DVD 3D COUP DE CHAUD (1)

 "Avant l'aube, le génial film de mon pote": en titrant ainsi, il y a déjà 4 années de cela,  ma chronique du précédent film de Raphaël Jacoulot, je versais- qui a dit comme souvent?- quand même légèrement dans la mauvaise foi et la provocation.

Certes, j'ai eu l'immense chance de côtoyer ce brillant réalisateur pendant 4 jours non stop lors du festival d'Annonay 2012, dans lequel nous étions tous les deux dans le jury (lui en tant que Président moi en tant que simple membre, le contraire aurait été étonnant) et nous avons eu l'opportunité d'échanger quelques messages sur les réseaux sociaux depuis, mais il n'y aucun lien d'amitié entre nous, ni il y a quatre ans ni maintenant, et cela me donne toute liberté pour pouvoir parler de ses films en toute liberté, puisque comme je le disais il y a quatre ans, je me demande toujours comment un journaliste arrive à écarter tout affect lorsqu'il doit chroniquer un film d'un réalisateur qu'il connait intimement.

Par contre il est vrai que connaissant un peu Raphaël Jacoulot depuis cette expérience de membre de jury, j'attendais avec énormément d'impatience la sortie de son nouveau film, d'autant plus que ce film était déjà en préparation- certes au stade de l'écriture - lorsque nous étions à Annonay.

COUP DE CHAUD PHOTO6

Ce film, qu'il a donc mis plusieurs années à finaliser, c'est "Coup de Chaud", sorti sur nos écrans en plein été- le 12 août exactement- et malheureusement, entre les vacances d'été puis une rentrée où ma santé m'a joué des tours, je n'ai jamais réussi à le voir en salles et j'ai donc attendu sa sortie DVD- le 27 janvier prochain chez Diaphana pour enfin le voir.

Et taisons d'emblée ce suspens insoutenable : toute cette attente n'a pas été vaine, car j'ai trouvé qu'une nouvelle fois avec "Coup de chaud", Raphael (certes, comme je l'ai dit, on ne se connait pas vraiment, mais je peux quand même l'appeler par son petit prénom, non?) fait montre de tout son talent et prouve qu'il est un des cinéastes les plus fins et semble être un des meilleurs chefs de file d'un cinéma lorgnant à la fois sur le social et le polar, un peu  comme un fils spirituel plus ou moins avoué d'un Claude Chabrol qui nous manque quand même pas mal depuis sa disparition.

Alors certes, le film n'est sans doute pas à la hauteur de "Avant l'aube", la faute sans doute à une réalisation plus classique, moins soignée que l'ambiance neigeuse et particulièrement élégante du film avec Bacri mais il n'en reste pas moins que Coup de chaud séduit énormément

Il y a d'ailleurs un lien évident avec Avant l'Aube dont la comparaison n'est pas anodine : de son film précédent, Raphael Jacoulot reprend une de ses thématiques favorites, celle du bouc-émissaire.

Capture-decran-2015-08-10-a-09

Sauf qu'à la place de Vincent Rottiers, le metteur en scène choisit une véritable révélation en la personne de Karim Leklou -revu depuis dans les anarchistes de Eli Wajeman.  dont l’excellent Mehdi Onmais dresse un joli portrait dans MetroNews  pour en faire une sorte d'innocent un peu attardé, appartenant à une famille de marginaux tout juste toléré, et un homme que chacun des villageois va prendre comme tête de turc  et comme objet de cristallisation de toutes les rancœurs et autres veuleries.

 Car comme  l'a déclaré  le cinéaste dans les dossiers de presse et interwies autour du film, son long métrage est un juste miroir de notre société. actuelle, cette " société malade qui se cherche en permanence des coupables. » 

Ambigu dans son approche de la noirceur humaine, Coup de Chaud est une œuvre assez inconfortable qui nous renvoie un miroir qui ne nous fait pas forcément plaisir, tant on connait tous dans son entourage plus ou moins proche, ce genre de marginal stigmatisé par une communauté a priori sympathique et sans histoires.

750-coup-de-chaud-tt-width-604-height-403-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000

Avec toute la finesse qui le caractérise,  Raphaël Jacoulot  nous présente des situations et  des personnages pleins de nuances et de complexité dans lesquels on ne pourra que se retrouver. Et même la victime expiatoire, ce Josef Bousou que Karim Leklou incarne avec un naturel assez stupéfiant  est loin d'être tout  innocent, et le cinéaste ne cache rien de certaines de ses actions, parfois assez éprouvantes à regarder.

"Coup de Chaud" s'avère in fine comme une subtile et très profonde analyse d'une société où chacun voit son propre intérêt et où les apparences peuvent être  souvent trompeuses, a fortiori dans un village  comme il en existe tant et tant où tout le monde se connaît et s'occupe des affaires des autres autant que des siennes,

Bref une œuvre fine et passionnante: Raphaël Jacoulot a une nouvelle fois réussi largement son pari et sa sortie prochaine en DVD pourra ainsi être  l'occasion pour chacun d'entre vous de le vérifier!!