Baz'art  : Des films, des livres...
23 novembre 2014

Une sélection de livres spécial beaux arts pour petits et grands..

Pas de concours exceptionnellement ce dimanche, vu que j'en ai fait déjà pas mal la semaine passée, et qu'il risque d'y avoir d'autres très bientôt avant même le week end, on va donc éviter la surdose et à la place vous parler beaux arts, car le dimanche c'est aussi souvent le jour que l'on passe à fréquenter les musées. Voici donc une revue de deux livres consacré aux artistes picturaux que nous avons pu lire, le premier étant plus à visée familiale que le second : 

   1. D’art d’art pour les enfants / Frédéric Taddéï, Marie-Isabelle Taddéï, édition du Chêne

dartVous avez sûrement vu (ou au moins entendu parler) de cette émission qui dure 5 minutes et qui nous invite à décrypter un détail d’un tableau célèbre. Sur le même principe, d’Art d’Art invite les enfants à observer, chercher, trouver, deviner et découvrir l’histoire de ces œuvres d’art de manière ludique et interactive.

A chaque double page, est présentée sur la droite une œuvre d’art (sculpture, peintures, collage, statues..) et sur la gauche un texte court la situant dans le temps et géographiquement et racontant autour une petite histoire. Puis une question est posée à l’enfant : peut-t-il imaginer ce que la Vénus de Milo tenait entre ses mains ? Saura-t-il reconnaitre les 4 saisons dans les portraits à base de fruits et de légumes d’Arcimboldo ? Saura-t-il démasquer le tricheur à l’as de carreau ?

Maintenant, si vous filiez au musée pour voir ces œuvres d’art en vrai ?

Affichage de d'Art D'art .jpg en cours...

À travers 28 œuvres d'art soigneusement choisies parmi les plus drôles, les plus connues ou les plus énigmatiques, D'Art d'art pour les enfants propose d’initier les plus jeunes à l’art avec humour et pédagogie. Après une brève histoire de l'œuvre à hauteur d'enfant, les auteurs proposent au jeune lecteur de chercher, trouver, décrire ou reproduire pour s'approprier pleinement les peintures ou sculptures qui leur sont présentées.

Le but : regarder, s’intéresser, discuter pour apprendre l'art en s'amusant. Une belle lecture idéale pour les enfants de 6 à 10 ans. Et dans la lignée du livre, les éditions du Chène sortent pour les fêtes Les jeux d'Art d'Art pour les enfants

Couverture du livre Les jeux d'Art d'Art pour les enfants

À travers 8 grands classiques des jeux de société connus de tous, les enfants, à partir de 5 ans, pourront découvrir l’art en s‘amusant. Aux couleurs de la sculpture antique ou de l’impressionnisme, des jeux familiaux et inépuisables qui feront entrer l’art dans les salons !

 2. Niki  de Saint Phalle, il faut faire saigner la peinture; Elisabeth Reynaud

afficheniki2

La dernière fois que je suis venu sur Paris, à la mi septembre, je suis passé près du Grand Palais et j'ai découvert qu'allait  avoir une rétrospective   à une artiste que je connaissais très mal, mais dont l'oeuvre m'a toujours attiré l'oeil , il s'agit évidemment de  Niki de Saint Phalle  plasticienne et sculptrice française décédée en 2002 et dont les sculptures monumentales et colorées sont évidemment passeés à la postérité. Parmi elles, les  Nanas, Le Jardin des Tarots ou encore la Fontaine Stravinski sont certainement parmi ses plus célèbres.

niji Si je ne pense pas que j'aurais l'occasion d'aller faire un tour au Grand Palais et voir cette exposition  avant sa clôture le 02 février 2015, j'ai quand même eu la possibilité de consulter  le catalogue de l'exposition élaborée par la commissaire de l’exposition, Camille Morineau, et on y voit bien qu'à travers plus de 200 œuvres et archives, l'exposition propose de découvrir une artiste à l'univers singulier, en dehors de toute tendance et mouvement.

Et surtout j'ai également eu la possibilité (merci à Xavier) de lire la biographie que lui a consacré  Elisabeth Reynaud dont le titre "Niki de Saint Phalle, Il faut faire saigner la peinture" dit tout du rapport mordant et agressif de l'artiste par rapport à sa vision de l'art et à la vie en général.

 J'y ai appris, car d'une part,  je l'ignorais totalement et que d'autre part, ses oeuvres les plus connues, joyeuses et colorées ne le montraient pas forcément, que Niki de Saint phalle aura vécu une existence aussi tourmentée que certaines de sculptures ( la partie la moins sombre  et moins connue de son oeuvre) qu’elle laisse à la postérité.

L' artiste franco-américaine née à Neuilly sur Seine  puis vivant à New York a été en effet victime dès son plus jeune âge de violences physiques (violée par son père) et morales, «et qui a traduit cette souffrance dans des œuvres souvent radicales et spectaculaires», et à travers ses oeuvres, elle n'aura de cesse d'explorer les zones d'ombre et les traumatismes.

Surmontant les drames de son existence par une frénésie créatrice Niki de Saint Phalle était aussi une une femme de tous les combats du XXème siècle,  notamment le féminisme.

