paradis

Je l'avais dit il y a deux ans dans un long article consacré à son dernier album en date, "Love Songs" : Vanessa Paradis est pour moi, comme pour -je pense- un certain nombre de garçons de ma génération, le fantasme absolu de ma jeunesse.

Je me rappelle en effet, comme si c'était hier, de la toute première fois où Vanessa Paradis est entrée dans ma vie: un samedi soir normal où je regardais, le TOP 50, mon émission culte d'alors, et où son  son clip "Joe le Taxi ( qui avec le recul ne casse pas trois pattes à un canard) «m’a fait l'objet d'une illumination, pour le petit bonhomme tout innocent de 10 balais que j'étais alors ( et comme disait Julio, je n'ai pas changé-sauf que je n'ai plus 10 ans).

Joe Le Taxi - Vanessa Paradis [ HD ]

 

Je pense pouvoir dire avoir ressenti un de mes premiers émois tout le long du corps, en voyant cette superbe ado à peine plus âgée que moi, totalement charmé que j'étais par son look et peut-être encore plus par sa voix, cassée, éraillée, sexy en diable,  qui me faisait un effet fou.

C’est certainement pour retrouver ces émotions d’enfance que je me suis plongé cet été dans Vanessa Paradis, la vraie histoire (Flammarion, parution en octobre 2014), cette biographie non officielle d’un certain Hugues Royer (déjà auteur d’une biographie complète sur Mylène Farmer) consacrée à Vanessa Paradis qui a eu envie de savoir quelle person­na­lité se cachait derrière l’icône glamour qui est entré dans l’imaginaire des français depuis plus de 25 ans.


Un livre très documenté, qui malgré les obstacles qu’a pu rencontrer l’auteur pour interroger les proches de l’artiste tant Paradis verrouille à double fond sa communication  et qui revient sur la vie mouvementée de la chanteuse, sur son succès au cinéma et dans la musique, mais aussi sur ses amours.

C’est d’ailleurs un peu la réserve que l’on pourra faire au livre : j’entends le fait que la vie intime et la vie professionnelle de Vanessa Paradis a toujours été intimement imbriquée vu les grands hommes de sa vie ont été des artistes et même souvent de grandes stars ( Pagny, Kravitz, Depp), mais l’auteur s’attache tellement à des détails insignifiants sur le quotidien de la chanteuse qu’on est parfois pas loin l’impression de lire Voici..

 Les passages sur le début de sa carrière sont ceux qui m’ont le plus passionné, certainement car ils m’ont renvoyé à cette période où je collectionnais tout sur elle : j’ai ainsi appris (j’avais du le savoir mais ma mémoire n’avait pas retenu cette anecdote) que Joe le taxi n’était pas du tout formaté pour carton­ner. Et à quel point son oncle, Didier Pain, un homme à poigne a tout fait pour lui ouvrir la voix.

 Cela dit, vu que j’ai suivi de très loin la carrière et la vie privée de l’artiste pendant une bonne décennie ( les années 2000 où elle s'était certainement trop américanisée et trop devenue "maman poule" pour moi ), ce livre m’a permis d’apprendre pas mal de choses sur elle et sur l’évolution de sa carrière et sa personnalité

 Royer s’attache à la décrire comme une personnalité solaire, beaucoup plus profonde et grave qu'on ne le croit », avec une grande force de caractère,  et si effectivement elle semble continuellement toujours douter d’elle-même, j’ai plus retenu du livre  son coté intransigeant avec les journalistes avec qui elle peut se montrer odieux, son manque d’intérêt pour le monde qui l’entoure ( elle ne lit jamais les journaux)  ou son aptitude à rayer de sa vie des personnes avec lesquelles elle avait pourtant collaboré intimement pendant plusieurs années.  Sans parler de sa carrière d’actrice, car lorsqu’on voit dans le détail les films dans lesquels elle a joué seul "Noce Blanche", la fille sur le pont et le méconnu Café de Flore surnagent…

 Bref un livre très intéressant pour qui ceux qui comme moi ont aimé follement Vanessa et qui m’a en tout cas permis de comprendre pourquoi j’avais peu à peu cessé d'être aussi fan d'elle... La plupart des français l'apprécient de plus en plus, pas sur que malgré son très beau dernier album, ca soit réellement mon cas...