Pour la toute dernière semaine d'été avant la rentrée, les distributeurs nous proposent une semaine ciné particulièrement alléchante avec au moins deux films particulièrement interessants, précédés d'un excellent écho et un troisième que je verrais plus si j'ai le temps et la possibilité mais qui présente certaines qualités aussi :

 1.Party Girl :

party-girl-angelique-litzenburgerLe pitch :

Angélique a soixante ans. Elle aime encore la fête, elle aime encore les hommes. La nuit, pour gagner sa vie, elle les fait boire dans un cabaret à la frontière allemande. Avec le temps, les clients se font plus rares. Mais Michel, son habitué, est toujours amoureux d’elle. Un jour, il lui propose de l’épouser.

Pourquoi je veux y aller :

- Parce que ce  premier long-métrage des Français Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis a emballé tous les festivaliers du Festival de Cannes lors de sa présentation en ouverture d'Un certain regard, et sa consécration finale avec la caméra d'Or garantit un coup de cœur assuré;

- pour le parti pris des réalisateurs  qui choisissent le naturalisme, le fantôme d’un documentaire que de beaux morceaux de poésie viennent éclairer, évoquant le meilleur du cinéma français de Pialat à Kechiche;

- pour l'actrice principale, Angélique Litzenburger joue donc son propre rôle et emporte le morceau grâce à sa bouleversante interprétation. 

"Party Girl" - "Un certain Regard" opening film

2. Enemy :

Enemy-610x350Le pitch :

Adam, un professeur discret, mène une vie paisible avec sa fiancée Mary. Un jour qu'il découvre son sosie parfait en la personne d’Anthony, un acteur fantasque, il ressent un trouble profond. Il commence alors à observer à distance la vie de cet homme et de sa mystérieuse femme enceinte.

Pourquoi je veux y aller :- car après les excellentissismes Incendies et Prisoners, il y a fort à parier que le cinéaste canadien Denis Villeneuve réussisse la passe de trois avec ce film tourné juste avant Prisonners - car après Prisonners, Villeneuve nous propose un nouveau thriller  mais avec une complexité scénaristique  autre qui pourrait bien selon ceux qui l'ont vu être un des  chocs cinématographiques de l’année - parce qu'il semblerait que ce Enemy devient bien vite une expérience cinématographique à part entière, aspirant le public dans son univers cauchemardesque.

Enemy Official Trailer #1 (2014) - Jake Gyllenhaal Movie HD

3. The Salvation

Le pitch :

1870, Amérique. Lorsque John tue le meurtrier de sa famille, il déclenche la fureur du chef de gang, Delarue. Trahi par sa communauté, lâche et corrompue, le paisible pionnier doit alors traquer seul les hors-la-loi.

Pourquoi je veux y aller :

- parce que Kristian Levring,  membre fondateur du Dogme95 avec Lars von Trier, Thomas Vinterberg et Soren Kragh-Jacobsen,  abandonne  ici tous les principes fondamentaux du Dogme pour livrer une vision très esthétique de l’Ouest sauvage;

- parce qu'un western danois avec un Mads Mikkelsen toujours aussi mutique, Eva Green et Eric Cantona est une curiosité qui mérite au mieux un coup d'oeil attentif.

Bande-annonce : The Salvation - VOST

 Voilà trois films aux genres totalement différents qui prouve l'écclectisme de cet été cinéma et qui pourrait augurer du meilleur pour la rentrée ciné à venir, n'est ce pas?