Bon, si la semaine prochaine, on a du lourd dans les metteurs en scène prévus ( Tim Burton, Michaël Mann notamment), j'avouerai que cette semaine me plait tout autant sinon plus, malgré l'absence de noms ronflants...

Voilà donc rapidement  pourquoi je mise pas mal sur les trois films de ce mercredi 11 mars :

1.  Le dernier coup de marteau

le-dernier-coup-de-marteau

 Le pitch :

Quand Victor, 13 ans, pousse la porte de l'opéra de Montpellier, il ne connaît rien à la musique. Il ne connaît pas non plus son père venu diriger la 6ème symphonie de Mahler. Il l’observe de loin, découvre l'univers des répétitions... Lejour où Nadia, sa mère, lui annonce qu’ils doivent quitter leur maison sur la plage, Victor s’inquiète. Pour sa mère, dont il sent qu’elle lui cache quelque chose, mais aussi pour sa relation naissante avec Luna, la voisine espagnole. Victor décide alors de se montrer pour la première fois à son père...

Pourquoi je veux y aller :

- parce qu' il y a quatre ans de cela  ans, la jeune réalisatrice Alix Delporte nous livrait "Angèle et Tony",  un premier film sensible et puissant qui avait emballé pas mal de monde, moi y compris, un film qui avait connu un beau succès d'estime (200 000 spectateurs ) et qui avait vu Clotilde Hesme remporter le césar du meilleur espoir féminin.

- parce que pour son second film quatre ans après Angèle et Tony, Alix Delporte  retrouve son couple vedette si enthousiasmant,  puisqu'en en plus de Clotilde Hesme, on retrouve le formidable  Grégory Gadebois pour un film moins centré sur une relation de couple que sur une histoire de relation filiale autour d'un adolescent en mal de repères.

- parce que  récit d'apprentissage, chronique intimiste intense  drôle et émouvante,  semble être parfaitement dans la lignée de son premier long métrage, d'après tous ce que les privilégiés qui ont pu le voir en avant première le confirment amplement.

LE DERNIER COUP DE MARTEAU Bande Annonce

2. The Voices

the-voices

 Le pitch :

Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataire, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona - la délicieuse Anglaise qui travaille à la comptabilité de l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire - du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments...

Pourquoi je veux y aller :

- parce qu'après quelques films plus faiblards ( dont Poulet aux prunes), la "vraie "Marjane Satrapi semble être de retour tant The Voices, un long-métrage qui s’annonce mordant et décalé,dans la veine de ses BD et de son Perspepolis, sur un sujet évidemment totalement différent;

- parce cette comédie horrifique inclassable a été remarqué notamment lors du dernier Festival du film Fantastique de Gérardmer.

- pour voir Ryan Reynolds, acteur assez fadasse d'Hollywwod,  dans un rôle bien plus ambigu, visiblement pour le moins perturbé et perturbant.

"The Voices" de Marjane Satrapi - Bande annonce

3.1001 grammes :

1001

Le pitch :

Lorsque Marie, une scientifique norvégienne, assiste à un séminaire sur le poids réel du kilo à Paris, c’est son propre étalon de la déception, du chagrin, et surtout de l’amour, qui se retrouve sur la balance.

Pourquoi je veux y aller :

- parce que le réalisateur Bent Hamer possède un joli univers entre doux amer et mélancolie, avec notamment il y a quelques années un joli Kitchen stories, et ce 1001 grammes me semble être dans la même lignée

- parce que  1001 Grammes raconte le parcours d’un personne repliée sur elle-même et qui s’ouvre au monde, avec une jeune actrice Anne Dahl Torp, assez remarquable visiblement ;

- pour le regard  toujours curieux posé sur Paris par un étranger et la rencontre avec ces energumènes que sont les parisiens emmenés ici par le sociétaire de la comédie française Laurent Stocker

1001 Grammes : Bande annonce VOST