Grâce à cette très intéressante biograhie, on apprend tout de la  femme qui se cachait derrière l'artiste et on voit comment celle qui disait "Je suis parvenue à apprivoiser mes monstres, à jongler avec eux", a donc réussi parfaitement  à dompter sa difficulté de vivre grâce à son génie créatif.

Du coup, si j'arrive malgré tout à aller faire un tour à l'exposition du Grand Palais avant qu'elle ne ferme ses portes, il est évident que grâce à cette biographie, je verrais les oeuvres de  Nikki Saint Phalle d'un oeil différent.


Et pour prolonger ce billet sur Niki de Saint Phalle  on notera aussi la publication dans la
Collection Hors-série Découvertes Gallimard  d'un joli livret de 48 pages dépliantes  au prix modique de 8,90€  qui nous montre également à quel point cette personnalité magnifique et rebelle, Niki de Saint Phalle a produit une œuvre singulière qui frappe par sa radicalité mais aussi par son énergie joyeuse, son humour et sa poésie.

 

Réunion des Musées nationaux

 


- Niki de Saint Phalle; Camille Morineau; Coédition Gallimard / Réunion des musées nationaux - Grand Palais

 

A l’occasion de la rétrospective au Grand Palais le 17 septembre, Elisabeth Reynaud raconte l’incroyable destin de Niki de Saint Phalle. Celle-ci disait : « Je suis parvenue à apprivoiser mes monstres, à jongler avec eux. » Domptant sa difficulté de vivre par son génie créatif, Niki de Saint Phalle s’est imposée parmi les grands artistes du siècle écoulé. Élisabeth Reynaud retrace le destin peu banal d’Agnès de Saint Phalle, future Niki. Un livre bouleversant.

Pour regarder et diffuser la vidéo : Elisabeth Reynaud présente Niki de Saint Phalle
https://www.youtube.com/watch?v=C-X5-qJsKVE
Domptant sa difficulté de vivre par son génie créatif, elle s’est imposée parmi les grands artistes du siècle écoulé. Plasticienne, peintre, sculptrice, réalisatrice de films, elle affirmait : « Je suis parvenue à apprivoiser mes monstres, à jongler avec eux. » Mais qui fut vraiment la femme derrière l’artiste, elle qui disait vouloir « faire saigner la peinture » ?

Élisabeth Reynaud retrace le destin d’Agnes de Saint Phalle, future Niki (Neuilly-sur-Seine, 1930 – San Diego, 2002). Elevée à New York, elle débute comme mannequin avant d’élaborer avec détermination une œuvre protéiforme, radicale, d’une grande vitalité : les célèbres Nanas, le Jardin des Tarots, la Fontaine Stravinsky…

Depuis les Tirs, peintures iconoclastes et violentes de ses débuts, jusqu’aux sculptures monumentales issues de la collaboration avec son mari Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle n’aura cessé d’explorer les méandres de son inconscient.

- See more at: http://info-culture.biz/2014/11/06/eisabeth-reynaud-niki-de-saint-phalle-il-faut-faire-saigner-la-peinture/#.VGp-IsmjzIU

A l’occasion de la rétrospective au Grand Palais le 17 septembre, Elisabeth Reynaud raconte l’incroyable destin de Niki de Saint Phalle. Celle-ci disait : « Je suis parvenue à apprivoiser mes monstres, à jongler avec eux. » Domptant sa difficulté de vivre par son génie créatif, Niki de Saint Phalle s’est imposée parmi les grands artistes du siècle écoulé. Élisabeth Reynaud retrace le destin peu banal d’Agnès de Saint Phalle, future Niki. Un livre bouleversant.

Pour regarder et diffuser la vidéo : Elisabeth Reynaud présente Niki de Saint Phalle
https://www.youtube.com/watch?v=C-X5-qJsKVE
Domptant sa difficulté de vivre par son génie créatif, elle s’est imposée parmi les grands artistes du siècle écoulé. Plasticienne, peintre, sculptrice, réalisatrice de films, elle affirmait : « Je suis parvenue à apprivoiser mes monstres, à jongler avec eux. » Mais qui fut vraiment la femme derrière l’artiste, elle qui disait vouloir « faire saigner la peinture » ?

Élisabeth Reynaud retrace le destin d’Agnes de Saint Phalle, future Niki (Neuilly-sur-Seine, 1930 – San Diego, 2002). Elevée à New York, elle débute comme mannequin avant d’élaborer avec détermination une œuvre protéiforme, radicale, d’une grande vitalité : les célèbres Nanas, le Jardin des Tarots, la Fontaine Stravinsky…

Depuis les Tirs, peintures iconoclastes et violentes de ses débuts, jusqu’aux sculptures monumentales issues de la collaboration avec son mari Jean Tinguely, Niki de Saint Phalle n’aura cessé d’explorer les méandres de son inconscient.

- See more at: http://info-culture.biz/2014/11/06/eisabeth-reynaud-niki-de-saint-phalle-il-faut-faire-saigner-la-peinture/#.VGp-IsmjzIU
Commentaires

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de 5 à 8 rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes,ciné, livres, musique,interviews, spectacles.

 

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 502 993