son corps. Trente ans après, Maurice Agnelet demeure l’éternel suspect de ce crime sans preuve ni cadavre. Convaincue de sa culpabilité, Renée se bat pour qu’il soit condamné...

Pourquoi je veux y aller :

 - Parce qu' André Téchiné est un cinéaste que j'aime beaucoup, de ses films anciens ( Hotel des amériques, les soeurs Bronte, Rendez vous, Ma saison préférée) à ses oeuvres plus récentes ( Les témoins, la fille du RER), avec un cinéma plein de romanesque, voire de lyrisme sur des sujets plus terre à terre sur le papier,

- pour le beau casting  très alléchant sur le papier(Guillaume Canet, Adèle Haenel, Catherine Deneuve)

 - parce  Le film s'inspire des Mémoires de la mère d'Agnès Le Roux,  et il relate en fait la fameuse affaire  Agnès Le Roux , fait divers qui n'en finit pas de défrayer la chronique, dans lesquels la famille, l'amour et l'argent s'y entremêlent de façon vertigineuse, des thèmes qui correspondent parfaitement à l'univers  d'André Téchiné,

2. Fastlife :

 

Fastlife-découvrez-les-premières-photos-du-film-de-Thomas-Ngijol1-e1401295294524

Le pitch  :

Aller toujours plus loin, plus vite, pour briller aux yeux des autres : telle est la devise de Franklin. Franklin est un trentenaire mégalomane obnubilé par l’envie de briller à n’importe quel prix. Il devra choisir entre devenir un homme ou continuer à vivre la Fastlife.

 

Pourquoi je veux y aller :

 - car après son succès dans Case Départ (co-écrit avec Fabrice Eboué et Lionel Stekete) et dans Le Crocodile du Botswanga (dont il n'est "que" comédien sous la direction de ses deux acolytes), Thomas Ngijol peut faire la passe de trois avec cette nouvelle comédie idéale pour l'été;

 - parce que Njigol n'a pas son pareil pour composer ce genre personnage de  type immature, possédant autant le sens des responsabilités qu'un gamin de 10 ans, incapable de s'engager, de filer droit et regarder la réalité en face, personnage taillé par une comédie hilarante.

- parce que ce film devrait une fois de plus démontrer le gros potentiel du bonhomme , ce qui a fait le succès de ses one man shows depuis le "Jamel Comedy Club"

3. Ablations :

 

alblations

Un homme se réveille dans un terrain vague, sans aucun souvenir de la veille, une cicatrice au bas du dos. Une ancienne maîtresse, chirurgienne, lui apprend qu’on lui a volé un rein. Obnubilé par ce vol,  il va tout sacrifier pour le retrouver : sa famille, son travail… jusqu’à sombrer dans la folie.

Pourquoi je veux y aller :

 - car c'est Benoît Delépine qui est au scénario pour une intrigue plus lynchienne que son univers habituel, mais tout aussi décalée et singulière sur le papier;

- parce que le  jeune réalisateur prometteur Arnold de Parscau , auteur du clip "Good Day Today"  peut nous trousser un thriller à athmosphère bien envoutant

pour l'acteur principal, le toujours épatant Denis Ménochet qui tient visiblement à bout de bras ce projet

ABLATIONS - Bande-annonce VF