Coup-d-envoi-de-la-tournee-par-Jean-Jacques-Goldman-sur-RTL_article_landscape_pm_v8Ce soir sur TF1, a lieu la retransmission de la nouvelle fournée 2015 du spectacle des Enfoirés enregistrée à Montpellier...

A moins d'être parti plusieurs mois sur une autre planète, nul ne pourra l'ignorer cette année avec la polémique énorme qu'il y a eu autour de la chanson phare cloturant la soirée, Ce Toute la vie, la dernière chanson des Enfoirés, qui, selon de nombreuses personnes et notamment des blogueurs qui ont été les premiers à mettre le feu aux poudres, les jeunes seraient des fainéants fatalistes qui ne font pas assez d'efforts pour s'en sortir.

Cette polémique, qui a vraiment explosé plus que de raison (certes la chanson est franchement pas terrible, mais par rapport à un discours de Zemour, elle reste 1000 fois moins dangereuse), aura eu au moins un mérite: celui de faire sortir de son ornière le si mutique et insaissable JJG,  qui, pour la première fois depuis 10 ans a décidé de s'exprimer à la TV pour  sur le plateau du "Petit Journal" de Canal+. pour tenter (vainement?) d'apaiser les tensions.

"Toute la vie": Jean-Jacques Goldman répond à la polémique

Car Goldman est quand même ce type qui ne cesse de se murer dans un silence le plus total depuis de longues années, et, moins il parle, plus les français semblent l'adorer (il reste la personnalité préférée des Français, au barème France Dimanche et on peut penser que c'est ce titre qui a contrario, lui a valu autant de haine avec cette malheureuse chansonette) tant le type véhicule des valeurs de générosité et d’altruisme qui semblent êtr assez incontestables, en dépit de cette polémique.

Tout à tour  inclassable et fédérateur, adulé et méprisé, star et discret, JJG reste en tout cas une énigme incontournable.

Alors que je fais partie des grands fans l'ayant vu 5-6 fois en concert du temps où il jouait encore en dehors des Enfoirés,  j'ai eu envie d'aller percer un peu plus son mystère en lisant un livre paru il y a quelques mois et reconnu un peu par tout le monde comme une de ses meilleures biographies à ce jour, je veux parler du livre  du journaliste Eric Le Bourhis, intitulé en toute logique le mystère Goldman ( publié par Prisma presse)

le-mystere-goldman-le-bourhis-2014

Dans cette énième biographie parue sur cette star incontournable (j'ai du en lire 2 ou 3 mais cela fait déjà plusieurs dizaines d'années),  le journaliste Eric le Bourhis tcherche à nous expliquer pour quelles raisons celle qui est sans doute une des plus grandes stars de la chanson française a toujours préféré l’ombre rassurante de l’anonymat aux trompettes si artificielles de la renommée.
Eric le Bourhis revient notamment sur l’enfance, la jeunesse et les débuts de l’artiste dans le monde de la musique. Le tout en révélant des détails peu connus de la vie du chanteur et anecdotes rarissimes quant à ses relations passées auprès de certaines stars. On y apprend ainsi qu'au tout début de sa carrière, un certain Daniel Balavoine lui faisait de l’ombre, car les deux possédaient le même genre de voix, un peu trop aigüe  pour les maisons de disques.
Ce livre, fruit de douze mois de travail, retrace le parcours intime avec quantité de témoignages souvent inédits de plus d'une vingtaine de personnes ayant côtoyé Jean-Jacques Goldman et sa famille , de Jean Bender (batteur des Red Mountain Gospellers et des Phalansters), Khanh Maï (fondateur de Tai Phong), sans oublier Patrice Delbourg (journaliste resté dans les mémoires pour son article "Jean-Jacques Goldman est vraiment nul" et qui visiblement, 30 ans après cette terrible sentence, n'en démord toujours pas :o))

Plus généralement, c’est toute une galaxie de témoins privilégiés qui raconte leurs annecdotes sur Jean-Jacques Goldman : ses amis d’enfance, les membres de ses tout premiers groupes Phalanster et Taï Phong, des personnalités du métier, sans oublier les représentants de cette nouvelle génération, comme la chanteuse Zaz, et bien d’autres…

 Tous ces témoignages concourent à mettent en relief la jeunesse et la carrière de Jean-Jacques Goldman, et elle est destinée  même pour les fans les plus assidus, qui ont découvert certainement de nouveaux détails, notamment sur les chapitres moins connus de sa vie : en effet, les chapitres concernant  son demi-frêre  l'activiste de gauche assassiné Pierre Goldman ou ses débuts assez cahotiques avec son fameux groupe Thaï-Phong apportent des éclaircissements plutot inédits au paradoxe et mystère Goldman (en revanche les parties qui détaillent son rapport avec la presse et le vedetariat notamment n'apportent rien de vraiment novateur).

Allez, j'apporterai un petit bémol à cet ouvrage fort complet et passionnant : on aurait aimé avoir une interprétation  par l'auteur du texte des chansons de JJG, cela nous aurait certaintement permis d'en savoir  plus sur ce mystère Goldman.  En effet, comme  comme il l’a lui-même écrit, "les chansons sont souvent plus belles que ceux qui les chantent".

Jean-Jacques Goldman - Pas Toi