lessecrets

 Il y a quelques semaines de cela, je m'extasiais autour d'un film indépendant américain sorti en catimini en novembre 2014, mais dont la sphère cinéphile avait porté au pinacle lors de cette sortie salles, venu un peu de nulle part trois ans après que le film soit créé.

"In The Family",  premier film d'un cinéaste américain d'origine taiwanaise  Patrick Wang avait pu sortir en France grâce à ,, la société qui a réussi à mettre la main sur ce petit bijou pour le sortir en salles puis en DVD en avril dernier,  heureusement pour les cinéphiles  qui avait pu découvrir cette oeuvre de toute beauté, un des meilleurs du cinéma indépendant américain de ces dix dernières années 

Magnifique drame familial de trois heures disséquant le combat d’un homme pour conserver la garde de son fils adoptif après le décès de son conjoint, .  "In the family" est assurément de ces films qui restent durablement en mémoire.

Les-Secrets-des-autres-47848

  Du coup, j'étais ravi de savoir que le second film de Wang, connu d'abord sous le titre "the Griefs of others" ("les peines des autres") avant de devenir  dans sa traduction française Les Secrets des autres, allait sortir en France sans attendre 3 ans comme le précedent, après une projection dans le cadre de  l'ACID à Cannes cette année. Cette fois encore, le film était précédé d'une très flatteuse réputation dans la presse spécialisée, les critiques étant tout autant dithyrambiques que pour In the family, certains osant même la qualification de « chef-d’œuvre ».

Adapté d’un roman de Leah Hager Cohen, une romancière plus connue de l'autre coté de l'Atlantique qu'en France, l'intrigue du secret des autres  autour d'une famille recomposée qui dysfonctionne est incontestablement  plus conventionnelle et moins surprenante que celle d'In the family, et malgré toute la subtilité du scénario et certaines audaces de mise en scène,  ne dépassera jamais complètement ce sentiment d'être moins singulier et plus dans la lignée du cinéma indépendant US traditionnel que son premier long.

Cette réserve mise à part,  "Le Secret des autres" , Autopsie d’une cellule familiale en crise, qui raconte le retour d’une jeune fille chez son père en périphérie new-yorkaise. œuvre délicate et prodondément touchante confirme largement tout le talent de cinéaste de Wang.

Le cinéaste confirme ainsi tout son talent pour  dessiner de très beaux personnages, sublimés par  le regard plein de compassion, malgré leurs faiblesses et lachetes qu'il leur porte. Et même si le film dure 1 h20 de moins qu'in the family, Patrick Wang conserve toujours cette faculté à sublimer sans jamais ennuyer  les relations humaines avec de superbes séquences contemplatives.

Le film nous montre sans pathos ni voyreurisme que la  souffrance  est nécessaire et indispensable pour avancer, et la façon dont Wange traite les non dits et la difficulté de communiquer entre les êtres est assez formidable et unique.

 

secret

Le film se singularise par structure temporelle éclatée qui, confère  un relief de puzzle à ces secrets de famille :  une scène s’arrête, reprend plus loin, laisse place à une autre scène qui déboule comme un souvenir que les personnages ont refoulé, et que certaines audaces de mise en scènes, pas d'ailleurs toujours réussies (par exemple avec ces images en surimpression un peu floue ou bien encore lors de ces séquences où le son d’une scène est lancé sur des images provenant d’une autre séquence) ne font que conforter. 

Ces secrets qui remonteront à la surface non sans quelques dégats, font de ce  Secret des autres sans doute un peu  plus convenu qu'"In the family", un très beau drame sensible  subtil ,authentique, et à voir avant qu'il ne disparaisse bien vite des écrans.

Bande-annonce : Les Secrets des Autres - VOST