Grosse semaine de sorties cinéma à quasi  un mois tout juste avant le début  du festival de Cannes - les prochaines semaines risquent d'être plus minces même si je trouverais toujours mon bonheur- et surtout de gros nom du 7ème art au programme : Jamel Debouzze, Louis de Funès ( si si), Ryan Golsing, Charlize Terzon et encore j'aurais pu inclure Jennifer Aniston ou Al Pacino car leurs films respectifs, Cake et the Humbler me faisaient pas mal de l'oeil aussi :

1. Pourquoi j'ai pas mangé mon père

pkoi

Le pitch : L’histoire trépidante d’Edouard, fils aîné du roi des simiens (les pré-humains), qui, considéré à sa naissance comme trop malingre, est rejeté par sa tribu. Il grandit loin d’eux, auprès de son ami Ian, et, incroyablement ingénieux, il découvre le feu, la chasse, l’habitat moderne, l’amour et même... l’espoir. Généreux, il veut tout partager, révolutionne l’ordre établi, et mène son peuple avec éclat et humour vers la véritable humanité... celle où on ne mange pas son père.
Pourquoi je veux y aller :
 
- Parce que le film faisait partie des 10 que j'attendais le plus en 2015  tant l'humoriste Jamel Debouzze, tellement talentueux, mais qui avait un peu tendance à vivre de ses acquis, se met totalement en danger en  livre ici son premier film long métrage en tant que réalisateur;
- parce que pour ce film d'animation dont on entend parler depuis déjà plusieurs mois, Jamel s'est librement inspiré du best-seller de Roy Lewis presque homonyme "Pourquoi j'ai mangé mon père" et en a fait l'adaptation cinématographique en 3D dans lequel doit apparaitre...Louis de Funès!
- parce que ce  long métrage tourné en performance-capture laisse augurer un bon film d'animation drôle et surprenant 

POURQUOI J'AI PAS MANGE MON PERE de Jamel Debbouze - Extrait # 2

 
2.Lost River

LostRiver

Le pitch :
Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.
 
Pourquoi je veux y aller :
-parce qu'on attend ce premier long métrage de Ryan Golsing depuis sa présentation au festival de Cannes l'an passé, son film avait été présenté avec une certaine tiédeur, mais la jeune star hollywoodienne a remis son film sur la table de montage pour une version visiblement plus convaincante;
- parce que ce conte de fées sombre” inspiré “des films fantastiques grand public des années 80 avec lesquels Ryan G a grandi”nous intrigue sur le papier  avec ce film de genre doublé d’un tableau social, bâti sur les ruines de Detroit :
 
 Lost River de Ryan Gosling - bande annonce - VOST - (2015)
3.Dark places
 

dark-places-charlize-theron

Le pitch :
Libby Day a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben, alors âgé de seize ans, comme le meurtrier.
30 ans plus tard, un groupe d’enquêteurs amateurs appelé le Kill Club convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque.
De nouvelles vérités vont émerger, remettant en cause son témoignage clé dans la condamnation de son frère.
 
 pourquoi je veux y aller :
-pour la curiosité de l'entreprise : voir le cinéaste français, réalisateur notamment des Jolies choses -avec Marion Cotillard, Patrick Bruel Stomy Bugsy et Ophélie Winter, casting improbable- partir à Hollywood et filmer Charlize Therzon
-  parce Dark Places est adapté du bestseller Les Lieux Sombres de Gillian Flynn, également auteur de Gone Girl adapté par Fincher l'an passé, et un livre éblouissant livre noir qui nous donne à voir une Amérique comme on en voit rarement, mais qui semble tout à fait fidèle à la réalité, que j'avais énormément aimé il y a quelques années.

Bande annonce de "Dark Places"