Baz'art  : Des films, des livres...
30 avril 2015

Night Call: le rattrapage nécessaire du voyage nocturne hallucinant et halluciné de Jake Gyllenhall

PACKSHOT-NIGHT-CALL-BLU-RAY

Sur ce coup là, faisons immédiatement mon mea culpa : le 26 novembre date de la sortie en salles du film "Night Call", j'étais passé complètement à côté du film et l'avait même écarté de ma sélection du jour.

 Il faut dire que  Night Call (Nightcrawler en VO) est de ces films qui sont un peu venu de nulle part, sans vraiment de promotion  avant, et je me suis vite aperçu que la petite série B qui lorgnait un peu trop du coté de Drive (titre pour la sortie française tiré d’un morceau du film de  ou Nicolas Winding Refn ; mise en avant de l’accroche «  par les producteurs de Drive » sur l’affiche …) valait bien plus que cela.

 Et d’ailleurs, la critique française, qui avait été assez silencieuse sur le film avant sa sortie s’est vite rattrapé tant le film a eu un net consensus autour de lui pour reconnaitre toutes ses nombreuses qualités intrinsèques.

 Malgré cela, je suis resté sur mes positions initiales et me suis dit que le voir en salles ne faisait pas forcément partie de mes priorités, vu tous les bons films qui sont sortis à la fin de l’année 2015.

night

 Cela étant, le rattraper en DVD était devenu assez indispensable,   et c’est ce que j’ai fait grâce à sa toute récente sortie, le 7 avril dernier, chez Orange Studios en DVD et Blu ray (le film fait également l’objet d’une belle chronique de Potzina dans son challenge ciné club spécial film policier).

 Et, une fois n’est pas coutume je me rangerais du coté de la grande majorité-il y a bien eu deux trois voix dissonantes, mais vraiment à la marge, en reconnaissant tout le talent et la qualité de ce Night call,  et qu’alors que j’avais eu quelques réserves sur le scénario du film "Drive," ici  c’est peut-être le point le plus brillant du film de Dan Gilroy, accessoirement  frère du cinéaste Tony Gilroy, réalisateur de Jason Bourne ( d’ailleurs au départ j’avais confondu les deux, et comme je suis pas un fana du cinéma de Tony, ca avait contribué à mon manque d’enthousiasme initial).

 En effet, tout à la fois  satire cruelle et percutante des médias et de la télé poubelle dont les USA sont encore plus pourvus que les français,  le film en dit aussi pas mal sur les travers du fameux rêve américain ainsi que sur les dérives et spécificités du  monde du travail actuel,  où seuls les personnes les moins scrupuleuses et les plus ambitieuses auront droit de cité.

 C’est évidemment le cas de ce  Lou Bloom (Jake Gyllenhaal),  personnage assez fascinant et qui fait évidemment penser au Travis Bickle,  de Taxi Driver (la scène ou Jake Gyllenhall hurle à lui-même en se regardant dans la glace est évidemment un hommage à la fameuse scène du You're talking to me ? »  Dans sa façon d’écumer au volant les rues nocturnes, où le danger menace à tout instant, et dans son coté carnassier et prédateur à la recherche d’une proie.

night call

 Difficile sans doute de s’attacher de prime abord à ce Lou Bloom, tant le type est froid et dénué de toute émotion que le commun des mortels peut ressentir, mais son intelligence évidente et son imprévisibilité dans ses faits et gestes en font évidemment un grand personnage de cinéma

 Et évidemment, comme tout le monde l’a déjà dit ici ou la, Jake Gyllenhaal  est prodigieux dans ce rôle épatant et aurait certainement mérité l’Oscar du meilleur acteur.  Après Prisoners, Enemy ou même End of Watch (un film hélas sous estimé qui fait pas mal penser à ce Night Call même si le personnage de Gyllenhal était de l’autre coté de la loi) meilleurs rôles si ce, son interprétation  hallucinée et hallucinante prouve qu’il est  devenu un des meilleurs acteurs de sa génération.  À ses côtés, saluons le retour de  René Russo en  directrice de l’information cynique et la révélation Riz Ahmed en jeune assistant  crédule et prêt à tout pour suivre son mentor.

