Le cinéma français a été à l'honneur du dernier festival de Cannes, ainsi que de ma dernière sélection ciné du 20 mai dernier. 

Il est donc pas mal, ne serait ce que pour alterner un peu de laisser un peu des miettes pour les autres cinématographiques. Ca tombe bien, les 3 films qui me tentent le plus en ce 3 juin n'ont absolument rien de français. Les voici :

1.Loin de la foule déchainée

foule déchainée

Le pitch :

Epoque victorienne, dans la campagne anglaise la jeune héritière Bathsheba Everdene se fait courtiser par trois hommes de différentes classes sociales.

Pourquoi je veux y aller :

- parce qu'on est très curieux de voir première incursion dans le domaine de l’adaptation d’un classique romanesque, par Thomas Vinterberg plus habitué à des univers plus contemporains et plus grinçants de prime abord (" Festen", "La chasse");

- parce que Vinterberg n'adapte pas n'importe quel auteur tant Thomas Hardy,a écrit énormément de chefs d'oeuvres de la littérature anglaise ( une littérature dont on a beaucoup discuté vendredi dernier avec la romancière Stéphanie Hochet)

- pour voir pour la première fois à l'écran si le couple formé par  Carey Mulligan – une habituée des films d’époque – et le toujours aussi charismatique Matthias Schoenaerts forme une vraie alchimie ou non.

Bande-annonce : "Loin de la foule déchaînée"


2.MangleHorn

 

mmanglehorn

 

A.J. Manglehorn, un serrurier solitaire vivant dans une petite ville américaine, ne s’est jamais remis de la perte de l’amour de sa vie, Clara. Malgré tout, il entretient des relations humaines fragiles en maintenant un contact intermittent avec son fils Jacob, sa petite-fille et surtout Gary, ancien toxico qu’il a pris sous son aile.

Pourquoi je veux y aller :

- Parce qu'après PRINCE OF TEXAS, et JOE, ce Mangelhorn pourrait très bien être le troisième coup de maitre du cinéaste qui compte dans le cinéma américain indépendant  David Gordon Green

pour voir Al Pacino à livrer une partition mélodramatique dans un enfin bon film ce qui ne lui est pas arrivé depuis pas mal d'années.

Manglehorn - Official Trailer

 

3.Casa Grande

Le pitch :

Enfant de l'élite bourgeoise de Rio de Janeiro, Jean a 17 ans. Tandis que ses parents luttent pour cacher leur banqueroute, il prend peu à peu conscience des contradictions qui rongent sa ville et sa famille.

Pourquoi je veux y aller :

Casa grande, après Les bruits de Recife, et avant Une seconde mère, vu en avant première et dont je vous reparle bientot montre la vitalité d'un cinéma brésilien longtemps exangue.

Car ce film semble poser à son tour son diagnostic inquiet sur l’état de cette société brésilienne malade qui ne veut pas voir en face l’étendue de ses maux.

Bande-annonce : Casa Grande - VOST