Automates_IMG_4548SAprès le musée de la miniature et du cinéma, je continue à vous ballader dans le Vieux Lyon avec un autre musée situé à deux pas de ce dernier, à savoir le Musée des Automates que j'ai eu l'occasion de visiter lors des dernières Journées du  Patrimoine le week end dernier, avec mes enfants qui ont été aussi enchantés que moi par la ballade, d'autant plus qu'ils ont eu droit à un jeu de piste  adapté en fonction de leur âge (de 3 à 12 ans).

Jusqu'à présent j'étais passé souvent devant, mais je n'avais jamais eu l'occasion d'y mettre les pieds, et la visite exceptionnelle des ateliers a fini par me convaincre d'y aller.

Le Musée a vu le jour pour la première fois en 1946 avec l'ouverture d’un atelier de construction de personnages électro-mécaniques par la famille EMA, Augustine, Georges et leur fils Robert, au 96 de la rue St- Georges, en 1946, grande période des automates publicitaires. Les automates fabriqués sont destinés à la vente et à la location, essentiellement pour animer les vitrines des magasins.

La fabrication de personnages animés de 60cm et 1m de hauteur démarre et les premières scènes de la vie quotidienne sont réalisées puis louées et exposées pour les décorations de Noël, du 8 décembre, ou pour d’autres occasions.


Une centaine d’automates sont alors installés au sein du musée, répartis sur 4 salles, avec 2 scènes principales, la crèche et la provence.
La production de nouveaux personnages animés continue dans les ateliers. Au fil des années, de nombreuses scènes sont créées, et dès 1997, le musée présente une collection de 250 automates répartis en une vingtaine de scènes, sur 7 salles.
Au jour d'aujourd'hui, le Musée des Automates est géré par la Fondation ASG-EMA. L’équipe du musée continue à fabriquer des automates dans les ateliers, et travaille à la recherche et à l’amélioration des techniques d’animation des automates.
Les automates sont toujours produits sur commande. Ils sont proposés à la location ou la vente, pour la décoration des vitrines des magasins. Ils sont également crées pour le musée, afin d’enrichir les scènes exposées et de renouveler les collections.
Les automates en réserve demandent également un travail de rénovation et d’entretien permanent.

  Le musée présente une collection de 250 automates, exposés sous forme de scènes, animées en permanence. Les thèmes présentés s’inspirent de scènes de la vie quotidienne, Histoire de Lyon, contes populaires, oeuvres françaises...

Chaque étape de la fabrication est importante et demande un travail de précision : recherches sur le sujet et croquis, étude des mouvements, construction de la mécanique et motorisation, modelage en latex, peinture du visage et décoration, et enfin habillage et accessoires.

Comme nous l'a montré la personne en charge de la construction d’un automate, sa création  nécessite environ 4 semaines de travail, mais ce qui est à saluer, c'est à quel point la fabrication reste artisanale même encore aujourd’hui.
En plus de la fabrication des personnages, il faut effectuer des recherches historiques sur les thèmes choisis, étudier et concevoir la mise en scène, et réaliser tous les décors. Ainsi, une scène peut demander jusqu’à deux ans de travail pour être réalisée dans son ensemble, au sein des ateliers.

automate musée entréeParmi les salles présentées, voici ce que l'on peut voir dans le détail :

- le cirque (ou l'on voit clowns, acrobates, équilibristes, jongleurs... s’activent sous le décor d’un chapiteau), 

- reproductions de tableaux ( reproductions de «La Laitière» et «La jeune fille à la perle», de Johannes Vermeer),

une ode à Guignol , avec un hommage à Laurent Mourguet son créateur;

-Lyon et la soie : Scène de la vie quotidienne des lyonnais de la Croix- Rousse, vers 1850, autour d’un atelier de canuts, -

-Peter Pan : On retrouve les pirates et leur célèbre Capitaine Crochet ( le tout nouveau personnage acceuilli par le musée),

-Pinocchio , avec la fameuse marionnette, et également son célèbre créateur Gepetto

20 000 lieues sous les mers : Hommage à Jules Verne et à son célèbre sous-marin Nautilus dirigé par le Capitaine Nemo,

-La Flûte Enchantée : Petit orchestre de musiciens entourant Mozart, compositeur de cet opéra féerique mettant en scène la Reine de la nuit, le prince Tamino, Papageno,

- Gargantua : Inspiré de l’oeuvre de Rabelais, le géant Gargantua s’apprête à déguster le fabuleux festin préparé dans les grandes cuisines où s’activent de nombreux marmitons,

- et enfin une virée au  Beaujolais : Les vendanges traditionnelles dans le sud de la région du Beaujolais, des vendangeurs avec leur serpette à la dégustation, en passant par le foulage au pieds.

Voilà les thématiques des photos que j'ai pu prendre là bas dans ce magnifique musée que je vous conseille bien évidemment d'aller visiter si vous êtes de la région ou si vous y avez prévu d'y passer :

musée automate automate3musee automates Le Musée des Automates de Lyon

Adresse :
100 rue St Georges
69245 Lyon cedex 05

http://www.museeautomates.com/