ressources

« Je n'agis pas pour obtenir des récompenses et un grade supérieur. Je travaille pour moi, pour me réaliser. Le vrai pouvoir, c'est celui qui laisse les fulgurances et les intuitions de ses collaborateurs s'exprimer. Le pouvoir absolu, c'est de savoir que l'on ne détient pas la vérité »

Ressources inhumaines, percutant roman de cette rentrée littéraire 2015  édité chez Albin Michel, est comme son titre l’indique, est une critique au vitriol du monde de l’entreprise.

Le metteur en scène Frédéric Viguier, pour sa première expérience littéraire s’acharne à  décrire sans concession aucune un système qui broie l’être humain pour le transformer en machine dépourvue de la moindre empathie.

Prenant pour décor principal comme plusieurs films récents  l’ont fait un peu avant lui ( "Discount", "La loi du marché", "Jamais de la vie", étrange que ce secteur interesse autant les artistes), la toile de fond d’une grande surface la plus quelconque possible,  ce livre nous dit tout des coups bas et des injustices dans un  monde du travail qui ne jure que par recherche du profit et d’un meilleur rendement, au détriment du bien être de ses employés.

A travers le parcours d’une jeune stagiaire qui va vite comprendre comment fonctionne les rouages et les subterfuges pour gravir les échelons de son ascension professionnelle et qu’on va retrouver dans la seconde partie du roman, à une étape charnière de sa vie et face à un autre stagiaire qui lui renvoie l’image de ses débuts et qui va lui montrer qu’une autre façon d’appréhender les choses pourrait être possible.

Une écriture froide et acérée, un manque de densité psychologique parfois gênant (un reproche assez inhérent aux romans français), mais un regard juste et percutant sur un milieu qui tranche par sa violence, sa nocivité,  et sa radicalité…

A lire pour bien comprendre ce mécanisme insidieux mais qu’un nombre d’entre nous a forcément rencontré une fois au moins dans sa carrière…