cannes39

kazaeco-fesrtival-1946

cannes39

   Savez vous que le festival de Cannes aurait pu avoir lieu… à Biarritz ou plus étrange encore en Algérie ??, car la structure hôtelière s’y prête. Ou bien encore que Cannes a été mis en place dans el but de contrer le festival de Venise tombé ouvertement sous l’emprise fasciste de Mussolini dès la fin des années 30 ?

Toutes ces anecdotes o combien  passionnantes, je les ai appris grâce à deux livres qui sortent coup sur coup et qui reviennent tous les deux dans un style différent sur la genèse des tous premiers festivals de Cannes, celui de 1939 qui a failli avoir lieu avant de se voir annulé du fait de l’entrée en guerre.

Dans ces deux livres- l’un « Cannes 1939, le festival qui n'a pas eu lieu" parlant seulement de cette édition avortée, et l’autre un ruban de rêves, plus  delà seconde  et première véritable édition en 1946 » certains noms et situations se recoupent, comme celui de l’oublié Philippe Erlanger, plus connu pour ses qualités d’historien que comme père fondateur l’organisation du plus grand

Le premier ouvrage, riche et documenté (l’auteur. Olivier Lioubes,  est professeur d’histoire) relate dans le détail les raisons de cette annulation de dernière minute en précisant bien le contexte de cette époque révolue.

 

 ruban reve

Quant au second- qui figure dans la nouvelle collection Incipit que je vous avais présenté avec le livre de François Bégaudeau sur l’Académie française), c’est l’occasion pour Gonzague de Saint Bris d’évoquer de manière plus superficielle, mais non sans une certaine émotion  comment, sa réédition, en 1946, fut plutôt laborieuse, à cause des difficultés liées à l’après-guerre. 

On y apprend mine de rien quelques anecdotes plutôt méconnues, notamment celle nous montrant comment après la signature le 26 mai 1946 des accords de Blum-Byrnes, le cinéma américain va pouvoir arriver en grande force sur la croisette… ce qui, 70 ans plus tard  au de la profilération de films ricains cette année sur la croisette, n’a pas forcément beaucoup changé…

  1)      "Cannes 1939, le festival qui n’a pas eu lieu", d’Olivier Loubes, Armand Colin, 288 pages, 22 €.

2)      Un ruban de rêve, dans la collection Incipit aux éditions Prisma. 112 pages. 12 €.