cheiche La semaine dernière, comme je l'avais annoncé dans un article précédent, je suis allé faire un tour du côté de l'Espace Gerson pour voir la seconde édition de Gerson fait son festival,  l'évènement incontournable de l'humour de ce début octobre.

Et si je n'ai pas pu assister aux 4 jours de sélections Découverte  (mais j'espère bien me rattraper l'année prochaine), les 3  jeunes artistes que j'ai pu découvrir le jeudi soir où j'étais présent possédaient chacun un énorme potentiel qui démontrait  une fois de plus que l'équipe du café-théâtre lyonnais avait bien fait son boulot en dénichant des quatres coins de France (et même de Belgique) les jeunes artistes qui feront écrouler de rire la France de demain.

Ce soir là, les jeunes humoristes qui concourraient étaient tous particulièrement en forme, et le court quart d'heure qu'ils avaient pour faire étalage de leurs talents était largement suffisant pour offrir un bel aperçu de leurs compétences scéniques.

Et si, parmi ces 3 humoristes en piste ce soir là, Oscar Meftah montrait qu'il était parfaitement à l'aise dans un stand up à la plume enlevée et Elodie Poux faisait plier la salle en deux dans un personnage de comédienne de spectacle pour enfants un tantinet déjantée, j'ai eu un vrai coup de coeur pour le troisième  larron : un certain Mickael Bièche.

Mickaël Bièche, c'est un comique grenoblois dont je n'avais jamais entendu parler, alors même que cela fait déjà dix ans qu'il est dans le métier, et si on jette un oeil sur la biographie qu'il a mis sur son site , il se définit comme un "'amuseur public, autrement dit,  tout ce que (s)on grand père ne voulait pas qu'il soit". "Il m'a dit fait des études. J'en ai fait : Conservatoire d'art dramatique de Grenoble, cours Simon, ligue d'improvisation de Grenoble et de Montréal. Avec ça, j’avais de quoi être déshérité, mais mon grand-père est mort"

 Et à la vision de la prestation qu’il a livré jeudi soir, on peut penser que son grand père aurait peut être changé d’avis et aurait compris que les études artistiques suivies par Mickaël lui ont quand même servi à quelque chose, même si on imagine bien qu’il y a une grosse part d’inné dans son incontestable talent.

 Car le sketch que Mickael nous a proposé  jeudi dernier, celui du doubleur que je vous montre à la fin de mon billet,  est un parfait condensé de tous ses talents: celui de mime, de comédien, d'imitateur, d'auteur d'un texte très bien écrit et trffé d'excellents  de mots, sans oublier évidemment son immense talent d'improvisateur qui adore jouer avec le public.

Mickaël Bièche  intérprete en effet dans ce sketch un doubleur de dessin animé qui va voir un étrange thérapeute allemand parce qu'il ne contrôle plus ses différentes voix dans la vie de tous les jours , et c'est l'occasion pour lui de démontrer qu'il maitrise parfaitement les voix de Bugs Bunny, de Scrat et de Schrek,  pour le grand bonheur du public.

Et la seconde partie de ce sketch, celle du traitement préconisé par le psy, lui permet de jouer avec ce dernier, en prenant plusieurs spectateurs pour leur faire jouer le rôles des membres de sa famille (sa mère, son grand père, son ex copine), et ceux ci ont pour mission de faire des bruitages de dessin animé avec des ustensibles aussi singulier qu'un paquet de chips ou une bouteille d'eau, et leur manque d'aisance dans la maitrise de ces objets ne peut que déclencher l'hilarité, surtout que Mickaël Bièche ne perd pas une occasion de rebondir sur ces diverses imperfections. On voit que Bièche adore jouer avec le public, et que les années d'improvisation qu'il a suivi lui ont été terriblement efficaces pour ce comédien particulièrement réactif et dynamique.

Bref, une prestation maitrisée de bout en bout où l'on ressort le coeur  un peu plus léger et le sourire  aux lèvres et qui donne envie d'aller voir son spectacle en intégralité, un show intitulé, "le secret du bonheur", qu'il joue actuellement un peu partout en France

Franchement, devant un spectacle qui veut nous montrer les secrets du bonheur dans cette période pour le moins morose et troublée, on y fonce sans attendre une seconde, n'est ce pas?

Le sketch le doubleur_ Mickaël Bièche :

Et  j'en profite pour vous donner le palmarès de la compétition du Festival :
Finale du 4 octobre avec : Ludovic Thievon, Mickaël Bièche, Julien Santini, Élodie Poux, Pierre Cartonnet
Prix public sur cette prestation : Élodie Poux
Prix programmateurs : Pierre Cartonnet
Prix presse : Élodie Poux