la-famille-belier-1 Grâce à Twitter, et notamment aux nombreux comptes spécialisés dans le cinéma que je suis, j'entends bruisser les bons ou mauvais échos d'un film bien avant qu'il ne sorte en salles, ce qui est une bonne ou mauvaise chose, tout dépend sous quel angle on se place. Ce qui est sûr c'est que concernant "La Famille Bélier", et je le disais le jour de sa sortie, j'avais entendu d'excellents échos du film  plusieurs mois avant qu'on ne puisse le voir en salles, et qu'il ne devienne le film phénomène de cette fin d'année 2014.

En effet, une grande majorité de ceux qui avaient pu le voir lors de différents avant premières reconnaissaient que  que cela faisait longtemps qu’une comédie française grand public n'avait pas autant pris aux tripes et touché même les moins sensibles de mes twittos (et j'en ai, je vous assure :o).

Alors bien sûr, depuis que le film est sorti, certains grincheux et et autres « intellectuels »( comme cette étudiante branchouille qui était derrière moi lors de la projection et qui a dit à ses copines avoir trouvé le film trop "grand public"), ont pu apporter quelques bémols, trouvant le film trop accessible outrop sentimental, Cette famille Bélier renoue avec l’idée de comédie populaire,fait divertir son public, c'est à dire le faire rire et également pleurer, mais le fait avec intelligence et un vrai talent, contrairement à d'autres récents films populaires, comme ce Qu'est qu'on a fait au bon dieu qui m'avait semblé bien plus démago et consternant que celui ci.

 

belier

La famille Bélier va bientôt dépasser les 4 millions d'entrées  et même si évidemment le fort mattraquage promotionnel en amont du film n'y est pas pour rien,  cette nouvelle me plait pas mal vu que j'ai passé un excellent moment avec ce film qui cinématographiquement n'est sans doute pas le film le plus abouti de l'année, mais qui en terme de plaisir immédiat de spectacteur se pose immédiatement là.

Après avoir réalisé plusieurs bons films de Prete moi ta main à l'homme qui voulait vivre sa vie en passant par un des segments les plus réussi du film Les Infidèles, Eric Lartigau continue donc sur sa lancée avec ce film porté par des thématiques puissantes et universelles : le handicap, les difficultés liées au passage à l'âge adulte, et le dépassement de soi lorsque la nature nous a donné un don, ici le don pour la chanson.

Une histoire d'une famille pas comme les autres puisque tous sont sourds, excepté Paula, l'aînée. La vie n'est pas facile tout les jours lorsqu'on est la voix et l'aide indispensable d'une famille, et c'est ce que cette histoire va nous montrer. Et au cours de l'apprentissage du chant, la jeune Paula va en parallèle se découvrir femme avec ses premières règles, ses premiers garçons, ses premières grandes décisions à prendre, quitte à décevoir ses parents qui comptaient énormément sur elle pour s'en sortir au vu de leur handicap. La  révélation Louane Emera, que j'avais repéré mais sans plus dans The Voice,  étonne ici  autant dans son jeu que par ses capacités vocales et à ses côtés si Viard et Damiens sont fidèles à eux memes, on notera la prestation éblouissante d'Eric Elmosnino ( j'ai toujours dit que l'acteur était génial mais qu'il trouvait peu de films à sa hauteur, en voici un) en professeur de chant blasé et fan de la première heure Sardou.

 

la-famille-belier-videos-542d156138d84

 Alors, comme souvent dans les comédies dramatiques j'ai trouvé les parties humoristiques plus lourdes (la scène de la mycose chez le médecin, franchement inutile) que les parties émouvantes, et la dernière demi heure laissant l'aspect comique pour aller vraiment dans le mélo est une franche réussite (avec une scène d'une grande subtilité et d'une grnade intensité mettant le spectateur dans la peau d'un sourd). Et personnellement, je suis fana de chanson française, donc évidemment les scènes larmoyantes avec du Sardou à fond les ballons, ca a terriblement marché sur moi.

La chanson « Je vole » reflète magnifiquement bien la pensée de notre jeune héroine, et je défie quiconque d'un peu humain de ne pas verser sa larmichette devant l'avant-dernière scène du film, réellement sublime.

Bref, un très joli film populaire dans le bon sens du terme, à la fois vibrant et ultra sensible,bien mieux que le simple « feel good movie » dans lequel on a eu trop tendance à le cantonner.

Je vole, Louane Emera (La famille Bélier)