museecinema turin

 Le week end du 20 novembre, il y a déjà presque plus d'un mois désormais ( ouh comme le temps passe vite), nous sommes partis en amoureux faire un séjour de trois jours à Turin, car cette  ville située à quelques heures de Lyon était un endroit qu'on a envie de visiter depuis longtemps tant elle cumulait deux de nos passions, le chocolat pour elle et le cinéma pour moi.

Ce que j'ignorais avant de mettre les pieds dans la ville, c'est que Turin abritait ce  week end là sa 33ème édition du festival du cinéma, et que j'ai eu l'occasion de croiser au gré de mon séjour des starlettes locales ou des cinéastes que j'ai eu je l'avoue du mal à reconnaitre.

turin cinema

Si voir des films n'était hélas pas prévu au programme, visiter le Musée National du Cinéma, une des grandes curiosités de la ville, dont pas mal de twittos et blogueurs ciné à qui j'avais parlé de ce voyage m'avait mentionné l'existence, l'était forcément, tant ce lieu unique en son genre était un incontournable de la ville, a fortiori pour les cinéphiles en goguette. 

 

cinematurin1Le Musée est bien plus qu’un  simple musée dédiée à l'histoire du cinéma , et en outre, belle cerise sur le gateau, il est situé à l’intérieur de la Mole Antonelliana, un monument singulier et fascinant, symbole de la ville de Turin. La Mole Antonelliana, est vraiment  un superbe édifice qui permet d'avoir une vue exceptionnelle sur la ville de Turin, là où est né le cinéma italien. 

molle

Inauguré en 2000, il est aussitôt devenu le plus fréquenté des musées de la ville, avec 2,5 millions de visiteurs, détrônant l'autre fierté locale que constitue le Musée égyptien, que nous n'avons malheureusement pas eu le temps de voir ( il faut dire qu'en plein voyage on a appris que notre louloutte était hospitalisée d'urgence avec la mamie seule à bord pour gérer ca, ce contretemps a forcément grevé notre programme initial :o)).  

20151121_121941

Dès qu'on y met les pieds, on s'aperçoit à quel point  ce Musée est l’un des plus importants du monde de par la richesse de son patrimoine et ses innombrables activités scientifiques et de vulgarisation.

 Et, à partir des décors de la Mole, le scénographe suisse François Confino a laissé libre cours à son génie et son imagination, multipliant les parcours de visite afin de donner vie à une présentation spectaculaire, dont les stimulations visuelles et sonores continues et inattendues envahissent le visiteur, exactement comme lorsque l’on assiste à la projection d’un film en mesure de fasciner et émouvoir. 

20151121_123950

20151121_131808


. Mais ce qui le rend véritablement unique, c’est son aménagement, très particulier. Le premier étage est notamment consacré à l'archéologie du cinéma. De nombreux panneaux expliquent les diverses inventions basées sur les effets optiques et qui mèneront peu à peu au cinéma.

Grâce au parcours interactif mis en place, vous pourrez tester ces illusions optiques. Ainsi, vous pourrez faire un saut dans le temps et vous mettre dans la peau d'un spectateur du théâtre d'ombres de l'époque.  Les autres salles s'intéressent à la production, au système des studios, aux scénaristes, aux réalisateurs, aux stars et aux acteurs, aux décorateurs et costumiers et aux monteurs. La visite de l'étage se termine par un espace consacré aux effets spéciaux et à leur évolution.

Le musée propose également, dans son second étage,  une promenade à travers des centaines d'affiches d'époques différentes et venant du monde entier, ce qui permet aux visiteurs de se rendre compte de l'évolution des modes. 

20151121_121908 20151121_121941

  Parmi les 6 000 pièces exposées, chacun trouvera l'objet de sa propre nostalgie, entre un bustier noir de Marilyn Monroe et le chapeau et l'écharpe rouge de Federico Fellini.  La collection Prolo insiste sur la préhistoire cinématographique avec une série unique de théâtres d'ombre et de lanternes magiques. Des centaines d'affiches sont exposées, sur les 342 000 que possède le Musée. Partout, des écrans proposent des extraits de films ou des documentaires didactiques.

 A l'occasion d'un "restyling" effectué début 2006 pour les Jo d'hiver, le caractère interactif du lieu a été renforcé. "Ce musée joue sur les passions et les émotions, explique son directeur, Alberto Barbera. Il utilise les mêmes mécanismes que le cinéma."

 

20151121_13062120151121_123740

 

On est forcément  impressionné par l'impressionnante collection de lanternes magiques, de chambres noires et autres appareils.  Pour célébrer l'apparition du cinématographe, le musée vous propose de regarder quelques uns des premiers films de l'histoire du cinéma comme L'arrivée d'un train en gare de La Ciotat (Les frères Lumière 1896). Le musée va même plus loin en dévoilant un train sortant de l'écran, rappelant ainsi ce qu'ont ressenti les premiers spectateurs de l'histoire cinématographique.

 La visite se poursuit à l'étage dans la sublime salle du temple. Autour de la confortable salle de projection des reconstitutions de décors cinématographiques variés vous plongent dans des ambiances familières.  La statue du dieu Moloch, héros de Cabiria, chef d'œuvre italien de Giovanni Pastrone (1914) trône fièrement dans cette même salle, et on n'oublie pas non plus de s'asseoir sur les chaises longues et regarder les extraits proposés.

Bref, vous l'aurez compris avec ce billet enthousiaste , la visite du  Musée National du Cinéma de Turin  est une expérience assez incroyable qui mérite largement d'y aller faire un tour- compter plusieurs heures- si vous passez en Italie du Nord Ouest.

20151121_123244