Kill-Your-Friends-2015-Nicholas-Hoult

Ccomme je l'ai annoncé dans mon billet concours de début de week end,  demain, soit le même jour que le formidable Mia Madre sort   en salles, "Kill Your Friends",  un film percutant anglais adapté d'un roman écrit par John Niven en 2008,  qui a travaillé pendant une dizaine d’années au sein de maisons de disque  producteur pour le label London Records.et qui avait imaginé un roman particulièrement noir, largement inspiré de sa propre expérience professionnelle.

Kill Your Friends  nous embarque ainsi sans qu'on prenne le temps de souffler, et comme le  faisait le roman à l'origine,  pour une virée assez délirante dans les coulisses du monde de la musique, non pas du coté de ceux qui la font, comme on l'a souvent vu, mais dans son versant coulisses avec une mise en lumière de l’industrie musicale et ses féroces labels pullulant de jeunes aux dents longues, prêt à tout pour gravir les échelons.

 J'ai pu voir le film en avant première  grâce au distributeur Chrysalis Film et ce "Kill Your friends" est assurément  une belle réussite, très documentée, au rythme effrenné, et rondement menée.

2_kill_your_friends-eb00c

La  carrière de Niven dans l'industrie musicale a été une source d'inspiration pour ce Kill Your Friends et c'est peu de dire que ses souvenirs sont particulièrement sombres et cyniques, tant tout ce qu'on voit dans le film n'est guère réluisant sur la nature humaine.

 Ces labels, alors au sommet de leurs gloires dans les années 90 étaient remplis de jeunes requins aux dents particulièrement longues, prêt à tout pour gravir les échelons, sans aucune compassion ni empathie pour les autres. Et ce premier long-métrage d’Owen Harris, jusqu’ici plus connu pour certains épisodes des séries Misfits nous plonge  dans les coulisses d’un marché ignoble grouillant de labels avides et d’arrivistes aux dents longues.

 Portrait radical d’un monde  tous les coups sont permis,et où la dépravation est un way of life, ce film fait un peu penser à un American Psycho où le monde de la finance est remplacée par celui du disque, mais où l'on trouve le même sorte de personnage central, un anti héros  imbuvable, sans aucune considération pour l'être humain ni même la musique, ne cherchant qu’à devenir numéro un et se faire le plus d'argent possible, un personnage en anti-héros junkie et amoral,très tête à claque auquel l'étonnant Nicolas Hoult, vu jusque là surtout dans des blockbusters un peu insipides,  prête ses traits ambigus.

Kill-Your-Friends-Nicholas-Hoult-film-2015

A la fois  cynique et mené par une énergie dévorante, et forcément tenue par une BO d’enfer où l'on entend tous les groupes à la mode à cette époque (Blur, Oasis, Radiohead ou les Chemical Brothers), cette comédie noire très graincante,  avec une mise en scène sous acide- on pense un peu au ciném de Dany Boyle en version moins tape à l'oeil- montre, quelques mois après le déjà pétaradant Hyena que le cinéma anglais est  survitaminé !

Grace à la patte de John Niven qui connait bien le milieu qu'il dépeint et qui possède assurément un vrai  un  sens des réparties vives et percutantes, Kill Your Friends transcende rapidement le sentiment de déjà vu qu'on pourrait avoir au début du film et constitue un vrai plaisir de cinéma, jouissif et délicieusement amoral...

Bref, que demander de plus pour aborder avec le punch nécessaire, le dernier mois de cette terrible année 2015?

Kill Your Friends - bande-annonce