 Satire féroce et parfois peut-être à la limite de la caricature (c’est sa seule limite) de sans la spectacularisation à outrance et de l’exploitation putassière des faits divers par les médias d’aujourd’hui (et malheureusement le drame du 7 janvier dernier montre que cela est toujours d’actualité),  on est forcément admiratif devant la façon où la cité des anges est filmé, ville à la fois de tous les dangers et de tous les vices…

 Assurément un des excellents films de cette année 2014 qui aurait pu si je l’avais vu à temps figurer dans mon fameux top ten… Et incontestablement à rattraper en DVD (malgré une absence de bonus notables) ou VOD  pour ceux qui ne l’ont toujours pas vu…

NIGHT CALL Bande Annonce

Commentaires
M
Après l'avis de Potzi et maintenant le tien, il faut absolument que je le vois !
Répondre
P
Contente que tu aies aimé aussi ! Et au passage, merci pour le lien vers ma chronique, c'est très gentil :D<br /> <br /> Gyllenhaal est vraiment doué, il est souvent dans les bons plans en ce moment. Pas forcément des films tout public (Ennemy par exemple) mais du bon cinoche.<br /> <br /> Merci pour ce beau billet filou ! Bonne soirée :)
Répondre
T
Je n'ai pas forcément adoré (j'ai aimé Rene Russo mais je trouve son personnage pas bien exploité par exemple et dans l'ensemble je trouve qu'il manque un petit truc que je n'arrive pas à désigner) mais il s'agit tout de même d'un très bon film. Je voulais le voir au ciné, hélas il n'est resté que deux semaines chez moi et il y avait tellement de sorties que je n'ai pas pu tout voir. En tout cas, un film bien mis en scène, représentatif de notre époque, avec un scénario efficace et un Jake Gyllenhaal qui méritait au moins sa place dans les cinq nommés aux Oscars.
Répondre
Pour en savoir plus

Webzine crée en 2010, d'abord en solo puis désormais avec une équipe de six rédacteurs selon les périodes. l'objectif reste le même : partager notre passion de la culture sous toutes ses formes : critiques cinéma, littérature, théâtre, concert , expositions, musique, interviews, spectacles.

 

Contact de l'administrateur

Envoyer un mail à l'adresse suivante : philippehugot9@gmail.com 

Visiteurs
Depuis la création 7 604 626
Fête de la musique 2024

 

La Fête de la musique revient ce vendredi 21 juin, pour sa 43e édition et s'apprête à réunir amateurs et professionnels autour d’un dessein commun : jouer, chanter, écouter et vibrer à l’unisson au sein de l’espace public.

« Faites de la musique » ! À l'heure du solstice d'été, ce mot d’ordre engageant va résonner dans toute la France métropolitaine et ultramarine, mais aussi à l’international puisque la Fête se décline désormais dans 120 pays.

Manifestation citoyenne, la Fête de la musique participe à la démocratisation de l’accès à la musique en allant à la rencontre de tous les publics, notamment les plus éloignés de la culture.

L’occasion cette année de mettre les fanfares à l’honneur. Une pratique artistique et collective activement soutenue par le ministère de la Culture à travers le Plan Fanfare, opérationnel depuis 3 ans.

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION

FESTIVAL JEUNESSE POLAR EN VACANCES, 9 e ÉDITION
Traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar au mois de juillet, Polar en Vacances revient pour sa
9e édition les mardi 9 et mercredi 10 juillet 2024 afin de promouvoir la lecture auprès jeunes de 6 à 12 ans

Ce festival jeunesse gratuit s’inscrit dans le cadre des opérations Partir en Livre (CNL), l’Été culturel (DRAC Auvergne-
Rhône-Alpes) et Tout l’Monde dehors (Ville de Lyon). Quais du Polar propose aux petits et aux grands lecteurs de polar,
aux centres de loisirs et aux familles du territoire, de se réunir pour des ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage,
des animations, ateliers, jeux et énigmes afin de fédérer les jeunes autour de la littérature.
 

Rencontres de Theizé
 

 

Les Rencontres de Theizé réinvestissent le château de Rochebonne pour une 13e édition, ces 14, 15 et 16 juin.

Huit nouvelles propositions de théâtre autour de la francophonie, de la poésie et du théâtre musical pour exprimer nos racines communes et notre humanité.

Bienvenue en utopie !

> Un festival de théâtre pour mettre en valeur le patrimoine.
Depuis maintenant 2012, le Théâtre en pierres dorées investit chaque année le château de Rochebonne à Theizé, le troisième week-end de juin.
Pendant trois jours, une dizaine de spectacles sont proposés aux habitants, dans la cour du château, sur son esplanade, dans sa salle des peintures mais aussi sur la pelouse, dans la bergerie ou un hangar de vignerons.

https://www.theatrepierresdorees.fr/index.php/les-rencontres-de-theize

 

 

Newsletter
144 abonnés
Suivez-moi